Avrankou – Bénin : Le Radeb implique les jeunes dans le suivi des politiques éducatives

Avrankou – Bénin : Le Radeb implique les jeunes dans le suivi des politiques éducatives

Après la commune d’Akpro Missérété, le Réseau des acteurs de développement de l’éducation au Bénin (Radeb), a procédé samedi 17 février 2018, au siège de l’arrondissement d’Avrankou, au lancement du projet

USA : Quentin Tarantino réunit Léonardo DiCaprio et Brad Pitt

de renforcement de la participation citoyenne des jeunes sur l’éducation et l’employabilité dans la commune d’Avrankou. Ledit lancement a été fait par le secrétaire général de la mairie d’Avrankou Appolinaire Oussou Lio, en présence du coordonnateur du projet Emmanuel Togbé Tété. « Le travail qu’on veut vous confier, c’est d’accompagner le développement au lieu l’empêcher (…) vous aurez à prendre de grandes responsabilités ».

Cette adresse du secrétaire général de commune d’Avrankou, Appolinaire Oussou Lio à l’endroit de la quarantaine de jeunes présents à la salle polyvalente de l’arrondissement, résume toute la finalité de ce projet initié par le Radeb dans les communes d’Akpro Missérété et Avrankou. Selon les chiffres de 2014 du Pasec de la Confemen, « l’accès, le maintien et la qualité de l’éducation au Bénin sont insuffisants, particulièrement dans le département de l’Ouémé où le taux de chômage est également élevé ». C’est de ce constat qu’est né ce projet dont l’objectif est de « contribuer à la consolidation de la démocratie et de la gouvernance locale dans le département de l’Ouémé, au Bénin ».

Dans sa présentation aux jeunes, le coordonnateur Emmanuel Togbé Tété a affirmé que « ce projet amènera les jeunes des communes d’Akpro Missérété et Avrankou, à prendre part activement à la gestion du système éducatif par le suivi de la mise en œuvre des politiques publiques d’éducation, et par des propositions grâce au mécanisme du jury citoyen ». Ce dernier permettra aux jeunes de suivre la mise en œuvre des politiques publiques éducatives au niveau local, et de pouvoir remonter les dysfonctionnements aux autorités pour leur faciliter la prise de décision.

Au total ajoute-t-il, « le projet mènera trois grandes activités phares que sont : l’identification des jeunes, l’instauration d’un dispositif de jury citoyen sur l’éducation et l’emploi dans chaque commune ciblée, et la capitalisation des expériences de jury citoyen ». Pour se faire, il faut élaborer un manuel de procédure ad’hoc avec les jeunes, élire des membres du jury ; identifier des thèmes précis en lien avec l’éducation et l’employabilité, et organiser une rencontre de restitution du mécanisme de jury citoyen et des mécanismes de participation des jeunes à la veille citoyenne, sans oublier la reddition de compte avec des Organisations de la société civile partenaires… Financé par la coopération suisse, ce projet impactera 100 jeunes âgés de 7 à 25 ans, issus de milieux d’apprentissage et confessionnels des communes ciblées, et 30 membres des Cellules de participation citoyenne (Cpc), à raison de 15 par communes bénéficiant de ce projet.

Ces Cpc se chargeront de la pérennisation du projet après la phase pilote qui durera 8 mois. A la fin des travaux, un jury de sept membres a été mis sur pied par le Radeb. Diane Kèkè l’un des membres de ce jury, n’a pas caché sa satisfaction de faire partie de l’aventure « A l’issue de cette formation, je me sens aguerrie pour jouer un rôle d’acteur de développement de ma commune. J’en sais plus sur mes droits et devoirs, et je peux amener plus de jeunes à participer à la gouvernance locale », a-t-elle laissé entendre. Le Sg de la mairie Appolinaire Oussou Lio, s’est réjoui de l’implication des jeunes.

« Le champ du développement est vaste, et Radeb a pris un bon chemin en associant les jeunes », a-t-il conclu

Commentaires

Commentaires du site 0