Fêtes de fin d’année à Cotonou : Les jouets et articles se vendent à compte-goutte

Fêtes de fin d’année à Cotonou : Les jouets et articles se vendent à compte-goutte

A l’approche des fêtes de fin d’année, on remarque généralement un peu partout dans la ville de Cotonou, l’installation de stands de vente de jouets et décorations pour égayer les ménages.

Bénin : Les meilleurs cotonculteurs à l’honneur

Une équipe de votre journal s’est rapprochée de ces commerçants, pour s’enquérir de leurs ventes en cette période dite ‘’fructueuse’’… Et le résultat n’est pas reluisant.

Jeudi 14 décembre 2017, il est 17h. Nous sommes sur la place Lénine d’Akpakpa centre à Cotonou. On remarque plusieurs stands animés par des vendeurs de jouets et d’objets de décoration pour ces fêtes de fin d’année. Au niveau de chaque stand, on retrouve plusieurs articles de jeux et d’ornement, dont des vélos, des poupées, des guirlandes, des sapins de Noël, des pétards et pleins d’autres objets intéressants, pouvant attirer tout parent désireux de faire un cadeau à ses enfants. Cependant, en dépit de la présence de tous ces articles et malgré l’imminence de la fête de noël, l’absence de clients à ces lieux de vente est remarquable. Aucun acheteur sinon de rares curieux, venus se renseigner sur les prix ou admirer les articles.

Dame Françoise Kiki une propriétaire de stand, explique qu’elle arrive à faire quelques ventes dans la semaine, mais sans faire de bénéfice. «Si on enlève les taxes, les impôts, l’argent de bâche et les frais liés aux transports de la quantité d’article que je vends en semaine, il ne me reste plus de bénéfice »a-t-elle déploré.

« On va jusqu’à faire des publicités pour que les gens viennent acheter, parce que d’autres pensent que comme c’est la fête on va tout vendre chère. Ce qui n’est pas le cas. Nous avons des jouets dont les prix vont de 500f à 200000f cfa. On ne taxe pas du tout nos clients. » Ajoute-t-elle.

A Dantokpa, le plus grand marché du Bénin situé à quelques kilomètres de là, le constat est le même. Approchée par notre équipe, dame Cécile Hodonou vendeuse de jouets dans ce marché, affirme que les quelques clients qui se sont intéressés à son étalage se plaignent tous du manque d’argent.

« Depuis 7h30 que j’ai mis pied ici, je n’ai encore rien vendu. Malgré mes efforts pour convaincre les clients de prendre quelque chose, ils me sortent tous le même refrain : ‘’il n’y a pas d’argent dans le pays, surtout avec la Rupture’’. Ce sera une grande perte pour nous si nous n’arrivons pas à écouler tous nos articles avant la fin de cette période de fêtes », s’est-elle plainte.

« Il arrive que je passe 3 jours sans vendre. », a renchérit Cécile Hodonou.

Pour ces vendeuses circonstancielles de jouets et décoration, ce n’est donc pas actuellement la joie. A quelques jours de noël et de la Saint Sylvestre, elles ont du mal à faire un bon chiffre d’affaire, malgré les efforts fournis. Elles peuvent toutefois continuer de prier pour que les choses s’améliorent

 

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Ékpémon Il y a 7 mois

    C’est une bonne chose, les gens vont un peu s’éloigner de ses fêtes importées, avec leur consumérisme abrutissant !

    Ils n’ont qu’à utiliser l’argent des cadeaux pour nourrir, soigner et éduquer les enfants…