Bénin : Des nominations aux ministères des finances et de l’Economie Numérique

Bénin : Des nominations aux ministères des finances et de l’Economie Numérique

Le Conseil des Ministres s'est réuni, mercredi le 24 janvier 2018, sous la présidence de Monsieur Patrice TALON, Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement. Au cours de la séance, plusieurs dossiers ont été examinés.

Bénin : conseil des ministres du 25 avril 2018

Communications

Sous cette rubrique, les dossiers suivants ont été approuvés :

1-1. Document d’options stratégiques pays 2018-2022 du Fonds International pour le Développement Agricole au Bénin.

Le Ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, et le Ministre de l ‘Agriculture, de 1 ‘Elevage et de la Pêche ont soumis au Conseil, une communication relative aux options stratégiques pays (COSOP) 2018-2022, du Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA)au Bénin.

Les options stratégiques pays sont une nouvelle approche du FIDA quiconsiste à:

– renforcer de façon durable les capacités productives des populations rurales vulnérables et leur résilience aux changements climatiques ;

– améliorer l’accès aux marchés pour les produits agricoles de ces populations.

Ainsi, sur la période de référence, toutes les interventions du FIDA contribueront notamment à faciliter, aux bénéficiaires, l’accès durable aux ressources productives de manière à accroître durablement les rendements, les volumes de production et de produits transformés.

Elles aideront au renforcement des capacités sur les plans technique, organisationnel et managérial des Organisations professionnelles agricoles.

Pour la phase opérationnelle, trois projets sont mis en œuvre. Il s’agit du Projet d’Appui aux Services financiers ruraux adaptés (PAPSFRA) et du Projet d’Appui au Développement des Cultures maraîchères (PADMAR), déjà en cours et qui seront poursuivis. S’y ajoutera, le Projet de Développement des Filières agricoles (PRODEFA), qui sera soumis à l’approbation du Conseil d’Administration du FIDA prévu en décembre 2018.

En adoptant ce Document d’Options stratégiques, le Conseil a instruit les Ministres concernés de veiller à la mise en œuvre  correcte des projets ainsi retenus pour l’amélioration des conditions de vie des populations cible.

1-2. Projet d’Appui à l’Assurance Mutuelle Agricole du Bénin (PAAMAB).

À la suite de la crise alimentaire de 2008, la Banque Ouest africaine de Développement (BOAD) a financé une étude qui a conclu à la faisabilité de l’assurance récolte dans la zone UEMOA. L’ objectif global du projet est de réduire la vulnérabilité des producteurs de coton et de riz, en mettant à leur disposition, des produits d’assurance couvrant la phase « production » non prise en compte aujourd’hui. Il vise aussi, à terme, à améliorer le bien-être des producteurs en renforçant leur sécurité, afin de leur permettre d’accroître leur productivité.

A cet effet, notre pays a signé, avec 1′ institution financière sous régionale, un accord de prêt pour la mise en œuvre  du Projet d’Appui à l’Assurance Mutuelle Agricole du Bénin. Ledit accord a été ratifié par l ‘Assemblée nationale en 2015. Mais pour diverses raisons, liées notamment à l’accomplissement de formalités administratives aux fins de satisfaire les conditions de décaissement, et réformer le cadre institutionnel, le projet a connu des retards de démarrage.

C’est pour mettre fin à ces dysfonctionnements et permettre le démarrage effectif de ce projet, qui va impacter 350.000 producteurs de coton et 1000 producteurs de riz, que le Conseil a adopté le nouveau mécanisme de mise en œuvre  du projet, et instruit les Ministres concernés d’accomplir diligemment les démarches nécessaires à cette fin.

1-3. Réalisation en mesure d’urgence de quinze (15) forages à gros débit pour le renforcement du système d’alimentation en eau potable de la ville de Savalou.

Le système d’alimentation en eau potable de la ville de Savalou est confronté à un phénomène de tarissement de plus en plus prononcé de la retenue d’eau qui alimente la ville. De ce fait, la capacité de production du système n’arrive plus à couvrir les besoins des populations, tant en saison pluvieuse qu’en saison sèche. Ainsi, pour un besoin minimum des abonnés au réseau urbain de la Société nationale des Eaux du Bénin (SONEB) estimé à 1927 m3 au moins par jour, la production d’eau actuelle est de 226 m3 en saison sèche.

Pour combler ce déficit préoccupant et permettre aux populations de disposer d’eau potable en quantité suffisante, il urge de réaliser de nouvelles infrastructures de production.

C’est pourquoi le Ministre de l’Eau et des Mines a sollicité du Conseil, l’autorisation de contracter avec le bureau d’études CANAL EAU pour mener en urgence les études l’implantation de quinze (15) forages à gros débit, pour une production de 2.500 m3. Tenant compte des spécificités géologiques de la zone, les études se feront par la méthode dite de Résonnance magnétique protonique (RMP), en vue d’optimiser la réussite des forages.

Le Conseil a approuvé la communication, et instruit le Ministre de l’Économie et des Finances, de mettre à disposition, en urgence, les ressources nécessaires à la réalisation desdites études.

1-4. Gestion de l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Lassa au Bénin.

Depuis quelques jours, notre pays fait face à 1′ épidémie de la fièvre hémorragique Lassa, notamment dans les départements de l’Atacora et du Borgou. A ce jour, les services techniques du ministère de la Santé y ont dénombré respectivement sept (7) cas dont quatre (4) décès, et trois (03) cas. Cette épidémie, devenue cyclique, sévit également dans des pays voisins d’où elle est importée chez nous par le phénomène de la migration.

Face à cette situation, le ministère a déjà pris des dispositions pour la prise en charge des malades et le suivi des personnes ayant été en contact avec eux en vue d’enrayer la propagation. Les mesures prises consistent, entre autres, en:

– un suivi quotidien avec les acteurs de notre système de santé, et les Partenaires Techniques et Financiers du secteur ; l’approvisionnement des formations sanitaires en solutés, médicaments et consommables médicaux, pour permettre la prise en charge gratuite des cas ;

– la surveillance épidémiologique et au renforcement des actions d’information, d’éducation et de communication.

Le Conseil a approuvé la communication et instruit les Ministres concernés de prendre toutes dispositions utiles en vue d’une gestion efficace de l’épidémie.

II- Rencontre internationale

Le Conseil a autorisé :

– la participation du Bénin à la 30ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, à Addis Abe ba en Ethiopie, du 22 au 29 janvier 2018 ;

III- Mesures individuelles

Des nominations ont été prononcées.

Au ministère de l’Économie et des Finances

Sur proposition du Ministre,

Agent comptable central du Trésor :

  • Monsieur Félicien DAKODO

Au ministère de l’Economie numérique et de la Communication

Sur proposition du Ministre,

  • Directrice générale de l’Economie numérique et de la Poste :
  • Madame Barkatou ADAMOU SABI BOUN
  • Directeur de la Programmation et de la Prospective :
  • Monsieur Marius Hervé ATAYI-GUEDEGBE
  • Conseiller technique juridique :
  • Monsieur Fidel El-Koudous OROU N’GOBI

Fait à Cotonou, le 24 janvier 2018.
Le Secrétaire Général du Gouvernement,
Edouard’ ODIN-OURO

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou Il y a 5 mois

    Pourquoi nous présente-on la photo de PIK pour ce compte rendu du CM? Est-il revenu au devant de la scène pour cet exercice d’exhibitionnisme?

  • Avatar commentaire
    Michel Il y a 5 mois

    Je sais une chose la population attend les échéances électorales pour finir avec tout ce qu’on observe. Que cela soit à l’Assemblée Nationale où ces députés sont devenus méconnaissables avec des votes de lois tout azimut qui ne changent rien au quotidien de la population ou les présidentielles de 2021.

  • Avatar commentaire

    Quand on est paye 10 a 16 millions par mois, on peut au moins rediger les compte rendu de conseil des ministres en francais correct…
    Voci ce que dit l’academie francaise de l’utilisation du verbe impacter que l’on retgrouve a toutes les sauces de nos technocrates de mes deux…

    Le substantif Impact, désignant le choc d’un projectile contre un corps, ou la trace, le trou qu’il laisse, ne peut s’employer figurément que pour évoquer un effet d’une grande violence. On ne saurait en faire un simple équivalent de « conséquence », « résultat » ou « influence ».

    C’est à tort qu’on a, en s’inspirant de l’anglais, créé la forme verbale Impacter pour dire « avoir des conséquences, des effets, de l’influence sur quelque chose ».
    On dit On ne dit pas
    La crise affecte l’activité économique, a des conséquences sur l’activité économique, modifie la rentabilité, touche l’opinion. La crise impacte l’activité économique, impacte la rentabilité, impacte l’opinion.

    Le substantif Impact, désignant le choc d’un projectile contre un corps, ou la trace, le trou qu’il laisse, ne peut s’employer figurément que pour évoquer un effet d’une grande violence. On ne saurait en faire un simple équivalent de « conséquence », « résultat » ou « influence ».

    C’est à tort qu’on a, en s’inspirant de l’anglais, créé la forme verbale Impacter pour dire « avoir des conséquences, des effets, de l’influence sur quelque chose ».
    On dit On ne dit pas
    La crise affecte l’activité économique, a des conséquences sur l’activité économique, modifie la rentabilité, touche l’opinion. La crise impacte l’activité économique, impacte la rentabilité, impacte l’opinion.

  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 5 mois

    Je demande à Talon d´instruire les forces de l´ordre à mettre fin à cette pagaille. La démocratie ne veut pas dire anarchie, c´est la jouissance des droits et l’accomplissement des devoirs.
    Ces monsieurs ne font que réclamer des droits et qu´en est-il de leurs obligations de travailler pour la république qui les nourrit?
    Trop c´est trop….

    • Avatar commentaire
      Citoyenne Il y a 5 mois

      ne jouez pas au pyromanne, car les consequences seront dommageables pour tous. nous avons intérêr à inviter le président de la République, qui a accepté servir le peuple Béninois, à écouter ce peuple et à le servir réellement. C’est cela sa mission et rien d’autre

    • Avatar commentaire

      @ Democrate
      Allez-y demander au Burkina ce que l’armée a pu faire. Si vous voulez attiser les prémices d’une guerre civile continuez ce genre de commentaire. Comment appelez-vous le non respect des textes si ce n’est de l’anarchie.

  • Avatar commentaire
    Serge Landry GAMEDJO Il y a 5 mois

    Dommage je ne vois pas toujours une action prompte du gouvernement sur la crise qui secoue actuellement le Bénin. C’est déplorable, c’est frustrant, c’est écoeurant

    • Avatar commentaire
      Tundé Il y a 5 mois

      Quelle crise ?
      Si vous faites allusion aux anarchistes en grève, c’est à la cour constitutionnelle de Holo d’en porter les conséquences.
      Les travailleurs doivent garder la liberté de travailler et aux syndicats de poursuivre dans leurs orgies de grève. Adjaka dit que c’est épiphanie des libertés……bravo

    • Avatar commentaire
      democrate Il y a 5 mois

      De quelle crise s´agit-il?
      Les agitations de quelques paresseux soutenues par des billets de banque issus de la Cocaïne pure.
      C´est cela la réalité des faits.

      • Avatar commentaire
        Citoyenne Il y a 5 mois

        n’adoptez pas la politique de l’autruche en ignorant le malaise social général que l’on dénote aujourd’hui. En démocratie, la réaction de tout le peuple doit être pris au sérieux, fut-elle de la minorité. Ne pas reconnaître qu’il y a crise, c’est faire preuve de myopie. Toutes les couches sociales se plaignent et c’est spontanément que les gens partagent leur crainte sur l’avenir du pays avec cette gouvernance décriée partout, pour ce que j’en sais.

      • Avatar commentaire

        Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Ainsi donc vous voyez une main invisible. Apportez la preuve. Vous n’êtes même pas capable d’apporter la preuve de la provenance de cette drogue. Encore moins de donner suite à l’action d’Ajavon. Vous vous croyez au FAR WEST?