Bénin : Voici la déclaration des députés de la minorité par laquelle le scandale est arrivé

Bénin : Voici la déclaration des députés de la minorité par laquelle le scandale est arrivé

Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, Chers collègues Députés, Comme poussé par une fatalité aveugle qui s’acharne depuis Avril 2016 à compromettre dangereusement l’avenir de notre Nation, notre parlement, au plus grand mépris de ses attributions constitutionnelles s’est résolument installé dans le rôle d’un exécutif bis.

Bénin : Plusieurs contributions pour le texte de loi sur la charte des partis politiques

Pendant une année, nous de la minorité parlementaire, avons observé et tenté d’opiner diplomatiquement sur les dérives du Gouvernement à travers les rencontres folkloriques du Chef de l’Etat avec les groupes parlementaires, mais nous n’avons pas été écoutés.

En Avril 2017, nous avons empêché la mise en œuvre de la plus vaste machination qui allait ouvrir la voie à la décapitation de notre jeune démocratie. Depuis, nous subissons les assauts les plus redoutables, mais qui ne nous émeuvent point et qui sont condamnés à l’échec, car nous avons foi en notre peuple. Ainsi donc, vous assumez la lourde responsabilité, appuyé par nos collègues retranchés avec vous dans une zone de confort moralement  inconfortable, la lourde responsabilité disons-nous, de la destruction programmée de notre jeune démocratie, une démocratie dont la vivacité offre à tous la tranquillité de vivre et même à un exilé la possibilité de revenir sur la terre de ses ancêtres se faire élire Président de la République.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, nous sommes Députés, et assumons à notre moral défendant, toutes ces lois inappropriées que nous votons dans cet hémicycle au nom de la dictature de la majorité, à travers une commission des lois à genoux devant le Ministre de la justice.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, notre peuple s’inquiète et cette inquiétude dont nous nous faisons  légitimement l’écho s’est aggravée, lorsque le parlement, avait désigné ses  neuf (9) représentants, qui ne sont que des spectateurs de luxe dans la Commission RAVIP.

Nous y voici aujourd’hui dans la mise en œuvre sur le terrain. Pas de matériel de travail, pendant que l’existant ne fonctionne pas, avec  le calvaire des populations qui sont appelées à parcourir une dizaine de kilomètres, voire plus, pour se prêter à un exercice aux contours flous, avec à la clé, un certain SAFRAN, recruté dans la plus grande opacité pour les besoins de la cause par le Gouvernement, décrié dans tous les pays où il a trainé ses tares et combines. Même l’avionneur français DASSAULT vient de dénoncer son contrat avec cette nébuleuse seulement ce mercredi 13 Décembre 2017.

Le but inavoué et bien perçu par nos concitoyens est de jeter le flou sur les consultations électorales à venir, par ce RAVIP que vous, Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, défendez de toutes vos énergies.

Nous avons reçu la nouvelle programmation des points que le parlement devra aborder avant la fin de l’année. Nous faisons plusieurs remarques dont deux importantes :

Premièrement, la programmation s’est élargie à dessein à des points et ce en dehors des conclusions de la Conférence des Présidents dont le rôle dans le cas d’espèce est une exigence du règlement intérieur de notre Institution

Deuxièmement, Le processus de désignation des membres du COS LEPI, qui est une décision de la Cour Constitutionnelle n’y figure pas, malgré le calendrier qui le permettait : le vendredi 15, le lundi 18 et le mardi 19 décembre 2017 qui pouvaient y être consacrés.

Heureusement qu’il y a la Cour Constitutionnelle. Nous avons aujourd’hui la preuve que si elle n’existait pas, il aurait fallu l’inventer et la faire animer par des hommes qui ont le sens de l’Etat.

Nous voudrions donc rendre un hommage mérité à cette  Cour, même si elle n’a fait que son devoir, car certaines institutions sont incapables de faire convenablement  le leur.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, la Cour Constitutionnelle nous a rappelés à nos devoirs et il ne nous reste qu’à nous ajuster en prenant la mesure de la gravité de l’enjeu et du ton impératif de la décision. Il nous faut la respecter scrupuleusement pour éviter d’être des parjures, et nous ne souhaitons pas que l’histoire retienne que vous avez été l’acteur majeur d’une telle infamie, vous sachant légaliste et respectueux des textes.

C’est pourquoi, nous, membres de la Minorité Parlementaire, conformément à la décision de la Cour Constitutionnelle avons procédé à la désignation de nos quatre représentants dont les noms suivent :

AHOSSI Léon Comlan

DAFIA Abiba

ADJOVI Justin

MITOKPE Dossou Guy

Du haut de cette tribune, nous en appelons à tout le peuple béninois, afin qu’il se mobilise pour défendre les acquis démocratiques. Nous en appelons également à la communauté internationale au sein de laquelle notre pays  devient de moins en moins visible bien qu’appartenant à part entière à l’UEMOA, à la CEDEAO, à l’UA et à l’ONU, même si nos pratiques depuis avril 2016, nous désignent comme un pays entièrement à part.

Monsieur le Président, la question de la continuité du COS LEPI, reste une préoccupation à plus d’un titre, non seulement la décision de la Cour Constitutionnelle rappelle que cet outil électoral, reste valide jusqu’en 2021, mais nous savons également, qu’il a été financé à coût de plusieurs dizaines de milliards du contribuable béninois et des partenaires techniques et financiers.

Pour notre part, nous, députés de la Minorité Parlementaire,   promettons de nous battre pour la mise en œuvre intégrale de cette décision combien salutaire pour notre processus démocratique. Le temps des dictatures est derrière nous.

Non à la violation des lois de la République

Non à la vassalisation de l’Assemblée Nationale

Vive la Démocratie.

La Minorité Parlementaire.

Je vous remercie

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire

    Qu’avons-nous à faire avec la déclaration d’un jeune en perte de vitesse. Il est trop petit pour porter ce chapeau 

  • Avatar commentaire

    Lui Guy Mitokpe veut dire quoi dans cette minorité??? il n’a pas honte ; Lui avec son patron nous les attendons de pieds ferme; Ce n’est pas eux qui nous ont dit que Talon est le meilleur? Des bandits de grand chemin ; ils veulent dire quoi? Le contrat est déjà fini et il cherche celui qui leur donnera un nouveau contrat , de l’argent. Tchéké vous avez déjà oublie; non le peuple vous attend.

  • Avatar commentaire
    sonagnon Il y a 12 mois

    C’est bien ce que nous essayons de dire tous les jours depuis l’installation de Patrice TALON à la marina!!!

    C’était sans compter que HOUNGBEDJI allait se rabaisser jusqu’au niveau zéro d’un homme politique.

    Mais, il n’a jamais été fiable depuis son retour du GABON, il passe du coq à l’âne, ses propres intérêts et le reste ce n’est plus son problème.

    Comment les occidentaux ne vont pas nous traiter de sous homme avec des dirigeants de ce type???
    C’est triste et vraiment triste.

    La pauvreté de l’Afrique c’est tout simplement ces comportements.
    Même si on quittait le CFA, et que nous avons des hommes comme TALON et HOUNGBEDJI à la tête de nos institutions, la pauvreté aura encore plusieurs décennies en Afrique.

    • Avatar commentaire

      Sonagnon
      Enfin tu mets le doigt sur notre tourment. Mieux vaut tard que jamais hein!.
      Nous avons en Afrique de gros problèmes de comportement et ce n’est pas en criant haro sur le CFA, sur la France-Afrique, ou sur un supposé colonialisme ou néocolonialisme que nous allons résorber la grande pauvreté en Afrique.
      Ces africanistes idiots qui sont porteurs de sous-culture m’ont toujours fait rire.
      Ils sont prompts à dénoncer; mais dès qu’il s’agit de mettre la main dans le cambouis ou d’assumer leur choix ils disparaissent ou rentrent sous la table comme par enchantement.

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 12 mois

    La minorité s’ennuie. Laissez là s’exprimer, c’est comme un chien édenté qui aboie sans cesse. Elle ne mord personne.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 12 mois

      Approche tes testicules de leur museau et tu verras s’ils ne vont pas te l’arracher .
      C’est peut-être pour celà que ton houngbedji tente de les museler 

      • Avatar commentaire
        Jojolabanane Il y a 12 mois

        Sanction à l’encontre du Sieur Olla Oumar

        Selon le décret 1859035ABC, tous les avoirs du Sieur Olla Oumar ainsi que ses biens sont gelés pour son rôle actif dans les testicules du Sieur Prince Toffa 1er.

        Signé
        Rodrigo Duterte

        • Avatar commentaire
          OLLA OUMAR Il y a 12 mois

          ☹️😂😂 voilà votre OLLA qui est devenu un électron  hautement radioactif qui attaque les testicules de toffa , talon , puis bientôt houngbedji et toboula 

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 12 mois

        Et puis toi jojolabanane là , tu veux nous amener ici au benin , l’autre fou sanguinaire, tueur , dicrtateur des philippines ? Alors là NON , on garde encore un moment nos ruptuderiens , pilleurs , voleurs , 

    • Avatar commentaire
  • Avatar commentaire
    Attakoun Il y a 12 mois

    Celui qui dit la vérité on ne l’aime pas la vérité sans du caca après il sans du parfum du 200000f .mr le député testé calme vote de sanction vien 2019 il son tous corrompus voleur ajotogan assemblé ton

  • Avatar commentaire
    Monpays Il y a 12 mois

    Nous devrons oeuvrer pour le fonctionnement normal de nos institutions dans les limites de leurs attributions. Nous devons laisser la minorité s’exprimer dans le respect.

  • Avatar commentaire

    Je bénis l’éternel que il n’a jamais voulu que houngbegji soit élu président de la République. ..Lui et talon sont des bon à rien 

  • Avatar commentaire

    Quand je disais que Hagbê n’était pas fiable, ses défenseurs acharnés racontaient des blablas pour le défendre. A voir la manière dont il gère l’AN comme le 23eme ministère du gouvernement, que peut-on attendre de lui ? Rien, que nenni, nada.
    Quand il dirigeait l’AN en étant opposant, les choses se passaient-elles comme aujourd’hui ?