Remaniement ministériel au Bénin : Talon sur les traces de Yayi

Remaniement ministériel au Bénin : Talon sur les traces de Yayi

La table des mots du “Nouveau départ”

Son discours de campagne a pourtant marqué une rupture fondamentale avec l’ère Yayi. Mais depuis qu’il est au pouvoir, Patrice Talon n’a pas changé grand chose. Ni les hommes, ni les pratiques, ni même la méthode n’ont guère changé. La formation de ce dernier gouvernement avec le retour de quelques caciques de l’autre régime, fait rappeler les couacs et les non-dits d’antan.

Le nouveau gouvernement du président Patrice Talon nous projette près de cinq ans en arrière. Il nous donne l’illusion de revivre les années Yayi. Tant le gouvernement-ci présente de grandes similitudes avec ceux de son prédécesseur. Ce dernier avait réussi à instaurer en son temps la clochardisation de la fonction ministérielle. Ecclésiastes en manque de fidèles, mouchards en quête de prébende, micro-politicards maîtrisant à peine leur village, zélateurs du chef… Tous y avaient leur place. On y a retrouvé de temps en temps des hommes qui avaient du cran. De vrais gens qui pratiquent la politique telle une science, et des technocrates à notoriété aussi y sont de temps en temps présents pour servir de caution à ces différents gouvernements.

Yayi n’avait pas de logique pour former ses gouvernements. Il y allait avec ses humeurs, son esprit de vengeance et les contingences du moment. Il les dégommait aussi selon les mêmes principes.

L’un pour avoir nommé un Directeur de cabinet indésirable, l’autre pour avoir manqué un conseil de ministres un dimanche, un autre pour avoir refusé d’endosser une faute qu’il a commise lui-même. Ce canevas tracé par Boni Yayi semble bien inspirer Patrice Talon. Bien que la rupture qu’il prône tranche avec le changement de son prédécesseur et semble se positionner comme sa rectification, il n’est pas moins surprenant qu’il en copie quelques habitudes. D’ailleurs, il en récupère quelques têtes.

Ce nouveau gouvernement renforce le nombre d’anciens ministres de Boni Yayi. A Adidjatou Mathys, Alassane Séidou, Sacca Lafia, viennent s’ajouter Modeste Kérékou et Gaston Dossouhoui. Ce dernier avait été limogé pour l’affaire des intrants périmés (endosulfants), qui a occasionné une attaque des plants de coton par des insectes parasites appelés hélico verpa.

Au total, cinq ministres du gouvernement Talon sont des anciens ministres de Boni Yayi. Soit environ le quart. Ceci témoigne bien de l’affinité entre les deux régimes qui semblent être complémentaires sur

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 18
  • Avatar commentaire
    Franck 2 semaines

    Le spectat

  • Avatar commentaire
    Azanhouan 2 semaines

    Tous vous me faites rire car vous ne proposez rien de concret Le tout n’est pas de critiquer il faut proposer qqchose prrrrrr

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 2 semaines

      “vous ne proposez rien de concret” Vous ne voudriez pas que les béninois fassent le boulot à leur place en plus ? ls sont assez payés et le bénin assez volé, pour que les citoyens aient le droit de juger leurs décisions et leur (absence de ) résultats.

      Quand on paye pour un service, on est en droit de donner son avis et de se plaindre d’être escroqué

  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou 3 semaines

    Sonagnon a tout dit. Rien de bon à attendre de ce gouvernement. Talon peut en former mille autres, le résultat sera le même. Je me marre quand on parle de ministres technocrates. Sous l’ère Talon comme celle de Yayi, ça ne sert à rien d’être technocrate, puisque tout expert que tu sois, tu es là non pas pour réfléchir mais pour faire la volonté du Chef. La compétence n’est pas utile pour servir sous Talon. Les ministres sont justes des tâcherons pour exécuter les sales besognes du Chef. On parle de réformes! Mon oeil!!! Ce sont juste ce que le chef veut pour prendre tout le contrôle de l’économie du pays et se mettre plein la poche. Rien d’autre. Bénin debout pour faire échec à cette entreprise sordide et nauséabonde!

  • Avatar commentaire
    Cathie 3 semaines

    Patrice TALON n’a recueilli que 24,80% au 1er tour de l’élection présidentielle. Si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, Patrice TALON serait battu largement par Lionel Zinsou, pire, il n’irait même pas au 2ème tour.

    Rappelez-vous que le score cumulé de Lionel Zinsou : 28,44% et Sebastien Ajavon : 23,03% fait plus de 51%.

    Soyons vigilants, Patrice TALON et sa bande d’es-crocs avec l’appui de SAFRAN s’apprêtent à des fraudes gigantesques lors des prochaines élections. ATTENTION!!!!!

    • Avatar commentaire
      Sonagnon 3 semaines

      Ça ne se passera pas!!!
      Aucune élection n’est possible au Bénin sans la lépi.
      Si une liste n’est pas révisée l’ancienne peut toujours servir.

      Les successives décisions de la CC sont constantes dans ce sens.

      Patrice Talon ne peut jamais avoir un second mandat au Bénin.
      Il peut destituer tous les maires, payer Houngbédji pour qu’il bloque la lépi. Il partira!!!

  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 semaines

    Yinwe et Pata ont toujours été amis, même si une certaine presse essaie depuis quelques temps de nous prouver le contraire. 

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 3 semaines

    Ce gouvernement,tout comme le premier est à l’image de son chef.
    On ne peut rien attendre de ces hommes.
    Ils sont dans l’incapacité d’agir pour le bien de la communauté nationale, ce n’est pas la philosophie du Chef!!!

    Je pleins donc tous ceux là qui aident à l’accomplissement de ce triste dessein.

    Ce serait un boulet qu’ils vont traîner tout le reste de leur vie.

    • Avatar commentaire
      aziz 3 semaines

      Ils sont quand..meme l’expression..d’une volonté du peuple beninois…sonagnon

      Qu’on le veuille ou non…ils tirent leur légitimité du peuple beninois..

      C’est celà la vérité

      Ils ne sont pas là par un coup d’état..

      Moi..j’ai dit que je ne suis pas un démocrate..c’est parce que j’ai analysé,observé…que la démocratie beninoise…est tout simplement une imposture..depuis la conf nationale…

      • Avatar commentaire
        Sonagnon 3 semaines

        La légitimité repose sur une autorité qui est fondée sur des bases juridiques il est vrai.
        Mais aussi sur des bases éthiques ou morales.
        Patrice Talon peut il recevoir aujourd’hui le consentement du peuple béninois pour sa politique????
        Je ne crois pas,donc sa légitimité pose problème.

  • Avatar commentaire
    aziz 3 semaines

    Cette photo…de yayi et talon…..en dit long…

    C’est comme tundé,agadjavi franck toffa yawa et seigni…qui ont monté une opération de gangsters…pour dévaliser..les gens…la nuit

    Tot le matin..ils sont là…à rire de leur exploit

  • Avatar commentaire
    Gigo 3 semaines

    On ne travaille qu’avec celui ou celle qui pourrait mieux satisfaire vos attentes, celles de la nation, de la communauté, du cabinet, du bureau que vous avez à charge. On ne va pas chercher des supermans ou superwomens d’un autre territoire pour venir faire ce que les gens peuvent mieux faire chez soi. La preuve, vous avez critiqué par exemple tout le temps, l’ex-DG de la CAA; vous avez critiqué la nomination de la fille ou de ne je ne sais qui de Candide AZANNAI; vous avez critiqué même Wadagni comme quoi il est ceci ou cela du chef de l’Etat. Les exemples sont légions. Mais dites*moi, que voulez-vous au juste? Que K. KOUCHE revienne gérer ou quoi? ou qu’on fasse appelle à toute la bande à Yayi ou KEREKOU pour venir gérer? En fait, je comprends que vous, au lieu de proposer, non vous ne faites que critiquer et que lorsque vous aurez la chance un jour, ou l’un de vous proches un jour de gérer ne serait-ce qu’un quartier de ville ou de village avant qu’on ne parle de commune voire pays, vous ferez pire que ceux que vous aviez critiqué, que ceux que vous critiquez et d’autres comme vous, vous critiqueront.

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji 3 semaines

    Bof…On va pas aller chercher non plus des esquimaux pour nous gouverner hein. Et puis rupture ne veut pas dire blacklister systematiquement tout ceux qui ont eu à assumer des responsabilités de par le passé.

    • Avatar commentaire
      aziz 3 semaines

      est ce que ce sont..les seuls au benin..pour etre dans tous les gouvernements..?

      Moi aussi…je veux etre ministre…n’est ce pas

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji 3 semaines

        Aziz ministre????Pourquoi pas….Pourquoi pas… Je suis d’accord qu’ils ne sont pas les seuls mais bon je trouve aussi la Marina trop petite pour contenir les 10 millions de Beninois que nous sommes.

        • Avatar commentaire
          aziz 3 semaines

          Tu contestes..ma capacité à etre ministre…?

          Moi qui pensais…dans ce cas de figure..de te faire nommer..par décret..pris en conseils de ministre…mon chargé de mission…pour des affaires privées…eh bien te voilà…hors jeu…

    • Avatar commentaire

      @Agadjavi…,

      Pour toi, il n’y a plus personne d’autres que ces pieds nickelés qui nous ont déjà montré ce quils valent.

      Contrairement à @Aziz, moi je ne veux pas entrer dans ce foutoir pour foutre ma vie en l’air mais jen connais qui en veulent et qui sont 10 mille fois mieux que certains zigotos choisis.
      Bref, c’est le prix à payer pour notre democratie qui nous permet encore de dire ce que nous pensons

      Donc, Vive la rupture dévoyée et en avant la bamboula. Youpiiiii !