Bénin : Plaidoyer pour une communication plus équitable

Bénin : Plaidoyer pour une communication plus équitable

Depuis plusieurs mois déjà, le gouvernement a mis en place à la présidence une direction (Dircom) qui s’occupe de sa communication. Elle est chargée de définir sa politique et d’œuvrer à la couverture médiatique de ses activités.

Affaire Clara au Bénin : l’AJJB dénoncent les errements de la famille

Mais dans la pratique, rien n’a évolué fondamentalement. On fonctionne toujours à la petite semaine. Comme au temps du président Yayi. De Yayi à Talon, on ne note pas de grands changements dans le fonctionnement de la communication. Si les choses sont désormais confiées à une direction de la communication dirigée par un journaliste, la pratique et le fonctionnement n’ont guère changé.

Comme au temps de Yayi, la communication gouvernementale pêche par manque d’anticipation et surtout d’innovation. La Dircom ne gère que les affaires en instance. Un petit communiqué furtif par ci pour informer d’un rendez vous ajourné du chef de l’Etat, la mobilisation de la presse pour couvrir les activités du président et de ses ministres par là… La gestion des contrats d’aliénation de la presse constitue aussi une grande partie des responsabilités. L’animation du site web du gouvernement et le maintien d’une veille tapageuse sur les réseaux sociaux par des webactivistes, constituent des innovations à ne pas négliger.

Seulement voilà, une vraie communication gouvernementale devrait transcender ces petits détails. Il faut créer, innover, anticiper et aborder la communication du gouvernement avec tact. Et là, on ne demande pas à cette direction d’inventer la roue mais d’imiter un peu ce qui se fait de mieux ailleurs, et qui rend certains pays très respectueux du principe sacro saint de la liberté d’expression.

La Dircom pourrait bien instaurer une accréditation des journalistes à la présidence. Ceci permettra dans un premier temps à tous les médias qui le souhaitent de couvrir les activités de la Marina, de fidéliser certains journalistes à la vie et au fonctionnement de l’institution qu’est le président de la république. Ceci lui évitera les options sectaires et discriminatoires faites actuellement et qui donnent parfois l’impression que la présidence est un couvent.

Depuis plus d’une décennie, l’Assemblée nationale deuxième institution du pays, a opté pour cette forme de communication qui lui marche à merveille et permet à des journalistes de se spécialiser. A la maison blanche, à l’Elysée et même au Kremlin, la présidence a toujours fait accréditer des journalistes. C’est un chantier urgent qui va donner une nouvelle visibilité à la Marina, et permettre à ces métiers d’avoir l’information qu’ils ont fait le serment de donner, à un public qui en a besoin

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 10 mois

    Nous ne vivons pas en démocratie sous Patrice TALON!!!

    Sous Yayi c’était mauvais, sous ce dernier, c’est encore pire!!!

    Pour suivre les informations du Bénin, je capte ORTB et Golf, savez vous qu’aucun de ces organes n’a fait échos du congrès des FCBE???

    Et vous voulez me dire qu’il y des professionnels qui travaillent dans ces organes de presse???

    TALON est une *************** pour mon pays, mais il va payer!!!