Afrique/Gestion de la manne financière de la diaspora: R Madougou propose des mécanismes inclusifs

Afrique/Gestion de la manne financière de la diaspora: R Madougou propose des mécanismes inclusifs

L’ancienne ministre de la micro-finance du Bénin Reckya Madougou était l'une des invités de l’émission « Le Débat Africain » de la chaîne Radio France Internationale ce dimanche 17 septembre 2017.

Afrique : Lomé, une ville qui sort du lot

Au menu des discussions avec l’animateur Alain Foca, la question de la manne financière que la diaspora africaine envoie sur le continent et les moyens par lesquels elle peut être transformée en investissement.

Pour l’ancienne ministre de la micro-finance du Bénin, les états africains n’y parviendront pas en créant seulement des instruments à l’instar du Fonds d’appui à l’investissement de la diaspora comme au Sénégal. Il faudra selon elle, qu’ils s’assurent de leur viabilité et de leur efficacité en trouvant des hommes et des femmes qui ont la détermination de les faire réussir. A en croire la ministre, il faudra également élaborer des politiques et stratégies inclusives et consensuelles pouvant donner naissance à des projets structurants qui permettent à la diaspora de faire des investissements productifs.

Elle a par ailleurs affirmé que la manne financière des africains ne doit pas seulement servir à assister socialement les familles restées au pays. La diaspora peut selon Réckya Madougou  investir dans la banque mobile en Afrique comme au Kenya. Ce secteur lui permettra de s’enrichir et de résoudre les problèmes de développement en Afrique en facilitant l’autonomisation de la population.

L’ancienne ministre pense également que les membres de la diaspora peuvent s’unir pour créer des compagnies de transfert d’argent en Afrique. Ces structures permettront à la diaspora d’envoyer de l’argent en Afrique à des coûts très bas parce que pour elle, la manne financière que constitue les transferts de fonds de la diaspora est exorbitante.

« Pour transférer de l’argent, vous avez autour de 12% comme frais. Le taux mondial est de 7%.La différence fait 16 milliards .16 milliards c’est beaucoup. On peut l’investir en Afrique » a expliqué Réckya Madougou.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire

    Un cas symptomatique d’une vision étriquée du développement de l’Afrique. Les milliers de milliards de dollars US “investis” sur le continent à travers les prêts (voir l’encours actuel de la dette publiques) n’ont pas suffit à assurer notre développement, La bonne trouvaille l’argent de la diaspora…..La proposition venant d’africaine de la diaspora ou tout au moins une ancienne immigrée en France?????, Ancienne ministre en plus????