Affaire Ajavon au Bénin : Les arguments de la Dgi qui confirment le harcèlement fiscal

Affaire Ajavon au Bénin : Les arguments de la Dgi qui confirment le harcèlement fiscal

L’affaire de redressement fiscal aux sociétés de Sébastien Ajavon prend la forme d’une arme de déstabilisation économique et politique. Le 26 janvier

Bénin : “Nous sommes loin de l’État de droit qu’on nous avait promis”, dixit Sébastien Ajavon

L’affaire de redressement fiscal aux sociétés de Sébastien Ajavon prend la forme d’une arme de déstabilisation économique et politique. Le 26 janvier 2018, l’administration fiscale a confirmé son dressement de 155,797 milliards de Fcfa, infligé à trois sociétés du magnat des produits agro alimentaires.

Pour en arriver là, l’administration fiscale a dû rejeter de manière sibylline les pièces justificatives envoyées par ces sociétés.

La presse locale a relayé la semaine dernière une information concernant la confirmation du redressement de 155,79 milliards contre les sociétés Comon Sa, Jlr et Sci l’Elite. L’information est partie d’un

article du magazine panafricain Jeune Afrique. Mais contrairement à ce qui a été dit, les trois notifications de redressement aux sociétés ont été faites le 16 août 2017. Ceci est visible dans le cahier de déchargement des courriers au siège desdites sociétés. Toutes les réponses ont été déposées à la Dgi le 15 septembre 2017 par exploit d’huissier, soit le 30e jour après le dépôt des notifications.

Les deux autres courriers dont parle l’article de l’hebdomadaire panafricain sont des réponses fournies par ces sociétés suite à des demandes d’informations complémentaires de la part de l’administration fiscale elle-même. Quatre mois après, on s’étonne de voir la Dgi faire distiller dans l’opinion que les preuves fournies par les sociétés incriminées ont été faites hors délai. Et si les trois premières réponses qui ont été déposées le 15 septembre 2017, soit le 30e jour après la demande des notifications n’ont pas été prises en compte, sur la base de quoi la Dgi demande elle-même des informations complémentaires qui lui ont été apportés après.

L’argumentaire de l’administration fiscale paraît très légère et loin d’une position technique et neutre. Pour beaucoup, une telle position est plus politique que technique.

« Comment une administration aussi sérieuse que celle des impôts peut-elle se laisser aller à de telles raisonnements. Si elle avait dit que les pièces produites ne sont pas valables, ses arguments seraient plus solides que de dire que ces pièces lui ont été fournies hors délai, ce qui est faux », s’indigne un proche de Sébastien Ajavon.

Dans l’entourage du magnat des produits agro-alimentaires, on se prépare à toute éventualité, même à porter l’affaire devant les tribunaux pour s’entendre donner raison au cas où l’administration resterait toujours accrochée à sa surprenante décision

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire

    Si je détruis Adjavon, je serai le seul milliardaire au bénin, je depasserai même Dangoté

    • Avatar commentaire

      L’amour du pouvoir et de l’argent…est une perte de l’ame….si vous savez

      Dans l’histoire de l’humanité…il y a trop d’exemples….qui nous disent de nous méfier..de tout ça….

  • Avatar commentaire

    J’ai pitié pour lui, et je sais qu’il doit maudire le jour où il est rentré en politique. Et le jour il a accordé son suffrage à Talon au second tour

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 10 mois

    Bien fait pour sa sale gueule , adjavon doit se dire ” si je savais ” c’est une affaire de : ” emonnon timê na mi ” yagbemin matimê ni yayi ” 😂😂😂😜😜😜

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 10 mois

    Moi j’ai un peu du mal à comprendre comment les fiscalistes travaillent dans notre pays!!!

    ADJAVON n’a t il pas ses sociétés sur le sol béninois????

    Comment se fait il qu’on lui reproche ces nombreuses choses, alors que l’administration fiscale devrait tous les trois ou quatre ans auditer au moins une fois une entreprise en activité au Bénin.

    Mettre une telle somme sur le compte d’un opérateur économique qui est le premier contribuable du pays, pour moi relève de l’acharnement.

    Quoi qu’on puisse lui reprocher, le bon sens voudrait qu’on entre en négociation avec lui, si non la disparition de ses entreprises ne feront pas du bien pour l’économie du pays.

    Mais si l’objectif, c’est d’abattre un potentiel candidat à la présidentielle, alors du courage.
    Dans tous les cas, ADJAVON candidat ou pas, Patrice TALON quittera le pouvoir en 2021. Il y aura forcément un autre qui fera l’unanimité, j’en suis persuadé!!!

    • Avatar commentaire

      Oui, Talon veut aneantir Ajavon pour se maintenir au Pouvoir au delas de 2021. Ce qui n’est pas possible. Il a dit seulement cinq ans, et il partira aussi dans trois ans.
      Ajavon doit bien tenir. car il a toutes les chances de devenir President.

  • Avatar commentaire
    Citoyenne Il y a 10 mois

    trop d’impôts tue l’impôt entrainant la disparition de ses sociétés et le cortège de perte d’empois.