Immigration : Emmanuel Macron recadre un journaliste

Immigration : Emmanuel Macron recadre un journaliste

Interrogé sur sa politique migratoire, le président Macron a vivement critiqué un journaliste.

Leçons des élections en France : La question de l’âge est une aberration au Bénin selon Soglo

Alors que le nouveau président du Libéria, George Weah, était en visite à l’Élysée, le journaliste Martin Weil, travaillant au compte de l’émission Quotidien, a décidé d’interroger le président français au sujet de sa politique migratoire. 

Si les trois hommes étaient donc réunis le temps de cinq minutes, c’est Emmanuel macron qui a beaucoup fait parler de lui, en se montrant relativement agacé par les questions de son interlocuteur. En effet, celui-ci a assuré que certaines personnes considéraient l’Afrique comme étant une chance, tandis que d’autres non, demandant ainsi au président de la République de se situer, car les Français ont parfois « du mal » à comprendre sa politique. 

Face à cette question, le président Macron réplique. Assurant être très clair à ce sujet, il déclare vouloir faire de l’Afrique une vraie chance. Cependant, une véritable crise est en train de frapper le continent et celui-ci compte bien aider à la régler. Avouant mener une action tout à fait cohérente, le président français a tout de même regretté que les médias ne voient que la partie visible de son action.

Mais Martin Weil est un journaliste connu pour ses questions pertinentes et relance agaçante. Résultat, il a fait honneur à sa réputation en relançant le président français, invoquant notamment une politique migratoire très dure de la part de la France. Faisant notamment référence au projet de loi relatif à l’immigration en train d’être actuellement voté dans l’hexagone. Face à cette attaque, le président Macron ne se démonte pas et lance alors une réplique cinglante : “mais parce que vous ne faites pas votre travail, pardonnez-moi de vous le dire“. En effet, la politique migratoire française serait, pour le moment bien plus souple que celles d’autres pays européens. Voulant se calquer sur le modèle allemand, que personne ne semble juger « dur », il assure que la France était, reste et sera une terre d’accueil.

Commentaires

Commentaires du site 0