Buffles # Asec (1-1) Un nul, beaucoup de déceptions pour les Buffles du Bénin

Buffles # Asec (1-1) Un nul, beaucoup de déceptions pour les Buffles du Bénin

Les Buffles du Borgou (Bénin) ont été tenus en échec, ce dimanche 11 février 2018 au stade Général Mathieu Kérékou de Kouhounou, par l’Asec Mimosa d’Abidjan (1-1).

La Chine offre des bourses d’études à 23 jeunes béninois

Ceci, au bout d’une rencontre comptant pour les préliminaires de la ligue africaine des clubs champions. Ce match aller a bien renseigné sur le niveau des béninois. C’est vrai que les Buffles de Parakou ont déjà mieux fait qu’à leur premier essai de 2015. Ils ont quitté la compétition au tour préliminaire sans le moindre point. Et voilà qu’en 2017, en match aller ils ont un point… face à l’Asec d’Abidjan, vainqueur de la compétition en 1998.


Mais, suivre cette équipe de Parakou hier dimanche 11 février 2018 évoluer devant le club ivoirien était bien pénible pour les spectateurs. Car, mis à part la différence de classe entre les deux équipes, c’est bien le jeu pal sans ambition de la formation du Borgou qui est déconcertant. Les Buffles ont montré une volonté de produire du jeu contrairement à Energie Fc, qui a joué la veille Hafia Fc de la Guinée Conakry (1-0) pour le compte des préliminaires de la Coupe Caf. Mais à coté de cette volonté, il a manqué beaucoup de choses inadmissibles à ce niveau.

Dans cette rencontre, l’Asec Mimosa a entamé pied au planché comme elle évoluait à domicile. Toute la première période, le jeu s’est déroulé plus dans la moitié de terrain des Buffles, que dans celle de l’adversaire. Les meilleures phases de jeu sont à l’actif de l’équipe d’Abidjan. Et dans la construction de jeu, l’Asec a illuminé la rencontre pour effacer le milieu à quatre des béninois. Amed Touré, Komlan Agbégniadan (passé par la Jeunesse sportive de Ouidah) et Samake Gaoussou, ont étouffé les milieux de terrain des Buffles trop en retard sur les actions.

Tellement les joueurs de l’Asec ont imposé leur rythme à la rencontre, que les protégés de Idrissou Taïrou étaient vite dépassés. Dans l’impact physique, dans la vision de jeu et dans les choix, les joueurs de l’Asec ont submergé les Buffles. La seule lueur de la première partie côté béninois est venue d’un coup franc de Rodrigue Kossi des 25 mètres (24’), repoussé des deux mains par le gardien de l’Asec Abdoul Karim Coulibaly.

La deuxième partie aura été mieux avec un raid solitaire de Marcellin Koukpo qui trouve Moussa Yarou dans les six mètres de l’Asec. Mais, la frappe de ce dernier passe au dessus des buts ivoiriens (54’). Et contre le cours du jeu, le club béninois va ouvrir le score. Marcellin Koukpo place une belle tête suite à une frappe repoussée par le gardien de l’Asec (1-0, 64’). Mais, Amed Touré va régulariser la situation trois minutes après. Sur un coup franc tiré au ras du sol, Souradjou Soffo le gardien des Buffles fait une faute de main et la balle revient dans les pieds de Touré qui égalise (1-1, 67’). Les deux équipes vont tenter de reprendre l’avantage en vain. On va garder le point du match nul, et le reste il va falloir vite l’oublier et tenter autre chose. Déjà, pour les Buffles du Borgou la manche retour à Abidjan dans deux semaines est un col de première catégorie presque infranchissable

Les réactions des entraineurs après le match

Yao Lambert Anani, entraineur de l’Asec Mimosa d’Abidjan

Je pense qu’on méritait de gagner. On ne s’est pas montré incisif dans les 20 derniers mètres. Après, il y a eu un arbitrage nauséabond. C’est honteux pour l’Afrique qu’en 2018 on voit cet arbitrage là. Le foot n’a pas besoin de ça. Ce qui est sûr, on a notre destin en main et dans tous les cas, nous allons nous qualifier à Abidjan parce que nous en avons les moyens. On a été nettement supérieurs à cette équipe (Buffles fc du Borgou, Ndlr). Dans la possession de balle et au niveau des occasions, on a été nettement supérieur.

Idrissou Taïrou, entraineur des Buffles du Borgou

Je ne suis pas satisfait du match. Ça a été un match décevant où on est passé à côté. Les joueurs ont joué la peur au ventre surtout en première mi-temps. On a laissé le match à l’adversaire, on est resté derrière. On n’arrivait pas à faire des mouvements et on ne demandait pas le ballon. Et ça ce n’est pas notre jeu. Ils (les joueurs de l’Asec Mimosa d’Abidjan) sont venus chez nous faire un match nul (1-1). On va aussi mettre les moyens pour aller chez eux pour faire le match nul. L’adversaire a pu faire ce qui fallait faire ici : garder le ballon et essayer de faire la différence si possible. Donc, l’adversaire a été costaud et ils (les joueurs) ont plus gardé le ballon. On a été timide dans le jeu surtout en première mi-temps… Le haut niveau ça paie cash. Après l’ouverture du score, si on gardait le but ce ne serait plus le même match. Aussitôt, ils ont égalisé et çà a changé la donne.

Commentaires

Commentaires du site 0