Morts survenues suite aux inondations au Bénin : Les clarifications du directeur de l’ANPC

Morts survenues suite aux inondations au Bénin : Les clarifications du directeur de l’ANPC

Les chiffres relatifs aux décès survenus après les dernières inondations au Bénin, n’ont pas laissé indifférent le directeur de l’Agence nationale de protection civile, Aristide Dagou.

Bénin / Anpc: La crue des cours d’eau a fait 7 morts selon Aristide Dagou

Invité hier jeudi 14 septembre 2017 de l’émission « Actu matin » sur la télévision privée Canal 3 Bénin, il a apporté des clarifications en donnant le nombre exact de victimes, tout en déplorant le décès de ces personnes. Occasion pour annoncer que les dispositions sont prises pour juguler cette crise, et inviter les populations à éviter les comportements à risque.

« On entend dire qu’il y a eu des dizaines de morts. Ce n’est pas vrai ». Cette déclaration est celle du directeur de l’Agence nationale de protection civile, Aristide Dagou. C’était hier jeudi 14 septembre 2017, sur l’émission « Actu Matin »de la télévision privée Canal 3 Bénin. Sa sortie vise non seulement à informer les uns et les autres sur les chiffres réels des personnes décédées suite aux dernières inondations à Karimama et à Athiémé, mais aussi et surtout annoncer que les dispositions urgentes sont déjà prises pour résoudre cette crise.

Pour rappel, le débordement du fleuve Mono la semaine écoulée a inondé des habitations et champs environnants. Occasionnant parfois à certains endroits des pertes en vies humaines. Tout en déplorant la perte de ces personnes, il a tenu à rétablir la vérité des chiffres. A la date d’aujourd’hui, il y a eu cinq (05) morts à Malanville et deux (02) à Athiémé, a laissé entendre le directeur. « Cela fait un total de 7 compatriotes décédés, que nous déplorons rigoureusement », a-t-il mentionné. Selon ses explications, l’agence qu’il dirige et la Direction générale de l’eau, suivent de près l’évolution de l’eau.

Comportements à risque

A l’en croire, à Karimama ils ont déjà procédé à des évacuations. Ce qui se passe, déplore-t-il, « c’est que certaines populations retournent nuitamment parfois aux endroits, parce qu’elles estiment ne pas vouloir se séparer de leurs parents défunts, enterrés dans lesdits endroits ». Cela à l’insu des autorités, a fait observer la première autorité de cette agence. Pourtant, soutient-il, nous leur avons dit que cette évacuation est provisoire.

Pour un bon déroulement de la rentrée scolaire

Le gouvernement est aussi préoccupé par les écoles inondées dans les communes suscitées en cette veille de rentrée, a fait observer Aristide Dagou. « Les instructions ont été données par le chef d’Etat depuis l’extérieur. Au niveau des plateformes, les préfets travaillent à trouver des solutions pour que la rentrée scolaire se déroule normalement pour ces enfants », a témoigné le directeur.

S’agissant des maladies hydriques auxquelles les enfants seront exposées, il a indiqué que des instructions ont également été données pour y faire face. Des informations faisaient état de ce que des cas de diarrhée avaient été déclarés à Malanville. Mais il a apporté un démenti formel à ce propos, en arguant que les personnes qui parlent n’ont pas d’expertise en la matière. Le Ministère de la santé représenté au niveau de chaque département par secteur départemental, a annoncé qu’il n’y a encore ni cas de diarrhée, ni de choléra déclarés à Malanville. Sur la base des prévisions de l’Agence nationale de protection civile, les régions qui font actuellement l’objet d’alerte rouge sont Malanville, Karimama et Zagnanando

Commentaires

Commentaires du site 0