Bénin : Les députés désormais privés de liberté d’opinion

Bénin : Les députés désormais privés de liberté d’opinion

Le Bénin est régulièrement cité comme un pays modèle de démocratie sur le continent. Et cette qualification lui a souvent valu de la considération sur la scène internationale. Mais la culture démocratique n’a jamais été un acquis, elle demeure une constante quête.

Bénin – Désignation des membres du parlement au Cos Lepi : La commission des lois planche le 02 janvier

Puisque certains dirigeants appréhendent la démocratie comme un sérieux obstacle à la réalisation de leur dessein. Celui d’utiliser leur position de pouvoir pour se servir et non pour servir le peuple. 

Ende telles circonstances, c’est l’Assemblée nationale, qui représentant le peuple, reste le dernier rempart. Malheureusement, la suspension brutale de la séance d’hier jeudi 21 décembre 2017 par le président de l’Assemblée nationale, pendant la lecture de la déclaration des députés de la minorité parlementaire, constitue le signal fort du refus de la contradiction au parlement.

La politique du Bénin gardera dans ses annales l’incident d’hier jeudi 21 décembre 2017 à l’Assemblée nationale. L’honorable Guy Mitokpè lisait la déclaration des députés de la minorité parlementaires lorsqu’il a été interrompu, deux fois de suite, par le président de l’Assemblée nationale, maitre de céans, puis définitivement privé de parole à travers la suspension de la séance par Me Adrien Houngbédji. Un revirement spectaculaire de l’ambiance démocratique qui régnait jusqu’ici au sein de l’hémicycle, marquée par des joutes oratoires, des analyses contradictoires, des critiques ou des propos de soutien au pouvoir. Pourtant, ce qui s’est passé hier est inédit, jamais produit au sein de l’Assemblée nationale. Des retraits de parole pour prise de parole non autorisée, oui. Mais des retraits de parole pour « outrage » aux institutions, comme cela a été avancé par le président de l’Assemblée nationale, restent sujets à étonnement.

Le constituant en 1990 savait justement que les députés peuvent être amenés à tenir des propos déplacés à l’endroit des institutions. C’est pour cela que l’article 90 de la constitution de 1990, a tenu à assurer une protection inviolable aux députés dans l’exercice de leurs fonctions : « les membres de l’Assemblée nationale jouissent de l’immunité parlementaire. En conséquence, aucun député ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ».

Cette disposition de l’article 90 écrite dans un français digeste, explique clairement que les propos du député dans le cadre de l’exercice de ses fonctions ne peuvent faire l’objet de sanctions. D’où la surprise de la censure instaurée par le président de l’Assemblée nationale, sur le contenu de la déclaration des députés de la minorité parlementaire. Cette surprise s’étend aussi à la qualification d’outrage…

Peut-être faut-il que chacun lise les propos que le président Adrien Houngbédji qualifie d’outrage aux institutions : « Comme poussée par une fatalité aveugle qui s’acharne depuis avril 2016 à compromettre dangereusement l’avenir de notre nation, notre parlement au plus grand mépris de ses attributions constitutionnelles, s’est résolument installé dans le rôle d’un exécutif bis. Pendant une année, nous de la minorité parlementaire, avons observé et tenté d’opiner diplomatiquement sur les dérives du gouvernement à travers les rencontres folkloriques du chef de l’Etat avec les groupes parlementaires, mais nous n’avons pas été écoutés… ». A chacun d’apprécier ces propos qui ont suscité la colère du président du parlement : « s’il vous plait cher collègue, nous n’accepterons pas que vous fassiez outrage aux institutions de la République. Vous avez commencé par un premier outrage concernant l’Assemblée Nationale elle-même, et  je suis passé là-dessus. Mais vous ne pouvez pas outrager le chef de l’Etat. Ce n’est pas possible, c’est une institution. Donc essayez de modérer vos mots. Nous sommes ici à l’Assemblée Nationale, nous ne sommes pas en meeting ».

Etrange réaction de Me Adrien Houngbédji, devenu subitement censeur des propos des députés en faisant fi de l’article 90. C’est en lisant l’extrait qui a suscité le courroux du président du parlement que chacun peut comprendre que les véritables raisons de cette censure improvisée et inédite sont ailleurs : « En avril 2017, nous avons empêché la mise en œuvre de la plus vaste machination qui allait ouvrir la voie à la décapitation de notre jeune démocratie. Depuis, nous subissons les assauts les plus redoutables, mais qui ne nous émeuvent point et qui sont  condamnés à l’échec, car nous avons foi en notre peuple. Ainsi donc, vous assumez la lourde responsabilité, appuyé par nos collègues retranchés avec vous dans une zone de confort moralement inconfortable, la lourde responsabilité disons-nous, de la destruction proclamée de votre jeune démocratie. Une démocratie dont la vivacité offre à tous la tranquillité de vivre et même à un exilé, la possibilité de revenir sur la terre de ses ancêtres se faire élire président de la République. M. le président de l’Assemblée nationale, nous sommes députés et assumons à notre morale défendant, toutes ces lois inappropriées que nous votons dans cet hémicycle au nom de la dictature de la majorité, à travers une commission des lois à genoux devant le ministre de la justice ». La réaction du président Me Adrien Houngbédji a été mécanique : « Ces propos-là seront sanctionnés. Si vous en faites encore trop, je suspends la séance (…), Si j’en entends encore un mot, je suspends la séance… (M. le président)… La séance est suspendue ». Pour ce second morceau de la déclaration des députés de la minorité qui a conduit à la suspension de la séance, c’est l’assertion : « une commission des lois à genoux devant le ministre de la justice », qui n’a pas plu à Me Adrien Houngbédji. Sanctionne-t-on déjà les propos des députés tenus au sein de l’hémicycle dans le cadre de leurs fonctions, ou est-ce une innovation de Me Adrien Houngbédji. Que fait-on alors des dispositions de l’article 90 de la constitution ?

Quelles que soient les réponses, la réalité reste que la représentation nationale qui doit servir de contrepoids au gouvernement selon l’expression de Montesquieu, est plutôt devenue avocate de ce régime au point de devenir réfractaire à la vérité et aux propos contradictoires. Mais qui mieux que les députés, représentants du peuple, sont bien placés pour dénoncer, fustiger et décrier les dérives institutionnelles ? En se proposant de sanctionner les propos de dénonciation des députés de la minorité, Me Adrien Houngbédji n’annonce-t-il pas par la fin de la contradiction, de la critique et de la dénonciation pour l’avènement de la pensée unique ? Quoi qu’il en soit, la question que tous citoyens doivent se poser sérieusement, eux qui confient des mandats aux députés, est : nos députés défendent-ils au parlement les intérêts du peuple, ou les leurs propres ?

Commentaires

Commentaires du site 43
  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 7 mois

    Ce n’est pas parce qu’on n’est pas en phase avec quelqu’un que tous les actes posés contre ce dernier sont louables et ne posent aucun problème sur le fond ou sur la forme.

  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 7 mois

    Je demande aux uns et aux autres d’opiner sur le problème de fond lié à cet incident survenu à l’assemblée et cela passe par une analyse du contenu de la déclaration lue par l’He Guy Mitokpè.

  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 7 mois

    Le mal du béninois est que face une situation il ne fonde son analyse que sur la forme, le fond ne l’intéresse jamais.
    Apprenons à débattre des problèmes de fond, il y va de notre impartialité.

  • Avatar commentaire
    Helian Il y a 7 mois

    Ne vous en faites pas. On est entrain de concoter un plan qui sera imparable pour les rupturiens et l’officier de service qu’est le Hagbè national. Il faut le comprendre, il ne fait rien de nouveau. Ce sont ces pratiques qui ont fait, que malgré son argent et son supposé potentiel, il a échoué à être président du Bénin.

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 7 mois

    Nous devons nous préparer pour les élections législatives de 2019 en chassant définitivement Houngbédji et tous les candidats qui soutiennent TALON. Tout se passera dans les urnes. Il faut commencer à s’organiser dès maintenant. Toutes les contributions seraient les bienvenues!!!

  • Avatar commentaire

    Il nous faut un autre coup d’Etat. Et Dieu seul sait combien de fois cette idée taraude déjà l’esprit des béninois et surtout des jeunes. Nous en avons marre. Plaise au ciel. Un peuple meurtri, agressé et tjrs provoqué est une bombe.
    D’ailleurs, il a lui même bcp de dossiers pendant devant la justice. Il est temps qu’il en réponde.
    A la barre.

    • Avatar commentaire

      Le sultan…apres analyses scientifiques…impartiales..tenant compte de la dialectique des chose…l’a dit ici…en premier…et ceci depuis des années

      Certains m’ont pris pour un fou…et pourtant…je dis toujours vrai

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 7 mois

      Coup d’Etat, c’est bien à ça j’ai pensé!!!

      Mais il y a un commentateur qui m’a répondu qu’il n’y a plus de militaire au Bénin, qu’il n’y a que des fils à papa et je lui donne raison.

      En attendant qu’un des leurs par amour propre nous montre qu’il y a de véritables militaires au Bénin, préparons nous à battre TALON et ses hommes de main aux législatives pour opérer un changement légal.

      • Avatar commentaire

        Nous serons obligés…de faire le bonheur du peuple beninois..contre son gré..

        Pas à la façon bob denard…je vous l’assure..ni à la zimbabwéenne..

        Ce sera du propre…sans effusion du sang….et techniquement et stratégiquement..opéré..

        Et il nous suffit…de 100 durs à cuire…pour l’opération…

        Disons…façon kouandété….je le précises

        Quelques armes lourdes..positionnées…tot le matin…vers 4h 30….

        Neutraliser..les points stratégiques….arreter..dans la foulées…les terroristes….et les mettre en lieu sur…tous à polis…

        Et notre lz….va proclammer…l’aube nouvelle..et c’est terminé

        Paroles du sultan aziz

    • Avatar commentaire
      Waliou Ogoubeyi Il y a 7 mois

      Toi et ta famille aller organiser le ******************************* que tu sois.

  • Avatar commentaire
    Le Boss Il y a 7 mois

    DIEU sait ce que personne ne connait. Si adrien hougbedji etait president du benin il fera pire que talon. raison pour laquelle il est le champion des looser. ce monsieur n’a jamais voulu le bien de benin. il lutte pour sa poche. se qui est triste a son age que veut il ?

  • Avatar commentaire
    Loukpey Didier Il y a 7 mois

    Si le député boxeur etait à l’hémicycle il lui aurait enlevé une dent Non l’hémicycle n’est pas le lieu d’outrage aux institutions de la république mais écoutez il a été ramené a l’ordre plusieurs fois ce que je retiens c’est qu’il copie son maitre mais là il copie mal il faut savoir respecter j’encourage le président de l’Assemblée pour cette fois il m’a fait plaisir ceux la qui sont presses de voir la rupture ne pas aller à son terme se trompent royalement c’est dommage la démocratie ce n’est pas le désordre c’est également le respect de l’autre

  • Avatar commentaire

    Je continue…de penser…que l’élection…de talon…est une bonne chose…dans le fond

    …..

    en effet…si c’était lz…qui était elu…on n’aurait jamais su…que tous ceux qui le supportaient…n’étaient pas tous honnetes

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 7 mois

     « les membres de l’Assemblée nationale jouissent de l’immunité parlementaire. En conséquence, aucun député ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions »…………===============>>>>>>>>>>>>>>> SAUF EN CAS DE FLAGRANT DÉLIT =======>>> hihihi

  • Avatar commentaire

    Je disais tantôt n’avions nous pas vu certaine personne à la tête farinée décortiquer des arachides dans ce même parlement au cours d’une session ? Président quelle était ta position ? De grâce ne vous en faites pas ,les choses se feront d’elles même s,en réalité Mr houngbedji combien de salles de classe ou combien de dispensaire a’t’il construit et offert aux populations qui lui accordent toujours leur suffrages ?si nous devons faire le rapport ce que le Bénin luia permis d’avoir et ses services rendus à cette nation voyez vous le résultat ? Non satisfait de tout ça il en vient aujourd’hui à embrigader les libertés du parloir!!! Ooooh DIEU te regarde

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 7 mois

      “n’avions nous pas vu certaine personne…décortiquer des arachides dans ce même parlement au cours d’une session ?” 🙂 🙂 P.T. de rire !!

  • Avatar commentaire

    lamentable tout simplement.ADRIEN .H est le toutou de talon.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 7 mois

    Le président de l’Assemblée des Elus du peuple qui utilise sa position pour tenter de restreindre les prérogatives du pouvoir. Alors que son rôle est d’en être le garant…

    Où est l’injure là ? Le Parlement n’est-il pas le champ de l’affrontement politique sans merci des partis ?

    C’est à bien des égards, la soupape qui permet aux divergences politiques de s’exprimer même très vivement, dans un cadre convenu,  afin que les débats ne ne se règlent pas dans la rue.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 7 mois

      Cet homme passait pour être amoral mais roué (malin). ça semble plus grave que prévu.

      Ici,l’irresponsabilité et le fait de ne pas mesurer la portée de ce qu’il a fait, il révèle des limites qui inquiètent…
      Il ouvre la voie à d’autres excès contre les institutions.

      Au fond, je me demande si ces anciens là ne veulent pas, comme de vieux villageois féodaux, briser tout ce qui a été fait pendant leur vie pour rester les seuls auxquels sera fait crédit de la Démocratie au Bénin.

    • Avatar commentaire
      sonagnon Il y a 7 mois

      Ils poussent le peuple dans la rue en refusant à ses représentants de dire tout haut ce que souffre le peuple.

      Peut être quand un militaire va se décider à arrêter ce qui devient un cirque et non plus une démocratie, ils vont comprendre tardivement que s’était une faute de n’avoir pas joué le jeu de la démocratie totalement.

  • Avatar commentaire
    Zantchede Il y a 7 mois

    Il faut s’indigner pour cette attitude du président de l’Assemblée nationale, Adrien houngbedji. N’a-t-il pas toujours raison Nicephore Soglo, lorsqu’il parlait du “petit Mussolini de Porto-Novo” ?

  • Avatar commentaire
    ambrozini Il y a 7 mois

    c’est vraiment dommage pour notre pays

  • Avatar commentaire

    C’est tout simplement dommage tout ce qui arrive à ce pays le Bénin.Mais c’est bien fait aux béninois. Cela nous apprendra à ne plus surfer sur les belles paroles, les beaux habits et les beaux mensonges de nos dits hommes politiques. De toutes les façons, moi, je n’ai jamais cru et accepté la démocratie telle qu’elle a été instituée dans notre pays: un plagia de celles des pays occidentaux comme si on était au même niveau d’évolution.Chaque peuple a un parcours à faire pour devenir mûr mais on ne nous a pas laissé faire le parcours normal vers cette maturité politique. La preuve à l’assemblé nationale dite représentation du peuple, les individus y vont pour se représenter, représenter leurs propres intérêts et non le peuple. A part la 1ère législature que j’ai connu tout jeune, toutes les autres qui ont suivi ont commencé par connaître progressivement le déclin car les gens y étaient beaucoup plus pour leur poche que pour le peuple.
    Dommage. Il nous faut repenser un système politique propre et adapté à l’Afrique noire tout au moins.

  • Avatar commentaire
    sonagnon Il y a 7 mois

    HOUNGBEDJI va montrer sa face puante à tout le peuple béninois avant de raccrocher.
    Il est payé par TALON pour détruire la démocratie béninoise et installer l’autocratie et le pillage légale des maigres ressources de notre pays.

    Mais rassurez vous ça ne restera ainsi pour longtemps.

  • Avatar commentaire

    L’immunité parlementaire ne si fini pas abus; et insulte a l’autorité. C’est ce que nous devons comprendre;

    • Avatar commentaire

      Donc pour vous ce député a insulté l’autorité. Est ce que vous avez même lu la déclaration en question?

      • Avatar commentaire

        oui il a porté des propos déplacés si quelqu’un t’adresse à toi de la sorte de sur-crois en public quel sera ta réaction
         

        • Avatar commentaire
          sonagnon Il y a 7 mois

          Il est dans son rôle!!!
          Tout ce que ce gouvernement fait il faut laisser sans agir???

          Patrice TALON devrait connaître une destitution, pas seulement des propos.

          Et ce député ne dit rien d’autre que la vérité!!!
          C’est interdit de dire la vérité dans un parlement????

          Si on n’arrive pas à dire la vérité à ce niveau de responsabilité, où est ce qu’il faut dire cette vérité nécessaire alors???

  • Avatar commentaire
    Antoine Il y a 7 mois

    Houngbedji est une calamité pour notre pays. Il ne joue que par rapport à ses intérêts du moment. S’il veut rentrer dans l’histoire, il doit faire vite.

  • Avatar commentaire
    Attakoun Il y a 7 mois

    2019cest un vote de sanssion tout ce député voleur qui soutien talon aujourd’hui c’est un balais qui la temp

  • Avatar commentaire

    Vivement 2019 pour l’application impitoyable des votes-sanctions. Notre parlement aura besoin d’un profond coup de balai: les vieux dinosaures à la poubelle, la racaille dehors

    • Avatar commentaire

      Désolé. Il n’y aura pas de vote sanction comme chacun l’aurait voulu. L’électorat Beninois, est très sensible aux billets de banque de dernière minute qui déterminent son suffrage, hélas.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    à quand une bagarre généralisée au sein de notre  hémicycle face à de tel abus ? Houngbedji qui a seulement la police du règlement intérieur du parlement , n’a point la police des libertés de parole surtout en ces moment  de reddition de compte budgétaire . 
    Nous OLLA , député, en cas de bagarre , comme nous allons le faire déguster, à ce houngbedji petit mussolini  va 

    • Avatar commentaire

      On regrettrera…débourou djibril..maitre boxeur,karaté,docteur d’état…et surtout spécialiste…de lutte..bariba…de son gamia natal…

    • Avatar commentaire

      Une bagarre générale…ou les bazin riches,les cravates..et les costumes traditionnelles…seront déchirés…

      Des coups de points..des tables et bancs..balancés…et un sauve qui peut..

      Houngbe..poursuivit…dans les ruelles de porto novo…par quelques tres fachés…

      Dis je…serait un spectacle….

    • Avatar commentaire

      Si j’étais député…

      A chaque séance…moi..j’allais attaquer..mes adversaires

      Qu’ils aient fait quelque chose…ou pas…moi je cogne

  • Avatar commentaire

    Houngbe…et amoussou…ont beaucoup contribué.à l’enracinement de la démocratie..dans notre pays..et c’est inconstable

    Mais le parcours de l’un et de l’autre…et surtout la fin…de cette carrière laisseront…des gouts amers..

    Les propos du député..ne seraient pas sanctionnées..si c’est sous yayi boni..

    Compromission…dites vous…?

    Quand on ne veut plus faire de l’opposition…pour ses propres interets…ça un prix..n’est ce pas

    Je comprends pourquoi houngbe…n’a jamais été elu pr

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 7 mois

    Plus rien ne fait peur aux princes régnant. Ils sont prêts à tous pour faire taire toute voix discordante et gênante,
    Pour l’AN, il appartient à la minorité parlementaire de prendre les dispositions pour se faire respecter car ce qui s’est passé est totalement inacceptable.

    D’ici là que Pata et ses ouailles s’attaquent aux réseaux sociaux pour nous faire taire définitivement, il n’y à qu’un pas.
    On aura tout vu dans ce nouveau Bénin dit de rupture.

    Vive la rwandarisation !