Bénin : Lutte contre le harcèlement sexuel et les grossesses précoces en milieu scolaire

Bénin : Lutte contre le harcèlement sexuel et les grossesses précoces en milieu scolaire

Le Programme Intégré de Mobilisation pour l’Autonomisation des Filles et des Femmes (PRIMA2F), de la Jeune chambre internationale (Jci) Abomey-Calavi Elite, a été lancé ce mercredi 7 février 2018 au Ceg Ahossougbéta dans l’arrondissement de Togba.

Renforcement de capacité des femmes politiques: WANEP/RIFONGA-Bénin font œuvre utile

En partenariat avec Wildaf-Bénin et l’Abpf, cette organisation locale a sensibilité les élèves et enseignants de ce collège sur le harcèlement sexuel et les grossesses non désirées en milieu scolaire. Plus de 500 élèves du Collège d’enseignement général (Ceg) Ahossougbéta dans l’arrondissement de Togba (Commune d’Abomey-Calavi), ont pris part la séance de sensibilisation, de dépistage du Vih/Sida des cancers du sein et de l’utérus.

Ceci, à l’occasion de la cérémonie de lancement du projet «Programme Intégré de Mobilisation pour l’Autonomisation des Filles et des Femmes» (PRIMA2F), initié par la Jeune Chambre internationale (Jci) Abomey-Calavi Elite. Sous le thème «Agissons ensemble contre le harcèlement sexuel et les grossesses en milieu scolaire», ce programme vise à Contribuer à changer les mentalités et les pratiques en vue du respect des droits des filles à une bonne éducation et à la réduction des violences liées au genre.

Selon la directrice de ce projet Sybile Houéton Ogoua, en 2016 Wanep-Bénin a informé qu’au Bénin, «53% des élèves du primaire et du secondaire ont déclaré avoir été témoins, ou avoir subi des attouchements inappropriés, des pressions ou des blagues à connotation sexuelle… 43% des élèves du secondaire et 80% du primaire disent avoir connu des filles qui ont abandonné l’école en raison de violences sexistes… 80% des filles interrogées disent connaître des élèves qui ont été approchées par un enseignement pour obtenir des faveurs sexuelles ».

De même, elle a rappelé que le récent rapport du ministère de l’Enseignement secondaire sur la situation de grossesse en milieu scolaire est alarmant. Pour un total de 301 821 filles inscrites au plan national, 2763 cas de grossesse ont été registrés. C’est donc ce tableau sombre de la situation qui a motivé la Jci Abomey-Calavi Elite à mettre en œuvre le présent programme. Pour le président 2018 de la Jci Abomey-Calavi Elite, ce programme entre dans le cadre de l’atteinte des objectifs du développement durable (ODD), en son point 4 (une éducation de qualité), et au point 10 (inégalités réduites que se situe la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles).

Il a précisé que ce programme est un ensemble d’activités dont les séances de sensibilisation et  de dépistage dans cinq Ceg publics et privés, un concours épistolaire et d’art oratoire inter-collèges, et l’implantation de deux enseignes métalliques géantes de sensibilisation dans les zones les plus touchées par les fléaux de harcèlement sexuel et de grossesses précoces, pour assurer la pérennité des résultats du projet. Il a remercié Wildaf-Bénin et l’Agence béninoise pour la promotion de la famille (Abpf), pour leurs accompagnements.

Fatindé Gaza directrice du Ceg Ahossougbéta, s’est confondue en remerciement, car les enfants qui manquent d’information et sont exposés aux réseaux sociaux tombent facilement enceinte. Pour sa part, Ibrahim Moussa le représentant de l’Abpf, a relevé que la santé des jeunes c’est la raison d’être de l’Abpf. C’est pourquoi l’Abpf n’a pas hésité à répondre aux sollicitations de la Jci Abomey-Calavi Elite.

« Nous sommes ici aujourd’hui avec des jeunes qui sont des pères éducateurs du mouvement d’action des jeunes. Nous avons aussi des agents de santé qui sont venus dans deux cliniques mobiles pour pouvoir donner d’amples informations aux jeunes sur leur santé sexuelle et reproductive. Mieux, les élèves ont la possibilité de se faire dépister gratuitement pour le Vih/Sida, le cancer du sein et de l’utérus… En plus de tous les autres services que nous fournissons d’habitudes », a-t-il précisé.

A noter que ce programme prend fin en mai 2018

Commentaires

Commentaires du site 0