Parti Restaurer l’Espoir au Bénin: Les mises en garde de Candide Azannaï

Parti Restaurer l’Espoir au Bénin: Les mises en garde de Candide Azannaï

Bénin: Il y a 2 ans, Azannai, au cœur d’une révolte populaire

Comme pour sacrifier à la tradition, les militants du parti Restaurer l’espoir et leur président Candide Azannaï, ont échangé leurs vœux ce dimanche 21 janvier 2018 au Majectic de Cadjèhoun. Occasion pour le président de se prononcer sur la situation du pays, de justifier les positions du parti face aux questions de la nation durant l’année 2017, et de faire des mises en garde.

Hymne national, animation des femmes militantes du parti vêtues de tenue traditionnelle de couleurs jaune et blanc. C’est bien dans une ambiance de fête que les militants du parti Restaurer l’Espoir (Re), ont présenté leurs vœux de nouvel an à leur président Candide Armand Azannaï. Que se soit les jeunes, les femmes, les cadres et même les sages du parti, tous ont multiplié des vœux de bonne santé et de protection au président Candide Azannaï  et sa famille. A l’unanimité, ils ont précisé que ces vœux interviennent à un moment où le Bénin traverse une crise sociopolitique sans pareil.

Paupérisation accrue

Calixte Garba venu de Kouandé et représentant des jeunes Re, a souligné que depuis le 6 avril 2016, les jeunes cherchent leurs repères en vain. Car, le régime dit du nouveau départ a anéanti l’espoir qui l’a accompagné au pouvoir. En lieu et place des emplois, la jeunesse assiste en silence aux licenciements massifs, à la liquidation des offices et sociétés d’Etat. Pour sa part, Caroline Azon a précisé que le régime de la rupture a ruiné les femmes avec des casses sauvages. De même, les mesures sociales sont en pannes. Selon le secrétaire général du parti et député à l’Assemblée nationale, Guy Mitokpè, cette cérémonie est une occasion de faire le bilan des actions menées et de repréciser les défis qui attendent le parti dans un contexte où le pays est gouverné avec beaucoup de doute et d’incertitudes. Et 2017 a été une année difficile et éprouvante pour les populations, car « au nom des réformes sans résultats, elles ont subi les assauts de destruction de la part de nos gouvernants, dans la pratique quotidienne de leurs activités ». Le député Guy Mitokpè a relevé que le parti est fier d’avoir été en 2017 à l’avant-garde de la dénonciation des actes anti développement, de corruption et du mépris du respect des principes de bonne gouvernance et de démocratie.

Défis à relever

Alors, pour Justin Ekpéli Kpézé le représentant des élus du parti, 2018 est pour les membres du parti un virage décisif. C’est déjà l’antichambre de tous les combats  futurs. Il ne reste qu’à travailler pour être résolument présent à tous les rendez-vous électoraux. Ensemble, les membres du parti vont peaufiner et définir les mécanismes de suivi et d’évaluation de toutes les actions du parti. Il a indiqué que les militants doivent travailler davantage pour immerger leurs tares et intrigues, afin de faire émerger éloquemment leurs actions pour un rayonnement véritable du parti sur l’échiquier national. L’ambition du parti restaurer l’espoir, c’est d’éveiller les consciences, c’est de rappeler aux hommes politiques de ce pays leur rôle dans la cité.

Combattre la gouvernance par la ruse, la hargne et la rage

« Notre pays est dans une mauvaise passe préjudiciable à la paix, à la cohésion nationale et au pacte républicain. », a laissé entendre le président du parti Candide Azannaï. Pour lui, en 2017 trois événements ont retenu l’attention à l’échelle du parti. Il y a sa démission du gouvernement intervenue le 27 mars, le 03 juin 2017 la tenue du 3e Congrès ordinaire, et le 07 octobre 2017, la tenue du Conseil national ordinaire annuel 2017. Revenant sur sa démission, il a estimé qu’elle exprime son profond désaccord avec le président de la République, désaccord né de son «refus de servir de caution à l’assassinat programmé de la démocratie, ô combien chèrement acquise, au pillage des secteurs prometteurs, au bâillonnement des libertés, à la ruine de l’Etat de droit, et à la désintégration de la cohésion nationale, à l’érosion des acquis du Renouveau démocratique ».

Alors, il a choisi de se mettre « à l’écart de l’arrogance de l’ingratitude, à l’écart des parades de l’orgueil pillard et glouton, qui chaque jour cible comme victime tout ce qui lui paraît rentable dans notre Pays, dans un déchaînement aveugle de brutalité contre les pauvres populations…». Pour lui, «le temps des détails viendra». Candide Azannaï estime qu’on ne peut pas combattre l’actuel régime comme celui défunt. Il faut donc changer de stratégie. Il a aussi informé qu’en sourdine, des réunions se tiennent pour

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 30
  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 3 mois

    La seule question que moi je me pose, est de savoir si vraiment des gens pensaient que Patrice TALON pouvait faire autre chose que ce qu’il fait actuellement???

    Comment il a fait pour être milliardaire??? Vous ne savez pas????

    Et vous pensez que du jour au lendemain il va devenir un patriote, quelqu’un capable de se sacrifier pour son pays!!!!

    Tous les milliardaires, surtout dans des pauvres comme les nôtres, sachez que c’est des requins!!! Ils n’ont pitié pour personne.

  • Avatar commentaire
    Brice DJOSSOU Il y a 3 mois

    Mr Candide Azannaï,Vous ne paraissez plus crédible aux yeux des intellectuels beninois.moi, je ne suis pas un politicien mais j’ai le bon sens.
    vous parlez de assassinat programmé de la démocratie, parades de l’orgueil pillard et glouton…ça me fait sourire, si c’est programmé, c’est sans doute que vous etiez dans le complot.ne nous tromper pas mr Candide…
    orgueil…tout le monde sait au benin que ce n’est pas le genre de mr Talon.Vous ferez mieux de trouver un autre qualificatif.glouton, dites vous!!!et les frais de vos billets d’avions Cotonou-Paris…Paris -Cotonou depuis 2012 ???

  • Avatar commentaire
    Brice DJOSSOU Il y a 3 mois

    Mr Candide Azannaï,Vous ne paraissez plus crédible aux des intellectuels beninois.moi, je ne suis pas un politicien mais j’ai le bon sens.
    vous parlez de assassinat programmé de la démocratie, parades de l’orgueil pillard et glouton…ça me fait sourire, si c’est programmé, c’est doute que vous etiez dans le complot.ne nous tromper pas mr Candide…
    orgueil…tout le monde sait au benin que ce n’est pas le genre de mr Talon.Vous ferez mieux de trouver un autre qualificatif.glouton, dites vous!!!et les frais vos billets d’avions Cotonou-Paris…Paris -Cotonou ???

  • Avatar commentaire
    Helian Il y a 3 mois

    Ne rêver pas ce gouvernement n’a aucune boussole. Je vous prédis ceci:

    1. Hougbédji sera remercié en monnaie de singe
    2. ABT et Koukpaki seront aussi évincés du gouvernement

    Talon n’a pas d’états d’âme et il va les utiliser, les emmener à être désavoués par le peuple et comme de vieux torchons va les mettre à la poubelle.

  • Avatar commentaire
    Helian Il y a 3 mois

    Lui au moins il a eu le courage de démissionner. Regarder dans ce gouvernement, les Koukpaki, ABT, qui auraient dû être au dessus du besoin, sont restés porfitant tranquilement des avantages d’un régime corrompu et prédateur alors que la majorité des béninois vivent dans la misère.
    L’autre jour, j’ai eu une conversation avec un lodateur du régime, ceux qui profitent des bétises actuelles pour se mettre de l’argent dans les pcohes. Je lui ai tiré les bretelles et il reorienter la conversation vers d’autres sujets moins périlleux pour lui.
    Azannai est un homme politique. Mais je le respect quand devant la bétise actuelle il a pris ses responsabilité en disant, comme vous le dites si bien, non à son bras financier.
    Le bénin est à la croisée des chemins. Les choses doivent changer et cela va changer.

  • Avatar commentaire

    Azanai a déclaré au cours de ce meeting ,je cite : ” le chef de l’état actuel est sans foi ni loi alors que l’autre ( yayi) est sans loi avec un résidu de foi” tout le monde savait déjà au bénin que Patrice talon est un ***********, si lui ne le connaissait pas avant de faire sa promotion alors il est un très mauvais politicien…..

  • Avatar commentaire

    Après le compétiteur né, voilà un profiteur né. Parce que l’élection législative s’approche il faut se ranger du côté du peuple une fois élu on revient chanter les louanges de son compétiteur.
    Deux amis qui trompent le peuple naïf.

    • Avatar commentaire

      Tu as tout dit, c’est juste une stratégie pour gagner les législatives. Comment peut-on se mettre à dos son bras financier depuis le renouveau démocratique? Il est vraiment un profiteur né, et un fin stratège. Exactement le même scénario en 2007, puis après l’échec il est revenu à de meilleurs sentiment avec “ni loi avec un résidu de foi” en 2010 pour gagner les législatives de 20115, toujours avec l’onction de son bailleur, le président Talon qui l’avait imposé à Yayi!

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 3 mois

    Il faut que le gouvernement publie les salaires du président de la République, des ministres et des hauts fonctionnaires (préfets, etc) et vous serez surpris. Vous verrez que c’est vraiment la rupture au sens du dépouillement des maigres ressources du pays.

    • Avatar commentaire
      Prince Toffa 1er Il y a 3 mois

      Si vous avez des chiffres, partagez-nous cela!!! Tout le monde attend de connaitre ces salaires “énormissimes”.

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 3 mois

    Comme quoi, on ne finit jamais de connaitre un homme, même si vous êtes du même sang. L’homme étant lui-même changeant et l’on ne doit surtout pas oublier que le pouvoir aussi change vite l’homme.

    L’on peut bien faire la promotion d’un produit dont on maitrise le système de production, mais lorsqu’on change ce système, forcément la qualité doit prendre un coût positif ou négatif. Azannaï a fini par s’en rendre compte que le produit dont-il avait bien fait la promotion, manque désormais cette qualité qu’il lui connaissait, et il est préférable pour lui de revenir faire son aveu au peuple. Moi je ne peux qualifier sa position de responsable.

    Il est mal traité par ceux qui n’ont aucune conviction dans la vie. Azannai n’est pas un voleur, et il lui sera très difficile de se livrer aux actes de pillage des deniers publics. Il a préféré se retirer et il attire l’attention du peuple sur ce qui se passe et se passera dans les prochains jours afin que le peuple détenteur du pouvoir d’Etat puisse prendre ses responsabilités. A t-il déjà mal fait?

  • Avatar commentaire
    Ojoubanire Il y a 3 mois

    Vous êtes des malhonnêtes la personne dit qu’il se retrouve plus qu’il n’est plus d’accord de la manière le pays est géré et vous souhaitez quoi qu’il reste et se taire comme les autres moutons moi je pense qu’ilfaut soutenir et encourager les hommes politiques de sa trompe

  • Avatar commentaire

    Il ne dit rien le peuple est murs déjà

  • Avatar commentaire

    Ce Monsieur ne sait pas ce qu’il veut, je plains ceux qui l’écoute, j’ai l’impression que les béninois ont la mémoire très courte, on assiste souvent à des revirements en quelques mois sans que ça ne gêne personne, certains les prennent comme  héros 

  • Avatar commentaire
    Biglotchémè Il y a 3 mois

    Alodogba, j’espère qu’il (Azannaï) ne reviendra pas chanter les louanges du même Chef de l’État. J’ai bien noté, ce jour là nous allons ensemble faire le point.

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 3 mois

      Alodogba…Alonanwin.

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 3 mois

      @Biglo,

      En quoi ce serait choquant qu’il revienne dire que maintenant ça va si tant est que Agbonnon fait l’effort de penser un peu au bien être collectif ? Je le critique depuis un moment mais j’espère toujours une réorientation salutaire pour le bonheur du peuple béninois. Si cela arrive un jour (je l’espère mais je ne le crois pas quand même vu la rapacité de Pata et de ses affidés !), je serai encore avec lui.

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji Il y a 3 mois

        Devrais-je y voir le signe d’un prochain revirement d’Amaury à l’image de la Cour des Miracles?

        • Avatar commentaire
          Amaury Il y a 3 mois

          @Agadjavi,

          Je n’ai jamais été contre un homme, mais contre les actions que je juge à l’aune des mes attentes et des espoirs placés en lui. J’ai voté Pata mais je ne me retrouve pas aujourd’hui dans ce qu’il faut. Pourquoi ne pas changer de position s’il commence par bien faire ? Oui si c’est ce que tu appelles revirement, je suis d’accord. Mais le chemin pour y parvenir est encore loin vu que tes gars, mes anciens gars sont gourmands et bouchés.

          • Avatar commentaire
            Agadjavidjidji Il y a 3 mois

            Anyway…Ta place sera toujours gardée aux frais à l’instar du fauteuil de l’enfant prodigue dont toute la famille attend le retour.

      • Avatar commentaire
        unbeninois Il y a 3 mois

        Ce gouvernement pourrait prendre des mesures en faveur du peuple, à quelques mois de la fin du mandat.

        Vu le passé de cette gouvernance, si l’amélioration des conditions sociales arrivait, serait-elle sans but électoraliste? Que se passerait – il une fois les élections 2021 passées?
        Personnellement, je croirait vraiment les actions positives de ce pouvoir à l’endroit des populations, si le président tenait à sa promesse de ne pas se présenter à un second mandat.

  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 3 mois

    Un pays qui ne travaille pas où les citoyens ne retrouvent le plaisir que dans la politique et les futilités.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 3 mois

      Que fais tu là donc ?

      • Avatar commentaire
        Democrate Il y a 3 mois

        J’ai pitié des prochaines générations qui hériteront malheureusement de ces mêmes comportements.

      • Avatar commentaire
        Democrate Il y a 3 mois

        Toi qui parle et qui critique ne réside même pas dans le pays.

    • Avatar commentaire

      pas d’emploi créé, pas de travail. Nos parents dans le domaine agricole triment fort pour des revenus modestes. Ceux qui ont un travail salarial sont sous payés.
      Réfléchissons à trouver les solutions à nos problèmes qui dépassent le cadre de soutien ou non à un régime.