Levée de la dette publique sur le marché financier : Le Bénin en dessous de ses attentes

Levée de la dette publique sur le marché financier : Le Bénin en dessous de ses attentes

Le trésor public béninois a émis des obligations assimilables sur le marché de l’Umoa Titre au cours de la période du 1er février 2018. Mais sur un montant de quinze milliards demandé, le résultat est en dessous des attentes.

UEMOA : Le Bénin en difficultés pour la levée des fonds

L’Etat béninois éprouve de grande difficulté à mobiliser les ressources sur le marcher financier pour le paiement de ses dettes. En effet, le jeudi 1er  février 2018 aux environs de 10H30 temps universel, le trésor public a émis des obligations assimilables d’une valeur de quinze milliards de titres publics sur le marché de l’Umoa titre.

Mais il n’a eu que cinq milliards de francs Cfa, soit un taux de réussite de 33%. Il y a eu au total, vingt soumissions sous forme d’adjudication à travers l’Agence régionale d’appui à l’émission et à la gestion des titres dans l’Umoa.  Cet échec, une fois encore explique que la mobilisation de ressources financières devient de plus en pénible pour le gouvernement.

Commentaires

Commentaires du site 45
  • Avatar commentaire

    Amaury, il me semble que lorsque Yayi est parti, le taux était de l’ordre de 49% du PIB. Actuellement le taux d’endettement frôle les 70% du PIB, soit la limite de la norme de l’UEMOA. Pourriez-vous verifier et validez ces taux? Nous avons le devoir d’être précis et constructif dans ce forum.

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 9 mois

      @Max,

      Vous avez raison, nous devons être précis.Effectivement, le taux d’endettement était de 49% en 2016. Mais elle n’est pas de 70% mais de 55% à fin décembre 2017 selon le rapport de surveillance multilatérale. Normalement, les chiffres du FMI devraient être différent mais pas de trop parce que le Fonds intègre d’autres éléments que les pays ne considèrent pas à l’exemple des préfinancement de travaux en vogue avec Pata.

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji Il y a 9 mois

        Merci Amaury….Max le nouveau pensionnaire de la galaxie anti-Talon a un gout particulierement prononcé pour les stats demagogiques.

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 9 mois

    @Aziz,

    Le azizisme contient quelques incohérences non ? Comment peux-tu apprécier un pouvoir fort, proche de la dictature et dans le même temps dénoncer certains travers de Pata, l’apprenti dictateur. Il fait ce que les dictateurs font : se servir !

    Par contre, le amaurysme est tout simple : respect des lois et règlements du pays par tout le monde y compris le Président sous tendu par des principes de bonne gouvernance et d’éthique.

    • Avatar commentaire

      La différence entre toi et moi…est simple..

      Tu es un légalisste,accepte ce qui est convenu,le statut quo….quant à moi…je mets en doute..le fonctionnement de nos inst,et meme la const…bref..la république que nous partiquons..

      Elle est périmée…et à l’allure ou vont les choses..celà ne donnera rien…on tournera en rond..

      Il faut tout changer..

      Je ne suis pas rupturien…parce que justement…je ne vois pas la différence entre..yayi et talon…puisque ce sont les memes qui dirigent le pays…

      Si je veux faire un parallèle….avec la révolution..burkinabé sous sankara et blaise.

      Blaise fait coup…tue son compagnon…et parle de rectification

      C’est exatement la meme chose..

      Quant aux comportements d’enfants capricieux…des fonctionnaires…qui ne cesseront jamais de réclamer…toujours plus…et vu leur force de nuisance…eh…bien à cette allure…on ne battira rien dans ce pays

      C’est mon avis

      • Avatar commentaire
        Amaury Il y a 9 mois

        @Aziz,

        Et pourtant, au vu de la nature ”mauvaise et profiteuse” de l’homme, c’est l’amaurysme qui est la solution. Imaginez un peu ce que Tonton Donald allait causer comme gaffes en plus de celles commises actuellement si les institutions démocratiques n’étaient pas fortes.

  • Avatar commentaire
    Code de Moïse Il y a 9 mois

    On fonce effectivement vers la situation de la Grèce. Comment ils vont pouvoir rembourser une dette gigantesque estimée à 33% du PIB ? Et quelle banque va accepter de prêter encore de l’argent avec déjà ce niveau d’endettement ? Aucune car je ne vois pas quelle garantie on peut mettre de l’avant. Et cet enlisement c’est bien Bio Tchane hein. Son rôle dans l’équipe c’est d’amener suffisamment de dettes dans le pays connaissant les rouages. Si le pays déclare faillite, ça va être de sa faute. Et vous voyez celui-là président du Bénin ? Mon oeil !!! Je préfère encore le “comptons sur notre propre force de MK”.

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 9 mois

      Le taux d’endettement du Bénin est nettement supérieur à 33% du PIB. Je pourrai donner le taux réel au besoin.

  • Avatar commentaire
    Tounde Il y a 9 mois

     C’est probablement tout ceci qui est sanctionné par les marchés financiers qui sont des professionnels avertis et non politisés.

  • Avatar commentaire

    Toundé, vous avez raison. Quant à moi, je serai le premier à féliciter Talon si le Bénin adopte une trajectoire économique plus rationnelle et plus crédible. Je n’ai jamais rencontré Talon. Je n’ai rien contre lui et je ne milite dans aucun parti. Respectant la constitution de mon pays, je lui dois le respect eu égard à son rang mais cela ne m’empêche pas de porter une appréciation sur ces actions. C’est l’avenir de notre pays qui est en jeu et sa réussite est notre fierté. Une politique approximative avec des faux contrats PPP (Partenariat Public Privée) pour lesquels in fine c’est l’état Bénin qui apporte sa garantie souveraine à des dettes contractées par des entreprises privées auprès des institutions financières pour la construction de routes doit être dénoncée. Ce sont des contrats qui devraient accordés à des entreprises pérennes susceptibles de mettre en jeu leur propre garantie en contrepartie de confortables revenus. L’année dernière, ces entreprises ont levé plus de 200 milliards auprès des banques et ces financements viennent alourdir la dette Bénin sans contrôle du Parlement. Les turpitudes et les évaporations financières sont connues des fonctionnaires du Trésor et du CAA. Si cela tourne bien pour le pays, nos gouvernants n’auront pas à rendre compte de ces modèles économiques très risqués et nous les applaudirons. Si cela tourne mal, tôt ou tard, ils auront à rendre compte de choix hasardeux.

  • Avatar commentaire
    Tounde Il y a 9 mois

    Que l’on soit pro ou anti-Talon, telle n’est pas la question. Une évidence s’impose, des revers aussi lourds sur les marchés financiers n’augure rien de bon pour les mois à venir et sont révélateurs soit d’une défiance ou d’une méfiance des marchés à l’égard de nos dirigeants et de la politique économique qu’ils mènent. Une rectification de cette politique est salutaire sinon on risque de recourir aux redressements fiscaux dans un contexte de captation ou de privatisation des recettes publiques pour pallier les contre-performances enregistrées avec de facto une accélération de l’asphycie de l’economie nationale. 
    Il appartient au Président Talon de rectifier le tir soit en changeant de politique ou soit en changeant les hommes qui n’incarneraient pas suffisamment aux yeux des marchés la confiance recherchée par les investisseurs.
    Errare humanum est, perseverare diabolicum est. 

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 9 mois

      En toute objectivité on ne peut pas dire que le ministre des finances et celui du développement ne sont pas à la hauteur de la tâche, ou n’incarnent pas une confiance suffisante.

      C’est Patrice TALON qui est le problème!!!

      Malheureusement ces ministres exécutent ses ordres qui ne vont pas dans le sens du développement du pays. Mais les investisseurs suivent tout, et savent comment TALON se sert de sa position pour s’enrichir.

      Tant que TALON restera à la tête du Bénin, notre pays ne connaîtra aucun essor
      Deux après, quel résultat concret ce gouvernement peut présenter???

      Moi je n’en vois pas un seul!!!
      Yayi Boni en succédant à KEREKOU a hérité d’une situation économique et financière pire, mais en deux, les résultats concrets existent déjà.

      PIK pour démentir???

  • Avatar commentaire

    Rappelons quelques faits: Décembre 2017, sur une émission d’obligations de 71 milliards à 3 ans, le Bénin n’a recueilli que 5 milliards. Le 10 janvier, sur une émission de 15 milliards à 15 jours, 100% de souscription. Le 2 février sur 15 milliards d’émission, nous recueillons 6 milliards. Ce sont des signaux assez clairs de défiance des investisseurs qui n’ont plus confiance en la signature du Bénin pour les dettes à court et long terme. La vitalité d’un pays est alimentée par les dépenses d’investissement et non les dépenses de fonctionnement (salaires..) Agadjavidjidji, à votre avis quand prendra fin cette période passagère de défiance des investisseurs sachant que notre pays a prévu lever 360 milliards sur UMOA-T en 2018? Le peuple a soif d’espérance et de meilleurs lendemains……

  • Avatar commentaire

    Agadjavidjidji, il n’a jamais été dit que le Bénin ressemble à la Grèce mais on semble filer vers la situation de la Grèce. Dites nous les signaux positifs que vous percevez dans la situation de notre pays. Cela m’intéresse et calmerait mes angoisses. Nous voulons des faits et non les mêmes discours lénifiants que l’on nous sert depuis des mois..Est-il faux que le Bénin a du mal à refinancer sa dette sur le marché monétaire? Est-il faux que Bénin Control assure les prestations de la Douane et perçoit des milliards tous les mois (détournement en col blanc) avec une totale exonération fiscale pour Bénin Control et ses sous traitants? Est-il faux que lorsque les sociétés de Talon importent en toute exclusivité des intrants pour le coton, elles ne paient pas de droits de douane? Je peux continuer à vous en citer d’autres. Comment pouvez-vous séduire les investisseurs avec toutes ces situations de mal gouvernance. Le Togo, un pays, en crise institutionnelle a pu mobiliser 15 milliards à 3 sans difficulté le 26 janvier (http://www.umoatitres.org/). Le Bénin, un pays politiquement stable , n’y parvient pas. Il est temps d’un débat sincère afin de mettre fin à la saignée financière n’en déplaise aux profiteurs du régime actuel.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 9 mois

      Pourquoi faire recours à une prestation externe à la douane pour le contrôle des importations, alors qu’avec la technologie, les douaniers peuvent valablement s’acquitter de cette mission et à moindre coût et avec efficacité???!!!

      Pourquoi faire des choix qui pèsent inutilement sur les finances publiques?
      Nous servons vraiment le développement du pays ou nous créons des situations pour enrichir des individus plutôt que la collectivité???

      Des gens vont répondre devant l’histoire, il n’y a aucun doute!!!

      Bénin Control perçoit combien pour cette prestation? Et cette entreprise du Chef de l’Etat paie combien sous forme d’impôt???

      On a besoin de ces informations pour mieux apprécier la situation du pays. Mais c’est lamentable ce qui se passe!!!

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 9 mois

      Ah OK le Benin n’est pas la Grèce mais file vers….Merci déjà pour cette reculade.
      Ce que je vous dis et que vous devez intégrer une fois pour de bon dans votre congolo de cassandre est que des difficultés momentanées à refinancer sa dette sur le marché monétaire pour un pays n’est pas forcément la traduction d’une mauvaise gouvernance. Qu’une banque refuse de me prêter aujourd’hui de l’argent ne signifie pas d’office que mes fondamentaux macroéconomiques sont mauvais et mes perspectives de croissance durablement hypothéquées.
      Le simple fait pour un investisseur d’avoir des signaux d’alerte sur le niveau d’endettement d’un emprunteur peut le pousser à aller vers des titres de créances qu’il estime plus sûres. Ce simple arbitrage mu exclusivement par des calculs de spéculations à court et moyen terme ne saurait faire office d’indicateur fiable pour émettre un jugement sur l’ensemble de la politique économique d’un pays. C’est ce que je vous dis et vous ne parviendrez pas à me convaincre du contraire d’ici mille ans.
      Quant aux ragots du genre les recettes douanières qui font 80% des recettes fiscales du Benin sont reversées à Benin Control, allez dire ça aux femmes de Dantokpa. Pas à moi.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 9 mois

    “INVESTISSEMENT et CONFIANCE sont des cousins” Je pense sur ce point comme “JOHN”. Tout le reste n’est que conjectures inutiles.
    Il en est de même pour les difficultés de financement qu’on les entreprises béninoises ou africaines en général.
    Si les plateformes de financement ne se bousculent pas, c’est que l’Afrique en général, et le Bénin en particulier, n’inspirent pas plus confiance que ça.

  • Avatar commentaire

    On ne met pas en doute la compétence de Wadagni. Il est très compétent en matière d’audit et d’expertise comptable. Toutefois, eu égard aux contre performances du Bénin à lever des fonds sur le marché monétaire, on ne peut plus dire qu’il est un bon ministre des finances. Il ferait mieux de retourner faire de l’audit et de l’expertise comptable. J’ai l’impression que le Bénin file vers la situation de la Grèce il y a quelques années avec l’impossibilité de ce pays à lever des fonds sur le marché monétaire européen. Au mois de janvier, notre pays à lever 15 milliards avec une promesse de remboursement dans les 15 jours. C’est comme si un simple citoyen va solliciter un découvert à 15 jours à son banquier. Cela veut dire que le Trésor commence à avoir des difficultés à boucler la fin du mois. Au lieu que Bénin Control, la société de Talon fasse le travail que faisait auparavant la Douane et ramasse des milliards tous les mois avec une totale exonération fiscale, cet argent devrait être versé au Trésor public et éviter à notre pays cette honte sur UMOA-T. Aujourd’hui l’économie béninoise est asphyxiée et au bord du crash. Ne rejetons pas tous les tords sur Talon. Il est venu se servir et il partira. Si Wadagni ne partage pas la vision de Talon, qu’il quitte le navire. S’il reste, il doit être comptable de ce qui arrive et assumer pleinement sa responsabilité. On n’acceptera de quiconque, c’est Talon qui a dit de faire telle chose et moi j’étais contre….Quant à Bio Tchané, il rêve de diriger le Bénin et s’il ne passe à la proche élection présidentielle, il ne pourra plus se présenter. Il a donc intérêt à jouer petit bras avec Talon pour que ce dernier se plante et ne postule pas à un renouvellement de mandat à la prochaine élection présidentielle. Bio Tchané aura alors quelques chances pour émerger. Le cousin de Dagnon, l’autre ‘éminence grise’ du régime est de même profil que Wadagni. Un bon expert comptable qui ne fait pas forcément un bon pilote de l’économie d’un pays puisque la situation économique se dégrade semaine après semaine . Quant à Pik, il est déclassé et ce n’est pas en occupant un poste administratif de Secrétaire général de la Présidence que l’on est en mesure d’agir sur la trajectoire économique d’un pays. Bref le problème est que les personnes chargées de piloter l’économie de notre pays ne sont pas aux bonnes places. Si Talon ne renouvelle pas son équipe, il échouera et ce sera le crash pour le Bénin.

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 9 mois

      @Max..
      Vous êtes certainement l’un de ces prophètes de l’apocalypse qui officient par ici et qui viennent balancer des affirmations grossières sans aucune base objective. Le simple fait pour vous d’avoir osé comparer la situation actuelle du Benin à la Grèce qui fut un temps dans l’incapacité de payer ses fonctionnaires et de faire face à ses échéances de remboursement, trahit le peu de sérieux de votre raisonnement. Donnez-nous le nom d’un seul fonctionnaire qui n’a pas été payé à la date d’aujourd’hui ou l’identité d’un créancier vis-à-vis duquel défaut de le Benin a enregistré un défaut de paiement et on pourra comprendre ce qui vous autorise à affirmer que le pays est au bord du crash financier. Vous devez être certainement plus avisé que la BM et le FMI qui projettent pour le Benin un taux de croissance de 9% (ce qui serait un record) à l’horizon 2020 alors que dans votre boule de Crystal de minable, il apparaît que le pays est au bord du gouffre.
      Vous êtes tellement pressé de faire une association tordue entre les contre-performances économiques du pays et la présence de Benin Control que vous ne faites plus attention au panneau du ridicule. Sinon comment pouvez-vous imaginer et oser affirmer que les recettes d’un Etat souverain, lié à gauche et à droite par des accords de coopérations techniques et financières avec des institutions internationales telles que le Fmi et la Banque Mondiale puissent être transférées sur les comptes d’un opérateur privé sans que personne dans tout ce monde ne trouve à redire. Vous devez un petit plaisantin frustré pour pondre pareilles énormités. Je vous suivrais volontiers quand votre analyse était orientée sur la nécessité pour ceux qui sont aux commandes dans de pareilles circonstances, de savoir décrypter ces alertes envoyées par les marchés et recentrer la mobilisations de ressources sur les performances internes au lieu de recourir sans cesse au marché pour couvrir les déficits. Des difficultés momentanées à mobiliser de la dette-même si c’est assez souvent le cas- n’est pas forcément synonyme de mauvaise gestion du côté de l’emprunteur. Tout est une question de conjoncture du moment mais aussi et surtout de causes exogènes telles que le panel de choix qu’offre le marché à l’investisseur en ce moment M pour choisir là où placer ses billes.
      Moi je ne vois toujours pas le plaisir que le Béninois éprouve à décrédibiliser à longueur de journée son propre pays croyant faire du mal à ses gouvernants.
      Pour finir, sachez pour votre gouverne, qu’on n’a pas besoin d’être un spécialiste de questions macroéconomiques pour déterminer et conduire la politique économique d’un pays de la même manière qu’un bon économiste ne fait pas forcément un bon planificateur. Un ministre dispose pour ce faire d’un vaste vivier de cadres chevronnés chargés d’implémenter tout ça une fois que le cap est fixé. Et même sous cet angle, le gouvernement actuel fait partie des mieux lotis en terme de profils d’économiste. Parlez d’autres choses !!!!!!!!!!

      • Avatar commentaire

        Voilà un lèche-cul de ce pouvoir qui vient nous servir sa messe dominicale. Amen et amen @agadja….

        • Avatar commentaire

          Vous lui accordez trop d’importance. Ce neveu de notre tout puissant préfet Modeste et spécialiste des masturb est dans son rôle.

  • Avatar commentaire

    Moi…j’aime bien…ce petit wadagni…qui me parait avoir une tete bien faite

    Beaucoup de pays auraient aimé avaoir un cadre bien formé…disons un jeune premier..

    N’a t il pas ..initié des reformes financière indispensables pour pays…jamais vues depuis…des decennies..

    Hélas..il n’est pas elu..et doit obéir à son maitre talon…

    Abt…notre manitou…national…chargé du plan….est là…pourquoi…vu son expérience..

    Quant à pik…le mangeur d’homme..à quoi sert il…?

    Talon…le compétiteur né…n’a aucune formation technique en économie,et financière…et il fait ce qu’il est venu faire…se servir…

    C’est ça la réalité

  • Avatar commentaire
    ESSABE Il y a 9 mois

    Il n’y a pourtant pas de quoi se réjouir.

  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 9 mois

    Vous passez tout votre temps à jeter de l’opprobre sur le gouvernement de votre pays et au même moment vous voulez que d’autres y investissent en toute quiétude?
    Quelle hypocrisie !!!
    Le béninois ne veux jamais voir son concitoyen réussir là où il a échoué.

    • Avatar commentaire

      Le débat est essentiel à la vie démocratique. La pensée unique tout comme le parti unique, c’est terminé de puis 1990. On ne peut pas soutenir l’hérésie. Citez moi ce que la politique menée depuis 2 ans a créé comme richesse. Que des dettes qui ont ruiné la crédibilité de notre pays sur UMOA-T et des destructions d’emplois. Cela me rappelle la politique fiscale asphyxiante du Président Hollande qui l’a conduit dans une impasse infernale avant le revirement pro entreprise avec des allègements massifs d’impôt pour relancer la machine économique. Nous avons l’impression que nos dirigeants n’ont pas de culture de la pensée économique. Pourtant notre pays ne manque pas de grands économistes. Errare humanum est perseverare diabolicum….

  • Avatar commentaire

    Un bel article à lire
    https://afrique.latribune.fr/finances/2018-02-03/le-benin-essuie-un-nouveau-revers-sur-le-marche-financier-de-l-uemoa-767182.html

  • Avatar commentaire

    Le problème de notre pays , c’est qu’il n’a pas de politique économique. Crier dans les médias que le Bénin a fait 200 milliards CFA d’économie ne constitue pas une politique économique mais une politique de
    saine gestion des deniers publics qui ne mérite pas toute cette publicité. Nous avons actuellement un ministre des finances et non un ministre de l’économie. Il est temps que Talon change Wadagni et le remplace par quelqu’un qui connaît l’économie et capable de promouvoir une politique économique et de rassurer les investisseurs sinon il est à craindre le pire pour le Bénin en 2018.

    • Avatar commentaire
      Cathie Il y a 9 mois

      Vous avez entièrement raison. Wadagni est un comptable qui parle constammentde de la lutte contre la corruption, mais, n’a aucune stratégie économique pour le développement du pays.Ce gouvernement piétine car n’est pas à la hauteur de l’enjeu. C’est triste pour le Bénin

    • Avatar commentaire

      On a plutôt un comptable

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji Il y a 9 mois

        Si vous aviez ne serait-ce qu’une idée de ce à quoi ressemble le contenu de la formation d’un expert comptable( Bac+8), vous ne seriez pas allé jusqu’à lui dénier des compétences en économie.

        L’ignorance vous donne certes des circonstances atténuantes mais l’étaler sans retenue aucune est un vice.

        • Avatar commentaire

          ton Bac+8 va peut être impressionné les non-sachants. Pas moi.

          • Avatar commentaire
            Agadjavidjidji Il y a 9 mois

            Toi un sachant!!!! Laisses moi rire!!! Un obscur lâche qui se cache tantôt derrière un pseudo tantôt derrière le vide pour placer des backbittings ne doit certainement pas être une lumière.

        • Avatar commentaire
          Gombo offline Il y a 9 mois

          J’ai été un  des 1ers à dire que wadagni  est un cadre compétent (en plus d’etre Probablement franc macon)
          Le problème c’est que le comptables comme lui et dagnon sont pour compter les sous et non générer la richesse.,, bean counters dit on chez les anglophones…
          Et puis dire qu’expert comptable c’est bac+ 8 c’est comme dire qu’avocat c’est bac+10 en intégrant les stages…
          Au demeurant ce n’est pas la longueur de la formation mais son contenu et la tournure d’esprit qui sont en cause

          • Avatar commentaire
            Agadjavidjidji Il y a 9 mois

            @Gombo..

            L’économie est une discipline omni présente dans le cursus qui mène au DEC. Depuis le DCG jusqu’au DEC en passant par le DSCG. Dire d’un expert comptable qu’il est un bean counters témoigne d’une méconnaissance totale de cette formation.

        • Avatar commentaire

          @Gombo a raison de dire qu’un expert comptable n’est pas BAC+8; mais tout au plus BAC+5. @agadja….. a perdu toute lucidité dans la défense de ses médiocres intérêts.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 9 mois

    Agadjavi , quitte dans gros français pour embrouiller les gens , vous n’êtes pas bons c’est aussi simple que celà . 
    Une entreprise avec à sa tête d’aussi vils individus , on les met simplement dehors ; donc talon  ”  dégage ” 

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 9 mois

    @Amaury…
    Merci d’avoir situé cette contre-performance dans son contexte. La vermine anti-Talon est trop aveuglée par la haine primaire pour faire cette lecture. Encore que du haut de leur statut de marcheurs de semaine, ils n’en ont pas, pour la plupart, la capacité.
    Cela dit, une couverture d’environ 42% (et non 33%) pour nos OAT pendant que des économies comparables à la nôtre comme le Burkina et même un Togo au bord de l’insurrection enregistrent un taux de soumission de plus de 100% traduit une contre-performance, quel qu’en soit par ailleurs les raisons. Mais les motifs de cet essoufflement sont à voir ailleurs.

    1)La première des choses à regarder est notre niveau d’endettement actuel en relation avec le PIB (taux d’endettement). A force de recourir fréquemment aux marchés, il se crée chez l’investisseur une aversion naturelle liée au fait que ce dernier préfère diversifier son portefeuille que de le voir rempli des titres de dette d’un même Etat qui vient faire son marché chaque fin du mois. Cela répond à la maxime sacrosainte qui veut qu’il vaut mieux ne pas mettre tous ses œufs dans un même panier.

    2)Il y a actuellement une surabondance d’offres sur le marché ce qui fait que les titres les plus attrayants comme ceux du Sénégal ou de la Cote d’Ivoire sont plus prisés que ceux d’autres économies plus fragiles comme le Benin ou le Niger par exemple. Il faut dire que des OAT comme celles du Benin n’ont aucune chance face à celles de la Cote d’Ivoire ou du Senegal, lorsqu’elles sont émises au même moment. Ce qui semble être actuellement le cas. Par exemple, Le Mali vient d’annuler toutes les soumissions de sa dernière émission pour des raisons de couverture non satisfaisante.

    3)Enfin, le Benin traine selon moi un handicap structurel face aux économies sœurs de la sous-région. En dépit d’un cadre institutionnel et politique relativement stable, nous avons un pays où en réalité les syndicats sont au-dessus de l’Etat ; ce qui fait qu’on ne travaille pas au Benin. Qui va mettre son argent dans un foutoir où on grève tout le temps. Pas moi en tout cas. Yayi en avait pâti en son temps même s’il avait réussi par un tour de force à dompter les douaniers. Talon en prend présentement pour son grade et ce sera le cas pour le prochain tant qu’on n’aura pas assaini la chienlit ambiante qui prévaut du côté des travailleurs.

  • Avatar commentaire

    qu’est les pro talon pensent de cette contre-performance ? réagissez

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 9 mois

    C’est le signe notoire que ce Gouvernement a perdu la confiance de beaucoup sur les marchés Financiers.

    Et ceci n’est pas étonnant, car un Gouvernement qui veut fonctionner comme si l’Etat de droit n’est plus en vigueur dans le pays, ne doit plus s’étonner de ce qui lui arrive.

    On ne peut pas être dans un régime démocratique, et cracher sur la démocratie, violer ses principess pour faire croire que la démocratie peut attendre.

    C’est insensé, c’est illégal et c’est criminel. Un Président élu selon les principes démocratiques, mais qui pense découvrir les avantages d’une dictature qu’il veut imposer à corps et à cris aux populations a trahi et ne doit plus passer une minute à la tête de l’Etat.

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 9 mois

    Ce n’est pas le Bénin seulement. C’est vrai que la confiance en ce gouvernement est étriquée mais la situation est devenue compliquée sur le marché régional depuis la décision controvée des BCEAO boys du CPM. Espérons que la prochaine conférence des chefs d’Etats leur remonte un peu les bretelles.

  • Avatar commentaire
    Mathilde Il y a 9 mois

    AINSI SOIT-Il pour ce gouvernement. Aucun stissrur n’à confiance au commerçant qui dirige le pays. Dommage pour la pauvreté grandissante

  • Avatar commentaire

    INVESTISSEMENT et CONFIANCE sont des cousins même père, même mère que ni la ruse ni la rage ne peuvent séparer. Qui est fou ? Qui est aveugle ? Peut être les 66% de béninois qui ont fait confiance à ces aventuriers qui n’auront d’autre choix que d’abandonner le navire et de prendre la clé des champs. Sans doute plus qu’une question de mois…
    Bonne chance à mon cher pays !!!