Enlèvement de béninois par les policiers nigérians : Le Bénin s’indigne, le Nigéria s’excuse

Enlèvement de béninois par les policiers nigérians : Le Bénin s’indigne, le Nigéria s’excuse

Les autorités béninoises sont mécontentes du Nigéria. Et pour cause, un policier et un instituteur béninois ont été enlevés le 23 décembre 2017 par les policiers nigérians à Adjouba (localité frontalière du Nigéria située au nord-Est du Borgou).

Nigéria : deux immeubles appartenant à l’ex-première dame saisis par la justice

Les infortunés ont été emmenés à Illorin où ils ont passé 17 jours avant de retrouver la liberté le 09 janvier dernier. Le lendemain, une délégation béninoise s’est rendue dans la localité où les deux compatriotes ont été enlevés. Elle a tenu une séance de travail avec la partie nigériane pour lui dire toute sa colère contre de tels agissements.

Pour le préfet Djibril Mama Cissé, trop c’est trop. Les forces de l’ordre nigérianes sont passées maître dans l’art d’arrêter les béninois à la frontière  et de les déporter dans leur pays (Nigéria).

« La fois passée, ça a été pareil. Ils ont arrêté quelqu’un et sont partis l’enfermer au Nigéria. C’est inamical. Cessons d’agir ainsi » s’est indigné le préfet du Borgou. Il a par ailleurs souhaité que les populations installées de part et d’autre des frontières ne se regardent plus en chien de faïence parce que « ce sont les colonisateurs qui ont délimité les frontières »

La partie nigériane s’est confondue en excuses. Pour Ribado Mustapha, représentant de la Commission de gestion frontalière du Nigéria, de tels incidents ne se reproduiront plus. De l’avis du préfet du Borgou, il faudra vraiment que cela cesse. Pour Djibril Mama Cissé, des dispositions doivent être  prises  pour s’en assurer  parce que si le Bénin n’est pas hostile au Nigéria, c’est pour sauvegarder  les liens de bon voisinage.

Commentaires

Commentaires du site 0