Musique béninoise: Aimé Isaac se consacre définitivement au gospel

Musique béninoise: Aimé Isaac se consacre définitivement au gospel

De son vrai nom Aimé Codjo Goulolé, l’artiste Aimé Isaac s’est toujours révélé comme un artiste partagé entre le gospel et la musique urbaine. Mais depuis peu, il a donné une nouvelle orientation à sa musique qui se veut uniquement «Gospel» désormais.

La musique africaine à la croisée des chemins

Il explique les raisons de ce choix dans une interview qu’il nous a accordée le mercredi 20 septembre 2017 à Abomey-Calavi. « Désormais, je suis chantre de Dieu ». C’est ce qu’a laissé entendre le chanteur béninois Aimé Isaac, lors d’une interview qu’il nous a accordée dans la soirée du mercredi 20 septembre 2017, sur la paroisse Mont Sinaï d’Abomey-Calavi.

Autrefois à cheval entre la musique urbaine et le gospel, Aimé Codjo Goulolé à l’état civil, fait désormais un revirement radical en optant pour le gospel uniquement. L’artiste est un fidèle de l’Eglise du Christianisme Céleste (ECC), où il a appris la musique. A en croire le nouveau dévoué de Dieu, son école de musique, c’est la chorale de l’ECC.

Depuis le début de sa carrière musicale, l’artiste a toujours refusé être chantre et préférait toucher à un peu de tout en matière de musique. Ce n’est qu’en 2017 que cette option a basculé après une révélation du Saint Esprit. «C’est parce que tu t’entêtes à chanter autre chose que Dieu, que les choses sont difficiles pour toi au niveau de la production et autres, et que tu n’a pas le retour que tu escomptes », lui a révélé l’Esprit Saint. C’est cette révélation qui va booster le choix du nouveau registre musical de l’artiste.

Aimé Isaac explique son nouveau choix et le justifie en donnant pour exemple son nouveau single qu’il a tourné à visage découvert et en soutane, pour montrer son appartenance à l’ECC. Il admet que plusieurs raisons ont favorisé son hésitation à embrasser uniquement la musique gospel. Entre autres, figure la faible rentabilité de la musique gospel qui selon l’artiste l’a rendu indécis. Néanmoins, le message divin va amener le chanteur à rester ferme dans son nouveau choix.

« Je pense qu’il vaut mieux tard que jamais, m’arrêter et me retourner vers Dieu », affirme le chantre de l’Eternel.

Il espère en l’accomplissement de la prophétie qui lui promet de beaux jours à travers le gospel. Toutefois, Aimé Isaac ne regrette pas son expérience dans la musique urbaine, et il estime se rendre utile pour ceux qui ont toujours la crainte d’opter pour le gospel.

Le chantre n’a pas manqué de mettre un accent particulier sur sa nouvelle mission, qui est d’évangéliser le peuple et par la même occasion il s’engage à servir d’exemple à travers sa conduite de vie

Commentaires

Commentaires du site 0