Bénin : Que cache la course effrénée du gouvernement à l’endettement ?

Bénin : Que cache la course effrénée du gouvernement à l’endettement ?

Emprunts obligataires, émission de bons du trésor, mandat pour la recherche des investisseurs en vue de l’achat de la dette intérieure de l’Etat, c’est autant de mécanismes utilisés par le gouvernement depuis 2017 pour recourir à l’endettement.

PAG : « Un catalogue d’intentions incohérentes » selon Léonce Houngbadji

Au vu de toutes ces manœuvres pour obtenir des prêts, on est tenté de se demander ce que cache cette persistance du gouvernement à recourir aux prêts ?

C’est depuis 2017 que le gouvernement de la rupture recourt aux mécanismes d’endettement. Une grande curiosité surtout au vu de la récurrence et la proximité des périodes qui séparent ces appels de levée de fonds. Pour illustration, de seulement décembre 2017 à mars 2018, le gouvernement de la rupture a effectué six levées de fonds si l’on ajoute celui prévu pour le 29 mars 2018 prochain.

Si les opérations de levée des fonds ne constituent pas une exclusivité béninoise, la récurrence de celles-ci en moins de 4 mois intrigue. Déjà le 7 décembre 2017, le gouvernement a lancé un emprunt obligataire et a réussi à mobiliser 29 milliards FCFA. Le 20 décembre 2017, le gouvernement a lancé un autre emprunt obligataire et a obtenu à termes, 4 milliards FCFA sur les 35 milliards FCFA recherchés. Le 11 janvier 2018, un autre appel de levée de fonds est lancé avec à l’arrivée, 19 milliards FCFA de récoltés sur les 20 recherchés.

Le 1er février 2018, le gouvernement émet des bons de trésors d’une valeur de 15 milliards FCFA et n’obtient que 5 milliards FCFA. Le 15 février 2018, le gouvernement émet de nouveau des bons de trésors en vue de rassembler 15 milliards FCFA et n’a obtenu que 6, 8 milliards FCFA. Et pour le 29 mars 2018 prochain, le gouvernement a déjà émis des bons de trésor pour réunir 20 milliards FCFA.

Un rythme endettement vertigineux

Entre temps, le 1er février, à travers une note signée du ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni, ce dernier au nom du gouvernement du Bénin, délivre à la société de gestion de l’intermédiation du Bénin, Sgi-Bénin un mandat. Selon les termes de cette décision du ministre des finances, ce mandat est délivré à cette société : « pour procéder à la recherche d’investisseurs potentiels pouvant racheter la dette intérieure bancaire du Bénin d’un montant indicatif de 350 milliards FCFA. Ce mandat précise clairement les attributions de la Sgi : « à cet effet, donnons mandat à la Sgi-Bénin pour négocier au mieux des intérêts de l’Etat béninois avec les potentiels investisseurs, toutes les possibilités, modalités et conditions de rachat de cette dette ».

La note du ministre des finances indique que cette mission de la Sgi dure 60 jours. On peut faire fi du faibleengouement manifesté par les investisseurs sur le marché financier de l’espace Uemoa à l’endroit des appels de levée de fonds lancés par le Bénin. Mais il sera important de s’interroger sur ce qui peut expliquer cette récurrence du gouvernement béninois à lancer des opérations de levée de fonds sur le marché financier de l’espace Uemoa. Faut-il prêter oreille à ceux qui depuis quelques mois avancent la thèse des caisses vides de l’Etat ? Assurément non, parce que la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde qui a séjourné au pays en 2017, avait adressé un satisfécit au gouvernement et encouragé une croissance de 05%.

Les mobiles de la dette

Des appréciations qui avaient suscité des réactions comme celles des économistes qui expliquaient que le Fmi ne se rend que là où l’économie se porte mal. Les faits donnent-ils raison aux tenants de cette thèse ? Osons émettre des réserves, pour se rappeler quand même qu’après les défalcations opérées sur les salaires de février 2018 pour fait de « grève illégale », certains syndicalistes étaient montés au créneau pour expliquer que le non-dit de cette opération, porte sur le fait qu’il n y avait pas de l’argent suffisant dans les caisses de l’Etat. Et l’appel de levée de fonds du 15 mars 2018 dernier renforce cette suspicion.

Par ces émissions de bons du trésor, le gouvernement recherchait dans l’urgence 20 milliards FCFA qu’il entend rembourser en juin 2018. Quelle peut être cette situation pressante qui contraint le gouvernement à rechercher 35 milliards FCFA à rembourser dans 3 mois ? Cette question les anglo-saxons diront qu’il s’agit du « one billion dollar question » pour dire simplement une question à la réponse incertaine. Ce qui est certain par ailleurs, c’est que le rythme de l’endettement du pays connait une croissance vertigineuse.

Les craintes légitimes d’un endettement irrationnel

Lors de son intervention au cours du meeting du congrès constitutif de l’Usl de Sébastien Ajavon, Léonce Houngbadji relevait que la dette du Bénin a déjà franchi le plafond de 4.000 milliards FCFA. Laissant observer que le niveau d’endettement du Bénin en moins de deux ans de pouvoir de la rupture est supérieur à 2.000 milliards FCFA. Un endettement qui ne se fait pas ressentir sur le terrain. Aucune réalisation concrète en dehors de quelques chantiers débutés sous Yayi qui s’achèvent sous l’actuel régime.

Faut-il craindre que ce rythme d’endettement dénué de réalisations visibles plonge le pays dans le cycle de remboursement des dettes sans connaître ce qui a été fait des dettes contactées ? Seulement, cette situation amène à se rappeler des explications du ministre des finances à l’assemblée nationale sur la consommation du budget national, exercice 2017.Soit un budget de2010 milliards que le ministre des finances dit avoir été exécuté à 92%.

Les acteurs politiques et les économistes continuent de se demander jusqu’à ce jour, dans quelle partie du pays les réalisations de ce budget ont été perceptibles en termes de routes, d’écoles construites, de centres de santé ou autres infrastructures ? Vous avez dit rupture, nous y sommes

Commentaires

Commentaires du site 18
  • Avatar commentaire

    De l’amateurisme dans la gouvernance. Un vrai désert de compétence ce gouvernement… sauf, lorsqu’il s’agit de s’adonner à la kleptomanie. Là, Talon et son clan excellent dans les montages fianciers, les faux nez, les sociétés écran, pour siphonner les maigres ressources du pays. Résultat: plus rien dans les caisses, alors on s’endette à tour de bras pour parer au plus pressé en essayant de repousser l’échéance du défaut de paiement. Mais cela finira par arriver, ce n’est qu’une question de temps.

    Les chiffres sont éloquents: En deux ans, Talon et son gouvernement ont contracté l’équivalent de la dette des 55 années qui ont précédé leur arrivée au pouvoir. Le pire, c’est que personne ne peut dire à quoi serve toute cette dette contracté sans aucun contrôle sur le dos du peuple! Vous comprenez pourquoi dans son funeste projet de révision de la constitution, Talon voulait s’arroger le droit, sans aucun contre pouvoir, d’endetter le pays. Le gouvernement devrait éclairer l’opinion publique sur l’utilisation de l’argent de la dette! C’est la moindre des choses puisque c’est le peuple qui devra payer.

    Il faut comprendre que la manoeuvre actuelle avec SGI-Benin vise simplement à sortir une partie de la dette des engagements et donc améliorer le ratio d’endettement pour pouvoir s’endetter encore plus dans le futur. Mais pourquoi? Là aussi, Talon et son petit commis de ministre des finances devront s’expliquer.

    Et dire que dans tout ça, il y a ABT et PIK qui assistent sans sourciller à cette mascarade.

  • Avatar commentaire

    Talon a lamentablement échoué comme président. Ce n’est pas un gestionnaire du développement et le petit moineau de Ministre des finances ne connaît rien aux finances publiques. Voilà la ou se situait le désert de compétences. N’oublier pas que lors de sa visite en France, Macron a tirer les bretelles à Talon qui est rentré dans les rangs. Son club led au Bénin, il devra y aller avec TTa Claudine.

  • Avatar commentaire

    Laissons le debat personnalise, pensons “Benin” qui est notre denominateur commun. Si le pays est gate et endette j’usqu’au os c’est tout le monde qui va se sacrifier pour rembourser.

  • Avatar commentaire

    Chers Amis Talon et son clan Travaillent pour enfoncer le pays. les leves de fonds sont a rembourser avec des interets tres eleves et dans un delai tres cours ce qui reduira focement les marges de manoeuvre de celui qui prendra le pouvoir dans 5 ou 10 ans. mais qui sont ceux la qui participent a ces leves de fonds? allez chercher source sur, c’est l’argent vole et pille qui revient sous forme de pres dans le systeme. Doutez aujourd’hui et vous me donnerai raison demain. J’avais annonce il y a quelques mois que l’acharnement contre l’ordre national des pharmaciens etait une strategie de Talon et Djogbenou pour les mettre hors jeux et commencer l’importation de medicaments. Plursieurs firmes sont en contact avec eux et le proposition sont alechantes, patience les preuves suivront.

    • Avatar commentaire

      Vraiment, du bidon!!!!

    • Avatar commentaire

      Quel tête !!! Quel talent !!! Bravo mon gars , tu es vraiment malin…tu dois sortir de HEC ou Harvard avec des raisonnements comme ça  !!! Loool … toi et olla oumar vs pouvez diriger ce pays… merci encore pr l’intervention ! Quel génie ….a l’image de cet l’article d’ailleurs… de la Connerie de haut standing ! 

  • Avatar commentaire

    Cet article n’a aucun sens. Il aurait pu l’avoir si celui qui l’a écrit maitrise les rouages des finances. On écrit pas écrire.

  • Avatar commentaire
    ADJRAKATA Il y a 4 semaines

    Creer des occasions de marchés opaques de gré à gré

    • Avatar commentaire
      ADJRAKATA Il y a 4 semaines

      SUITE….
      Pour detourner les fonds dans leurs propres poches et celles de leurs proches! La pression fiscale a ses limites car le gros des revenus sont dejà dans les mains de Talon (le port, le coton, l anarcade)
      Le journaliste aurait dû fouiner du coté du Tresor pour savoir exactement ou le Benin se trouve sur le chemin qui mène a la banqueroute! ********************************************

  • Avatar commentaire
    Liberachj Il y a 4 semaines

    Ce genre de debat n’interesse pas les beninois leur probleme c’est plutot les conteneurs fictifs les kilos de cocaine les affaires de Kinnisi etc 
    Le jour ou les Beninois comprendront ce que l’Etat est capable de faire pour eux si jamais les moyens etaient utilisés comme il faut alors plus jamais on aura des President comme Talon ou Yayi Boni au pouvoir

  • Avatar commentaire
    delphin gouvoéké Il y a 4 semaines

    Je suis foutu. J’ai fait quoi pour mériter un tel sort? Pourquoi doit-on utiliser l’argent du pauvre contribuable sans pouvoir lui dire exactement ce à quoi cet argent a servi.

  • Avatar commentaire

    Quelle…question..tellement triviale…qu’on ne devait pas lui consacrer..autant de colonnes..

    on endette le benin…afin de détourner cet argent…sous forme..de marché de gré à gré…dits d’investissements..

    talon et sa bande..ont besoin de blé…et beaucoup…

    Car en effet..par chinois interposés…ont veut niquer aworet..pour lui prendre son projet de rail..

    On veut..investir..dans l’import des produits pharmaceutique bientot

    Bientot..le marché de dantopka..passera…sous la coupole de talon..

    Et on me dira…que abt..et pik..sont assis..en conseils des ministres…voir le pays qu’ils veulent diriger…etre démantelé

    Et pourtant…je soutiens talon et toluba..dans des postures..précises..

    Cohérence..oblige..!!!

    • Avatar commentaire

      @Aziz,

      Il n’y a aucune cohérence dans le soutien dont tu parles. Je te rappelle que la gestion d’un pays c’est un tout et on ne peut pas isoler des pans et dire que c’est bon encore que ces ‘bons’ dont il est question constitue des arbitraires décriés pas d’autres.

      Par ailleurs, j’ai posé une question simple et précise depuis mais elle est restée sans réponse :qu’est ce que Pata fait actuellement et qu’il nous avait dit ?

    • Avatar commentaire

      Merci pour la pommade du soutien à la fin… tu restes incohérent  . L’industrie pharmaceutique qu’il yavait  au Bénin vous tuer  … et ça avant même que talon soit président il yavait déjà des rapports internationaux ( peut être c’est talon qui les a écrit comme il savait qu’il allait être président oubien ?) mdr …mais bon comme noir c’est noir … kabessa vide , ventre plein!! 

  • Avatar commentaire
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 semaines

    Les réalisations  portant sur des centaines de milliards de ce régime  de talon , sont visibles à ” tchoumi tchoumi ” 😂
    Le benin avec talon est en faillite , en banqueroute, soyez en certains