Bénin : Les syndicats appellent à une mobilisation inouïe

Bénin : Les syndicats appellent à une mobilisation inouïe

Après le fiasco de leur rencontre le mardi 06 février 2018 avec le président de la République, pour le dégel de la situation socioéconomique, les centrales et confédérations syndicales ont décidé de poursuivre la grève.

Grève au Bénin : Enseignants et agents de la santé descendent dans les rues de Porto-Novo

Mieux, le vrai faux dialogue social les a conduits à inviter leurs syndiqués à rester mobilisés pour des résultats concrets, en ce qui concerne les différents points objet des négociations collectives. Par conséquent, le mouvement de débrayage dans les différents secteurs concernés se poursuit.

Lire ci-dessous l’intégralité du communiqué conjointement signé par les 7 centrales et confédérations syndicales.

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 5 mois

    Travailleurs du Benin continuez et poursuivez la lutte jusqu’à la déchéance effective deTalon et sa bande. Talon et son gouvernement ne veulent pas du bien pour les travailleurs de ce pays.

    Le fonds monétaire international a relevé les engagements sociaux pris par l’Etat béninois qui s’éleve à 104 milliards de nos sous. Il s’agit entre autres des salaires accumulés non payés pour des enseignants recrutés qui travaillent depuis 8 ans, de compléments de salaires aux vacataires reversés dans le system régulier de l’enseignement et qui travaillent depuis plusieurs années.

    Tout ceci ressort des déclarations faites par Talon et son ministre des finances lors de leur dernière rencontre avec les repésentants des travailleurs.

    Mais le noeu de discorde dans la situation est que Talon et son ministre des finances ont pris la décision de satisfaire aux révendications aux travailleurs sous le régime de la rupture au fur et à mesure que le gouvernement leur concèce cela. Quand aux autres révendications concédées par les régimes antérieurs, ils ne veulent rien entendre, puisque l’état du trésor public ne leur laisserait pas un autre choix pour le moment.

    Malgré la concession des représentants des travailleurs, de ne pas incister que la totalité de ce qui est dû aux travailleurs soient satisfaits en une fois, le gouvernement n’a pas trouvé un issu satisfaisant les deux partis.
    Mais l’Etat étant une continuité, Talon et son gouvernement , peuvent-ils prendre une décision pareille, pour ne répondre qu’á des reconnaissances de salaires faites par eux?

    Talon paie ses ministres, collaborateurs et préfets à 8 millions, 12 millions voire 16 millions par mois alors que des gens travaillent depuis des années et n’ont touché aucun salaire.

    Au contraire, ils veulent supprimer le droit de grève aux travailleurs, recruter un certains nombre de nouveau enseignants et autres travailleurs et resté sourd aux révendications justifiées des autres travailleurs. C’est inadmissible, c’est inacceptable.

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 5 mois

    Fonctionnaires improductifs, faites la grève toute l’année. Mais sachez que vous n’aurez pas de salaire. A bon entendeur …Salut

  • Avatar commentaire
    lelenou Il y a 5 mois

    C’est tout de même terrible ils devraient sursoir leur grève et donner le temps au gouvernement pour revenir à la charge, j’ai honte à leur place. Pourtant ils sont membres de la commission qui travaille sur le dossier non, il n’y a plus d’argument qui vaille ici hein , c’est du bon sens qu’il faut.

  • Avatar commentaire
    Ludovic Il y a 5 mois

    Tout me fait rire dans ce pays.on ira jamais jamais à la prospérité dans ce pays Bénin rempli des intellectuels taré..le problème du pays c’est la politique des POLITIQUES.l’intérêt personnel et non collectif, c’est ça le Béninois.changeons nous même si nous voulons changer l’avenir dans ce pays.

  • Avatar commentaire

    C’est triste pour ce pays que des gens puissent se réjouir de ces grèves qui ne durent que trop.Vraiment triste car ce n’est pas Talon et ces ministres qui en souffrent mais les pauvres populations et moi j’ai même très honte.Dans certains pays les gens grèvent parcequ’ils n’ont pas perçu leur salaire depuis des mois…ici la grève est devenu une mode, on grève pour tout ou rien.Au delà même ce qui m’interpelle, c’est la perte de valeurs qui caractérise aujourd’hui notre société.Les syndicats sont censés menés une lutte et qu’est-ce qu’une lutte? Se battre, donner de soi se sacrifier (et certain sont allés même au sacrifice suprême) pour atteindre un idéal auquel on croit.Mais aujourd’hui il n’y a aucun idéal c’est la recherche du gain c’est tout, on ne performe pas mais on veut toujours plus.Aucun sacrifice non plus, quand ils grèvent que font-ils? ils restent chez eux, ils se reposent mais ils veulent être payé.Dans d’autres pays les gens travaillent en continu la semaine et organisent des marchent intenses le week end. C’est terrible hein! et ce qui est encore plus terrible c’est que il y ait des intellectuels qui applaudissent ça, qui disent c’est ce qu’il faut à Talon ça comme si ça lui enlève quelque chose.Mais Talon va partir mais nous nous resterons là avec plus de misère parceque les grèves ne développent pas un pays surtout dans un pays où ne produisons rien pratiquement.
    Les politiciens d’un camp comme l’autre ont “déjà pour eux hein”.Nous même aussi peut être mais ayons pitié de notre pays! des pauvres qui n’ont pas les même privillèges que nous.Mini dayi ho mé

  • Avatar commentaire
    Helian Il y a 5 mois

    C’est la fin de la trève….il l’a cherché

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Agbonon doit être entrain de se dire ” agbo  djo nankpe mi ” hoclo-ho ” yayi boni au secours 

    • Avatar commentaire
      démocrate Il y a 5 mois

      On se réjouit de son de propre malheur. C’est chose incroyable.
      Les conséquences de ces grèves vont rejaillir d’abord sur nous tous et non directement sur les membres du gouvernement, on n’a pas besoin d’aller à la Sorbonne pour comprendre cela.
      Le bon sens a déserté ce pays, 10 ans de Yayisme a écervelé beaucoup de personnes par ici.