Bénin : Michaëlle Jean parle des urgences économiques pour faire éclore les génies

Bénin : Michaëlle Jean parle des urgences économiques pour faire éclore les génies

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) Michaëlle Jean, a rencontré vendredi dernier les femmes et jeunes entrepreneurs du Bénin au siège de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib).

Bénin: Une délégation de la Ccib reçue par le maire Emmanuel Zossou

Elle a pris connaissance de leurs doléances et leur a fait part de la vision de l’Oif au profit du secteur économique. Lors de son séjour la semaine dernière au Bénin, la Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) Michaëlle Jean, a aussi échangé avec les femmes et les jeunes entrepreneurs. C’était dans la matinée du vendredi 15 décembre 2017 au siège de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib).

A l’occasion, le président de la Ccib Jean-Baptiste Sachivi, a pris la défense de ses jeunes et femmes entrepreneurs béninois pour présenter à l’hôte leurs préoccupations. Il a fait savoir à la Sg/Oif que les jeunes et femmes qui s’engagent dans l’entrepreneuriat au Bénin sont caractérisés par la force de leur vision d’entreprendre, la fermeté de leur détermination et une capacité à se projeter dans un avenir meilleur. Mais fait-il savoir, ils sont très tôt confrontés à des défis qui leur rendent la traversée assez laborieuse, faute de capital, d’accès aux financements, de savoir pour gérer leur affaire, etc.

« Sur le chemin du développement, les défis sont énormes », résume le président Sachivi.

Tout en reconnaissant que l’Oif fait partie des organes ayant soutenu fortement la Ccib dans sa dynamique de réforme, il a plaidé pour que la francophonie mette ces jeunes et femmes au cœur de ses programmes.

La vision économique de l’Oif

« Nous voulons donner réponse à toutes ces préoccupations », répond la Sg/Oif. « Il y a une énergie porteuse de tant de possibilités qui augure bien ce Bénin révélé », a-t-elle avoué.

Ce qu’il faut désormais à l’en croire, c’est mettre en place cette « stratégie économique forte » qui va permettre de « faire sortir le génie du terrain ». A ses dires, telle est la vision de l’Oif, et c’est ce qui l’a poussé à postuler pour le secrétariat général de l’Organisation. Elle indique que la stratégie économique de l’Oif doit être au service de ces jeunes et femmes entrepreneurs, pour créer le maillage de partenariat entre les chefs d’entreprise de l’espace francophone, qui défend-t-elle est aussi un espace dynamique d’échanges économiques. Au-delà, elle a insisté sur l’urgence de créer et de faciliter la mobilité entre ces entrepreneurs, dans tout l’espace.

« Lorsqu’on met en place un mécanisme incubateur pour vous mettre ensemble, on constate que le développement s’installe », se convainc Michaëlle Jean, citant l’exemple entre autres du Canada et du Québec.

« Nous voulons voir vraiment des jeunes et des femmes comme des dividendes pour la croissance », ajoute la Sg avant de se prêter aux questions des jeunes et femmes entrepreneurs venus l’écouter.

Commentaires

Commentaires du site 0