Financement Porto-Novo – Akpro-Missérété sur le budget national : Jacques Ayadji dément

Financement Porto-Novo – Akpro-Missérété sur le budget national : Jacques Ayadji dément

Construction de la route Comè Lokossa Dogbo : Reprise des travaux au niveau de Sè

Le directeur général des Infrastructures, Jacques Ayadji, a donné une conférence de presse hier 20 septembre 2017 pour apporter un démenti sur le supposé financement de la construction de la route Porto-Novo-Akpro-Missérété, sur le budget national.

Des travaux qui sont confiés à l’entreprise Ofmas, et qui suscitent des polémiques au sein de l’opinion nationale. Aussi, a-t-il apporté des clarifications par rapport aux deux types de Bot et leurs implications. C’était en présence d’autres cadres du ministère des Infrastructures et des transports.

C’est désormais clair. La construction de la route Porto-Novo-Akpro-Missérété n’a pas été financée sur le budget national. Face à la presse dans la soirée d’hier pour se prononcer par rapport aux informations qui circulent sur les réseaux sociaux et sur certains médias internationaux au sujet de cette infrastructure routière, Jacques Ayadji a été on ne peut plus clair. A travers des réponses techniques et précises, documents à l’appui, le directeur général des infrastructures a éclairé la lanterne des Béninois.

En effet, c’est à une entreprise sud-africaine que le gouvernement avait confié les travaux. Cette dernière a traîné les pas pendant plus d’un an, avant de faire constater son incapacité à mobiliser le financement. Préoccupé par l’effectivité des travaux, l’Etat a fait recours à l’entreprise Ofmas pour réaliser l’infrastructure (Porto-Novo-Pobè), dans les mêmes conditions de financement. Elle doit aller chercher le financement, mais l’Etat porte une garantie pour le remboursement à la réception provisoire de l’ouvrage.

Il se fait qu’au nombre des axes qui ont été confiés à Ofmas, il y en a un qui crée énormément de souffrances aux populations. Il s’agit de l’axe Porto-Novo-Akpro-Missérété. La dégradation très avancée de cette route crée non seulement des dommages sur la santé des usagers, mais aussi et surtout sur leurs moyens de déplacement.

Conscient du délai nécessaire accordé à l’entreprise pour la mobilisation du financement et soucieux du règlement diligent des souffrances de ces populations, le gouvernement a décidé de mettre à titre de préfinancement des moyens à la disposition de cette dernière,  pour que dans l’urgence elle réalise les travaux.

Selon le directeur général des infrastructures, les extraits du marché passé avec Ofmas disent clairement que c’est elle qui va mobiliser le financement à 100%. Le contrat précise également que dans le souci de réduire les peines des populations, l’Etat mettra le financement à la disposition de l’entreprise, qu’elle remboursera ensuite.

Cette démarche n’est pas nouvelle

A en croire les explications du conférencier, ce n’est pas une première. La preuve, sous Boni Yayi la même chose avait été faite sur le projet de la route aéroport-place du souvenir. Dans le temps, il avait été financé par la banque d’investissement de la Cedeao (Bidc). « Le délai de mise en place du financement étant long, le gouvernement Yayi à l’époque a décidé de mettre un préfinancement à la disposition de de l’entreprise Adéoti. L’entreprise a encaissé les sous, a exécuté les travaux, et une fois que le financement de la Bidc a été mis en place, le remboursement a été fait. Ça a été également fait par le passé sur le projet Abomey-Bohicon-Kétou, avec une entreprise danoise. Dans certaines conditions, l’Etat pour certaines raisons peut décider pour aller vite en attendant le financement, de préfinancer », a conclu le directeur général des infrastructures.

La notion de ‘’BOT’’

Au cours de la conférence de presse d’hier, Jacques Ayadji a aussi donné des explications par rapport au Bot.Il précise qu’il y a deux types de Bot, à savoir ‘’Construire, exploiter et transférer’’, qui est différent de ‘’Construire, s’approprier l’ouvrage et le transférer à l’Etat’’. Et c’est ce qui est fait avec Ofmas.

En clair, au lieu d’aller chercher directement le financement, l’Etat a utilisé l’entreprise comme intermédiaire pour l’obtention de ce dernier. Il estime alors qu’il y a une confusion qui se fait par les Béninois sur ces deux types de Bot. « Quand on dit Bot dans certains contextes, c’est que l’Etat qui a besoin d’une infrastructure, peut ne pas disposer des moyens lui-même pour réaliser cette infrastructure  et il fait appel à un privé pour que ce privé mette à sa disposition les moyens pour cela », a laissé entendre le Dgi.

Il est dit dans l’opinion publique que le gouvernement au cours d’une séance du conseil des ministres a parlé du Ppp (Partenariat public-privé), alors que ce marché est exécuté par le gré à gré. Sur le sujet, Jacques Ayadji confie que le gouvernement peut décider de faire un marché par PPP et lancer un appel d’offre pour susciter la concurrence. Il  n’a pas voulu perdre du temps pour lancer des appels d’offres, parce que le type de financement est compliqué.

Il conclut en déclarant que le Bénin est dans un contexte où la route restera pendant longtemps, une infrastructure sociale.

Au sujet du limogeage de son patron, le ministre Hervé Hêhomey, le directeur général des infrastructures avoue qu’il n’a pas compétence pour se prononcer sur le sujet.

Extraits du contrat signé entre OFMAS et l’Etat Béninois

Ci-dessous les extraits du contrat

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 15
  • Avatar commentaire
    KOFFI 3 mois

    Il n’y a pas 2 noms c’est UN SCANDALE; WADAGNI doit démissionner pour avoir décaissé. La cour constitutionnelle doit s’auto saisir pour parjure du Chef de l’Etat TALON. Les députés doivent voter une résolution pour dénoncer cette catastrophe. Dans quel budget ont-ils autorisé ce décaissement. qu’on ne cherche pas à couvrir ce dossier puant par les pratiques mafieuses de YAYI qui l’ont emmener en enfer politique. Montrez nous le chantier que OFMAS a réalisé à 100% dans ce pays pour pour se voir attribuer ce TROP GROS MARCHE pour lui. Si nous n’étions pas dans une REPUBLIQUE BANANIERE beaucoup de gens auraient sauté depuis samedi, jour d’annonce de l’hécatombe.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Plus grave , vous lisez sur le panneau de ofmas , et vous verrez qu’aucune société n’est mentionnée pour le contrôle des travaux à réaliser . Donc goudron à épaisseur réduite , route rapidement dégradée .
    Talon le croc.es sur ce coup à fait plus fort que les scandales du siège de l’assemblée et la cen.sad réunis

    • Avatar commentaire
      Christelle 3 mois

      Pas vrai,
      Tu considère tjrs YB comme ton demi Dieu?
      On lit cela sur tous tes post
      Mais c’est dommage pour toi
      Je passais

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 3 mois

        Christelle , pour ta gouverne de ruptu.c.onne , nous sommes trés nombreux à considérer yayi boni comme un sauveur du peuple beninois

  • Avatar commentaire
    Akindes 3 mois

    Est-ce l’effet du manque de communication ? Le moment choisi pour donner des clarications dénote d’une certaine négligence qui jette du doute sur les déclarations du gouvernement au sujet des financements. Pourtant c’aurait été à son actif d’annoncer dès le départ ce genre de “bonne décision” qui pourrait montrée sa détermination.
    Enfin définitive la vigilance citoyenne est réveillée autour du BOT. C’est tout de même curieux que deux modalités différentes portent le même nom en matière financière.
    Nous aviserons comme dit l’autre.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 3 mois

      Toi akindes là , il faut appeler un chat un chat et des vo.leurs ,pilleurs , vo.leurs pilleurs , au lieu de tourner autour .

      • Avatar commentaire
        Christelle 3 mois

        les pilleurs de l’économie béninoise jamais égalés se trouve dans le règne de YB.
        Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir les chose en face
        Les voleurs et pilleurs de l’économie il faut les voir pendant les 10 ans d’errements de ton mentor
        Pauvre de toi
        Je passais

        • Avatar commentaire
          OLLA OUMAR 3 mois

          Et pas plus pire sourd que celui qui ne veut entendre . ” un passeur arrêté ” où en départ figé

  • Avatar commentaire
    KAMAROU 3 mois

    BONJOUR LA LNT JE TROUVE VOTRE RESUMER SUR LES DECLARATIONS DE JACQUE AYADJI TRES ERRONEES ET CELA PROUVE VOTRE POSITION PAR RAPPORT AU GOUVERNEMENT EN PLACE SINON ALLER VOIR SUR LE PANNEAU AFFICHEE PAR L’ENTREPRISE OFMAS ELLE MEME VOUS COMPRENDREZ QUE C’EST DU MENSSONGE QUE VOUS SOUTENEZ ET VOUS LE SAVEZ. C’EST ECRIT FINANCEMENT: BUDGET NATIONAL ET PREFINANCEMENT OFMAS. OR LE PREFINANCEMENT A ETE FAIT PAR LE GOUVERNEMENT ET LE FINANCEMENT PAR LE GOUVERNEMENT ET NON EN B.O.T

  • Avatar commentaire
    Totchénagnon 3 mois

    J’avoue sincèrement que je ne vois aucune différence entre “Construire, exploiter et transférer’’ et ‘’Construire, s’approprier l’ouvrage et le transférer à l’Etat’’.

    En effet, lorsqu’une entreprise s’approprie un ouvrage qu’il a construit, est-ce que pendant la période d’appropriation, ne l’exploite-t-il pas ? Ce qui est sûr, dans les deux cas, il finit par faire un transfert au maître d’ouvrage. Sincèrement les amis, éclairez-moi sur le sujet.

    • Avatar commentaire
      ATINDEHOU 3 mois

      Vous avez entièrement raison, en fait dans la littérature, il y a BOT build operate trasfert, BOOT buid own operate transfert, mais BOT buid own transfert n’existe pas.

  • Avatar commentaire
    Karl 3 mois

    Voici encore quelqu’un que nous devrons jeter dans la poubelle du présent. Un guellard parvenu aussi que Talon a à l’oeil. Ses jours sont ausi comptés puisque son mentor Hêhomey est hors circuit désormais.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Lamentable ce ayadji et men.teur comme un arracheur de dents . à qui veutil faire gober leur ” combinatione ” mafi.euse lui et son croc.es de talon .
    Le montage grotesque avec ofmas de de chacus , bras financier du prd de houngbedji un autre ma.fieux , esclave de l’argent , est fait pour renflouer ce dernier .
    Quelqu’un ne disait-il pas qu’il était le poulain de houngbedji ? Ne nous étonnons pas qu’il lui apporte du foin en pagailles pour l’aider à faire passer ses lois bizarres et tenir les députés

    • Avatar commentaire
      Christelle 3 mois

      Tes posts manquent de lucidité
      Même si on est aigris il faut quand même être licide
      C’est regrettable

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 3 mois

        C’est la lucidité et pertinence de nos posts qui te font réagir de la sorte . Ici c’est le Bénin