Documentaire français sur l’esclavage des enfants au Bénin : La ministre Adam Taro s’indigne et accuse

Documentaire français sur l’esclavage des enfants au Bénin : La ministre Adam Taro s’indigne et accuse

« Il y a des enfants en situation difficile au Bénin comme partout ailleurs mais point d’enfants esclaves ».

Bénin : Bintou Chabi Taro défend un budget de 4 milliards 905 millions Fcfa

C’est par cette phrase péremptoire que la ministre des affaires sociales a recadré les auteurs du documentaire « Enfants esclaves du Bénin » diffusé sur la chaîne française Tf1 le dimanche 26 novembre 2017.

Pour Bintou Chabi Adam Taro, il est vrai que le phénomène “d’enfants placés” a été dévoyé pour donner lieu à des cas de maltraitances d’enfants. Il n’a cependant aucun rapport avec l’esclavage, comme tente de le faire croire les auteures de ce documentaire.

La ministre a aussi dénoncé la « mauvaise foi » des auteures de cette production audiovisuelle qui ont tenté de faire le rapprochement entre ce phénomène “d’enfants placés” et le scandale de la traite des migrants noirs en Libye.

« Les auteures ont voulu par un raccourci effarant, juxtaposer le scandale de la vente comme esclaves de milliers de migrants noirs en Libye à une pratique sociologique séculaire des pays africains connue au Bénin sous le nom de vidomègon » s’est indignée Mme Adam Taro.

 Sur le plan professionnel, la ministre reproche aux auteures du documentaire, d’avoir manqué de protéger  les mineurs interrogés. Selon Mme Taro, Elles  n’ont eu aucun égard pour la protection de l’identité des mineurs qu’elles ont exposé sans prendre la peine de voiler leurs visages. De plus, elles n’ont même pas pensé à interroger les officiels béninois pour avoir leurs avis sur la question.

Pour la ministre des affaires sociales, ces manquements professionnels montrent que les auteures  étaient à la recherche du sensationnel. Il apparaît même selon elle,que  cette production n’était qu’un “vieux documentaire recyclé” qui ne tient pas compte des efforts accomplis par le Bénin pour endiguer le phénomène des Vidomègon.

 Les actions en faveur de la protection de l’enfant

A en croire Mme Adam Taro, le Bénin a élaboré une politique nationale de protection de l’enfant ainsi que son plan d’action. Le pays a également promulgué la loi 2015-08 du 08 décembre 2015 portant code de l’enfant au Bénin. Dans ce code, il existe des dispositions qui permettent de punir tout contrevenant au droit de l’enfant.

Le Bénin a par ailleurs œuvré pour la mise sur pied d’une mission de sensibilisation dans les grands marchés du pays comme le marché Dantokpa. Cette mission a permis de sortir 120 enfants  de “l’engrenage de l’exploitation économique”. Récemment le pays a lancé la campagne “Tolérance zéro” au mariage des enfants. Ces différentes actions montrent selon la ministre, que le Bénin ne reste pas insensible à la situation des enfants en situation difficile.

 

Commentaires

Commentaires du site 35
  • Avatar commentaire
    Olafèmi ADJINDA 2 semaines

    Vous feriez mieux Mr d’aller revoir votre définition de l’esclavage!
    Si vous voulez je peux vous y donnez un lien comme racourci :

    https://www.google.bj/search?q=esclavages&rlz=1C1CHZL_frBJ737BJ737&oq=esclava&aqs=chrome.0.69i59j69i57j69i60l3.3246j0j7&sourceid=chrome&ie=UTF-8

    Est ce qu’un Vidomingon choisis d’aller travailler où il va?
    Est ce que ces parents se font payer pour le services qu’il preste?
    Est ce que le vidomingon est libre de quitter le travail qu’il fait?
    Est ce qu’un vidomingon a les même droits que les enfants de ceux chez qui il est placé?

    Des enfants qui sont vendu par leur parents qui travaillent contre leur gré, qui n’ont pas le droit a l’éducation et au même privillèges que les enfants des gens chez qui ils sont placées, qui ne sont pas libre de quitter leur travail. qui sont battu pour un tout ou un rien!

    Arrêter de diluer la réalité dans un élan de patriotisme ou d’africanisme ou dans une piètre théorie du complot, ça me fait gerber de voir que des gens dit itellectuel disolve a ce point leur consciences des discours mu uniquement par leur sentiments et par l’égo ou l’honneur!

    Les vidomingon sont des exclaves moderne et vous feriez mieux de prendre votre plume pour les défendres que de rapporter des propos condescendants

    Combien de ministre de député, de cadre dispose de vidomingon chez eux?
    en fait ce sont eux les principaux activiste de cet phénomènes, ce sont des gens nanti qui s’y adonnent
    Alors arrêter.
    Arrêter votre condescendances et admettez que nous avons des enfants esclaves au Bénin et ces justes tristes!

    Travailler plus tôt a comment garantir un monde plus sur a ces pauvres enfants qui n’ont pas choisis leur conditions!

    • Avatar commentaire
      Crepin Bossou 1 semaine

      C’est seulement au Benin qu’il y a des vidomingons ? Il y en a partout ds la sous region ouest africaine (Togo, Niger, Nigeria, Burkina, Cote-D’Ivoire….) Pourquoi le reportage s’est-il focalise seulement sur le Benin ? C’est surtout cela qui gêne !!

  • Avatar commentaire
    Gigo 2 semaines

    Je comprends votre position avec ce gouvernement. Ce n’est pas la peine de ne pas publier les commentaires

  • Avatar commentaire
    Gigo 2 semaines

    Tout le monde où presque s’abat sur la ministre comme si elle ou le gouvernement en était pour quelque chose. Depuis quand ce phénomène a-t-il commencé ?
    Quelle lutte n’a-t-on pas fait dans cet état ?
    Les artistes musiciens et humouristes font des efforts depuis des années pour faire reculer ce phénomène ? Les gouvernements successifs, les juristes, les députés et autres ont fait des efforts (même si des hypocrites persistent dans l’ombre), pour que ça cesse, mais voilà où nous en sommes et on nous comparé à des barbares. Combien d’enfants béninois concasseurs de pierres a-t-on au Nigeria à côté ? Pêcheur au Gabon, au Ghana, en Côte d’Ivoire, etc…?
    Comprenez que c’est la pauvreté et l’ignorance qui amène les parents géniteurs à ce point et les autres, ceux chez qui on les place (les soit disant maîtres ou maîtresses) sont pour la plupart des malhonnêtes qui font des autres ce qu’ils ne peuvent pas faire à leurs propres enfants . Ne vexer pas dans des injures parce que ce gouvernement, vous le cherchiez sur bien d’autres sujets

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 semaines

    Peut-être Madame la ministre a aussi ses vidomêgons, qui travaillent du matin jusque tard dans la nuit sans salaire, sans droit à la scolarité, pendant que les enfants de Madame la ministre vont à l’école et jouissent de leur enfance.
    au lieu de faire semblant de s’indigner, il vaut mieux faire tout pour éradier ce fléau de vidomêgon , esclavage endogène au bénin.

  • Avatar commentaire
    Helian 2 semaines

    Je remet mon post d’hier. Cette situation est une honte nationale. Voilà une situation qui me désole au plus profond de moi-même et qui aussi, explique la déchéance de notre société et l’absence de valeurs morales. Oui je suis pauvre mais il n’y a aucune raison pour moi de livrer mes enfants. Je ne suis même pas capable de savoir qu’ils sont malades. J’aurais préféré, dans tous les cas, que mes enfants délaient la farine avec moi au lieu de les livrés à l’exploitation par des inconnus pour faire de l’Argent. Dans notre pays, l’argent est le mal profond qui ronge nos cerveaux et qui nous a enlever tout jugement et toute dignité.
    Au lieu de cherche des poux à un tondu pour une peccadille, le gouvernement ferait mieux de mettre en place une loi qui interdit et réprime l’exploitation de nos enfants. Évidemment, il faudra mettre en place des mesures de soutien aux familles et pour cela il faut envoyer à la retraite nos dirigeants actuels qui n’ont aucune vision pour résoudre nos problèmes communs.
    Au Benin, la façon dont nous prenons soins de nos enfants et de ceux de nos compatriotes les plus vulnérables, est la preuve de la grandeur de notre nation et de la foi que nous avons nous-mêmes en notre propre avenir.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 2 semaines

    Je pense pareil: déni éhonté, arguments pitoyables pour tenter d’excuser l’inexcusable.

    Les lybiens:
    – profitent de la faiblesse des gens pour les violer, 
    – les faire travailler au profit de tiers sans les payer,

    Les béninois:
    – profitent de la faiblesse de leurs enfants pour les violer,
    – les faire travailler au profit de tiers (parents, “employeurs”)sans les payer
     

  • Avatar commentaire
    Kpon gandji 2 semaines

    Ce phenomene a son cote’ negatif auquel il faut essayer de mettre fin.

    Le voyo, surtout en Europe et aux USA, dans ses journeaux, magazine et articles a toujours peint le noir, son histoire et son continent en noir. C’est pouquoi, j’ai toujours dit qu’il y a un complot contre l’Homme noir. Il est donc imperatif que tous les noirs du monde s’unissent a’ leur tour pouir contrer ce plan d’extermination de celui qui n’a jamais voulu le progres du noir.

    Sur un autre angle, lorsque nos gouvernements se pavannent en mendiants aupres de ces gens la’, on peut comprendre qu’il y au aussi des gens ehonte’s parmi nos politique qui ne pensent qu’a’ leurs propres interets et non a’ ceux du peuple.

  • Avatar commentaire
    bocco 2 semaines

    Aziz! je ne valide pas ton analyse vidomingon n’a rien avoir avec le scandale de la traite des migrants noirs en Libye.

  • Avatar commentaire

    Vous et votre gouvernement vous laissez les réalités sur le terrain. Et vous faites que les règlements de comptes bandes de *****

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 2 semaines

    “Un esclave est une personne qui n’est pas de condition de liberté, et se trouve sous la dépendance absolue d’un maître dont elle est la propriété.”

    Est cela la réalité des VIDOMINGON au Bénin????
    Je ne pense pas et je mets au défi quiconque de rapporter la preuve qu’au Bénin il existe des personnes qui répondent à ces conditions de vie.

    Donc il n’y a pas d’esclave au Bénin!!!
    J’ai été interpellé par plusieurs collègues français aujourd’hui sur la question.

    Ma réponse a été simple, il y a t il des enfants placés dans des familles d’accueil en France??? La réponse est oui, c’est donc la même situation au Bénin, mais dans un conteste de pauvreté.

    Imaginons les enfants dans les familles françaises sans l’aide de la CAF.
    Si la CAF n’accordait pas individuellement de l’aide aux enfants en France, même aux enfants qui sont placés dans des familles d’accueil, la situation de ces enfants serait probablement identique à celle des enfants dit VIDOMINGON du Bénin. Ou tout au moins pas loin!!!

    Donc c’est d’abord un problème de pauvreté.

    Il y a des abus dans beaucoup de cas, nous n’allons pas voiler cette réalité, mais, les textes prévoient des poursuites judiciaires en cas d’abus. Et il y a eu beaucoup de procès avec des condamnations au Bénin. J’en ai vu!!!

    Est ce que dans le cas de l’esclavage, en Amériques et aux Caraïbes à l’époque on poursuivait les propriétaires d’esclaves pour mauvais traitement???

    La réponse est non, donc il n’y a pas d’esclave au Bénin.
    Et savez vous que de grandes personnalités béninoises ont été des enfants placés dans leur jeune âge??????

    Après ce développement rassurez vous, mes collègues français sont d’avis avec moi que le reportage a manqué de professionnalisme, et n’a présenté que l’aspect négatif du problème.

    • Avatar commentaire
      Lionel 2 semaines

      Un vrai plaisantin ! Que de fautes d’orthographe et de contradictions. Je me demande bien où vous travaillez ? 

      • Avatar commentaire
        Sonagnon 2 semaines

        Contretissez moi au lieu de vous appesantir sur la forme.
        La difficulté de faire des correction dans texte long comme par le passé fait qu’on laisse des coquilles.
        Donc, le sujet n’est pas là.

        • Avatar commentaire
          Sonagnon 2 semaines

          Contredisez moi, au lieu de vous appesantir sur la forme.
          La difficulté de faire des corrections dans un texte long comme par le passé fait qu’on laisse des coquilles.
          Donc le sujet n’est pas là.

      • Avatar commentaire
        Tulip 2 semaines

        Bravo, bravo & bravo !

      • Avatar commentaire
        Tulip 2 semaines

        @ Lionel
        Bravo, bravo & bravo!

    • Avatar commentaire
      Gbenonkpo 2 semaines

      Belle analyse!

    • Avatar commentaire
      Tchite' 2 semaines

      Tres belle observation!

  • Avatar commentaire
    Jean 2 semaines

    Ce phénomène de Vidomégon a été créé e entretenu par l´élite béninoise; la femme du tonton fonctionnaire qui a réussi à Cotonou sollicite immédiatement les services d´un enfant dans le village du monsieur et souvant de bonne fois les géniteurs de ces enfants accèdent à la requête sans compter avec la maltraitance à laquelle leur enfant sera soumis une fois à Cotonou.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 semaines

    Cette ministre veut cacher cette réalité éhontée de la société béninoise. La pratique de Vidomêgon comment se passe – t-elle dans la réalité?

    Souvent c’est les bien nantis, connaissances et même des parentés habitant dans les villes qui viennent prendre des enfants dans les villages aux populations rongées par la pauvreté au prix de quelques kilos de riz et boite de conserves. Ces enfants une fois emmenés sont transformés en bonnes, en boys, en garcons de course ou vendeurs ambulants moyennant un seul repas par jour.

    Pendant que les autres enfants à leur âge vont à l’école, ces enfants travaillent sans cesse 8, 10 voire 12 heures par jour sans repos.
    Ceci amène parfois certains enfants éveillés à se sauver pour devenir enfants de rue.

    Soustraire des petits enfants à leur milieu naturel au prix de quelque sous ou de quelques dons alimentaires aux parents pour transformer ces petits enfants comme travailleurs infatigables de maison ou vendeurs ambulants pendant que les propres enfants de la dame ou du monsieur vont á l’école et jouissent de leur enfance, si ce n’est pas de l’esclavage, c’est quoi alors?

    Ainsi à Ouidah par exemple à Singbomê dans le quartier des „Agoudas“ descendants portugais, des enfants pêchés dans la région lagunaires de Toffin sont régulièrement traffiquès et vendus aux bonnes dames de Singbomê pour les travaux domestiques.

    J’ai été témoin occulaire d’un cas très penible et touchant.: Un monsieur qui est tombé sous le coup de l’infraction pour avoir couper quelque pieds de palmier à huile sans autorisation fut emprisonné. Avec la complicité du maire, du sous-préfet et de l’intendant de la prison, sa fille adolescente lui a été arrachée. En lui promettant de lui rendre la vie facile en prison l’on est allé dans son village cherché la fille et la donner à une maman de Singbomê qui avait besoin de bonne.

    Même la prison terminée, le père n’avait plus droit sur sa fille. Et la pauvre fille devenue adulte a été naturellement l’objet sexuel de tous les „guinnaroux“. Oui cela se passe ici au Bénin , ce quartier latin de l’Afrique et à Ouidah, cette ville dite de culture qui chérit tant le christianisme.

    Nous ne devons plus taire ce fléau, cette pratique inhumaine de l’esclavage endogène au Bénin, où chaque haut fonctionnaire, chaque grand commis de l’Etat et chaque parvenu a ce personnel de maison appelé domestique,“ vidomêgon“, qui n’a pas droit à la scolarité à une formation, mais qui sans salaire et sans le moindre entretien doit essentiellement travailler nuit et jour pour le maître.

  • Avatar commentaire
    Pimpim 2 semaines

    Mme ministre, vraiment reconnaissez o moins la vérité. Ça existe chez nous et dans plusieurs familles mm si le taux a régressé ces dernières années

  • Avatar commentaire
    Avouhan 2 semaines

    Les autorités Béninoises devraient avoir honte et madame la ministre dans cette affaire aurait dû adopter un profil bas, voire très bas.

    Nous connaissons tous le problème des “Vidomingon”. Ils sont les premiers à se lever tôt le matin et les derniers à coucher tard le soir et ils sont souvent victimes de maltraitance.

    Dire que les Vidomingon ne sont pas des esclaves c’est nier l’évidence.

    Ce qui est choquant s’agissant des noirs vendus en Lybie est que ceux qui vendent ne sont pas les propriétaires de ce qu’ils vendent. En effet pour vendre un bien il faut le détenir(le posséder), en être le propriétaire et disposer d’un titre ou d’un droit de propriété (usus, fructus et abusus). Mais l’être humain n’est pas un vulgaire objet que l’on peut vendre sur la place publique ou mettre en concession (système du leasing) auprès de telle ou telle famille sous prétexte qu’on est pauvre ou qu’on a faim. Si on n’est pas capable d’élever ses enfants et de leur assurer une éducation alors il faudrait s’abstenir d’en faire.
    Madame La Ministre, les Vidomingon sont des enfants esclaves en ce sens qu’ils ont été mis en concession (leasing) par leurs géniteurs auprès de familles riches et aisées et ce trafic honteux leur permet de percevoir en retour une redevance. Un peu comme ses enfants que certaines familles ont mis en concession auprès de familles Libanaises dont certaines sont retournées au Liban avec sans que l’on sache ce que sont devenus ces enfants. C’est impensable.

    Un enfant est le fruit, le désir du rapport entre deux individus de sexe opposé. Comment peut-on vendre ou mettre son enfant en concession pour pouvoir survivre alors qu’en temps normal, ce sont les parents qui doivent s’occuper de leurs enfants et de leurs devenir et pas le contraire, honte à nous et honte à vous madame la Ministre. Vous auriez mieux fait de vous taire.

    Déjà, les arabes entre eux sont traîtres et foncièrement méchants. Ce sont des gens qui ne possèdent aucune éducation à la base et qui parlent très, très mal et qui se disent supérieurs aux noirs qu’ils traitent de “Kalouches ou Heil” ce qui signifie “esclave” en langue arabe. Dans la crise des migrants nous avons vu des noirs qui ont été jetés par dessus bord en plein océan tout simplement parce qu’ils portaient un prénom chrétien ou parce qu’ils ne savaient pas prier Allah. Alors, que vont chercher nos frères noirs qui se rendent dans ces pays arabes sous prétexte qu’ils sont musulmans et qu’ils prient le même Allah? Ils se perdent la plus part du temps car l’envers du décor est tout autre.

    Voilà des gens (les arabes) qui entre eux ne s’aiment ou se détestent mais qui bizarrement se dissent issus de la meilleure race du monde, mdr!…Pensez-vous sincèrement que ces arabes puissent aimer quelqu’un d’autre différent d’eux? Ils sont traîtres, voleurs, jaloux, médisants mais ils sont toujours les premiers à jurer: Allah. Eh bien allez-y comprendre quelque chose. Et le Maroc qui veut abandonner sa monnaie (le Dirham) pour s’associer avec les pays Africains noirs, Lol!… Non les enfants laissez-moi rire.

    Shalom !

    Bonsoir

  • Avatar commentaire
    Helian 2 semaines

    Voilà une situation qui me désole au plus profond de moi-même et qui aussi, explique la déchéance de notre société et l’absence de valeurs morales. Oui je suis pauvre mais il n’y a aucune raison pour moi de livrer mes enfants. Je ne suis même pas capable de savoir qu’ils sont malades. J’aurais préféré, dans tous les cas, que mes enfants délaient la farine avec moi au lieu de les livrés à l’exploitation par des inconnus pour faire de l’Argent. Dans notre pays, l’argent est le mal profond qui ronge nos cerveaux et qui nous a enlever tout jugement et toute dignité.
    Au lieu de cherche des poux à un tondu pour une peccadille, le gouvernement ferait mieux de mettre en place une loi qui interdit et réprime l’exploitation de nos enfants. Évidemment, il faudra mettre en place des mesures de soutien aux familles et pour cela il faut envoyer à la retraite nos dirigeants actuels qui n’ont aucune vision pour résoudre nos problèmes communs.
    Au Benin, la façon dont nous prenons soins de nos enfants et de ceux de nos compatriotes les plus vulnérables, est la preuve de la grandeur de notre nation et de la foi que nous avons nous-mêmes en notre propre avenir.

  • Avatar commentaire

    Madame la ministre s’indigne pourquoi. Ces filles, ces vidomingon sont bien des esclaves. Nous savons tous au benin comment elles sont exploitées dans les marchés et dans nos propres domiciles, parfois même elles sont abusées sexuellement. Le documentaire vient nous rappeler simplement que nous devons avoir conscience qu’il y a de l’esclavage dans notre pays, dans nos maisons et que nous devons agir.Moi j’ai toujours eu pitié de ces filles.

  • Avatar commentaire

    Tu peux ************************** , tu trouve normal qu’ont nous le sort juste après cette histoire de la Libye , tout le monde sait que le placement D’ENFANTS est un fléau dans toute l’Afrique et il faut combattre . Vous des complexé bande de traite

  • Avatar commentaire
    aziz 2 semaines

    Interroger les officiels beninois…pour avoir leurs avis…dit elle..

    Quels officiels..? et pour quels avis…comme si les auteurs ne connaissent pas déjà..les répondes,ou avis…dont le fond sera…juste des contorsions sémantiques…avec un connotation des tropiques..

    C’est le meme discours depuis des années..et rien ne change

    Qui ne sait pas que ces filles sont traitées comme des esclaves,corvéables…battues,violées et humiliées….

    Et tout le monde le fait sans exception..

    Moi le sultan..j’ai toujours eu aussi…des bonnes..mais que je traitais comme des membres à part entière de ma famille…alors que j’ai vu d’autres…agir cruellement avec ces filles

  • Avatar commentaire
    aziz 2 semaines

    Le déni,l’hypocrisie,la lacheté,et cette pathologie..cette tare…qui font que les cadres africains…sont obligés de fuir leurs responsabilités…devant les grandes questions sociétales…

    Il faut toujours chercher un bouc émissaire..histoire de camoufler ses insuffisances

    Moi j’ai regardé ce reportage hier..qui se passait chez moi..au nord

    Et je ne vois pas..ce qui est faux dedans..

    Tout était vrai…et pourquoi le cacher

    • Avatar commentaire
      aziz 2 semaines

      Voilà..des gens…qui veulent battre et gérer les monnaies…dites africaines

      Si la france se désengage…il va falloir..chercher..un pays à prendre comme bouc émissaire pour justifier nos insuffisances génétiques

      Qui me dira que le probleme des vidémégon…est une fiction…..montée par les occidentaux..pour nous discréditer…

      Et ces gens là..s’appellent cadres,intéllectuels,et ministres..

      Franchement…quand je pense..à cette immaturité de nous les africains…j’ai parfois honte et j’ai envie de vomir