Bénin : Sébastien Ajavon apporte du renfort à l’opposition

Bénin : Sébastien Ajavon apporte du renfort à l’opposition

Du 23 et 24 mars 2018 à Djèffaprès de 200 délégués venus des douze régions du pays se sont retrouvés pour réfléchir sur la création d’une nouvelle formation politique dont le nom de baptême est : l’Union sociale libérale, l’Usl.

Bénin : L’He Basile Ahossi présente un tableau sombre de la gouvernance Talon

Ce parti politique vient ainsi enrichir l’opposition politique d’une autre formation qui devra renforcer une coalition des forces de l’opposition. Pendant deux jours, la localité de Djèffa dans la commune de SémèPodji a connu une effervescence particulière.

Les travaux du congrès constitutif de l’Union sociale démocrate avaient débuté le vendredi dans l’enceinte de l’institut supérieur des sciences et technique à Djèffa. Il était question de réfléchir sur la dénomination, le logo, la charte du parti, la définition de la politique générale. Les 200 délégués venus de toutes les régions du pays s’y sont attelés toute la journée de vendredi jusqu’à bien tard dans la nuit. Le samedi 24 mars 2018, jour du grand meeting, les militants venus également des différentes localités du pays, se sont joints aux délégués.

Pour les 20.000 militants et invités attendus, c’est le stade de cette université qui a servi de cadre, aménagé avec soin pour la circonstance. Les militants parés de T-shirt de couleur bleue, prenaient place sur des dizaines de milliers de chaises minutieusement classées face au long podium qui accueillait les invités de marque. C’est donc un stade bleui de militants et plein comme un œuf qui vu défiler l’arrivée des députés à l’Assemblée nationale, des têtes couronnées parmi lesquelles, le roi d’Allada et son épouse. Les présidents et représentants de partis politiques invités. Des personnalités de marque comme l’ancien président de la République, Dieudonné Nicéphore Soglo.

Des civilités

Après une série de prestations musicales pour tenir le public si hystérique, les choses ont commencé avec l’entrée dans le stade du président Sébastien Ajavon accompagné de l’ancien président Nicéphore Soglo. Salve d’applaudissements à l’endroit des deux personnalités jusqu’à leur installation à la tribune. Commence alors une série d’allocutions dont celle du président du comité d’organisation, Verant Ahouantchémè qui a souhaité la bienvenue à tous a remercié les congressistes pour l’étendue du travail abattu.

Le président du mouvement : Alternative pour la sociale gouvernance, Emile Koudjo, est venu lui aussi remercié les membres de ce mouvement pour le travail préparatoire qu’ils ont mené à sillonner le pays pour interroger les populations sur la meilleure forme de gouvernance qu’ils espèrent. Il a indiqué que le travail pour leur mouvement prenait ainsi fin et cédait ainsi le pas au parti politique qui vient d’être créé. Karim Bello qui a parlé au nom de la diaspora, a rassuré les militants sur le fait que la diaspora est prête sous la coordination de Sébastien Ajavon à venir investir au Bénin et de mettre ses compétences au service du pays. Il a rappelé à l’occasion que la diaspora est pétrie de compétences.Suivez son regard.

Des allocutions ovationnées

Le passage de l’He Basile Ahossi a été très applaudi et remarqué. Ce député de la 17è circonscription électorale, a expliqué les raisons pour lesquelles il s’est allié aux députés qui ont rejeté le projet de révision de la constitution. Il a indiqué pourquoi il a accepté de rejoindre le bloc de la minorité parlementaire. Il a dressé le tableau sombre de la gouvernance Talon dont la manifestation la plus visible est l’expansion de la misère. L’He Ahossi a surtout affirmé qu’il n’est pas facile aujourd’hui d’être démocrate au Bénin sans courir le risque d’être envoyé sous n’importe quel prétexte en prison.

Son allocution qu’il a délivrée sur un ton ferme et audible lui a valu un « standing ovation ». Et comme un bon orateur peut attirer un autre, c’est Léonce Houngbadji qui a confirmé toute l’admiration que le public lui voue Par une technique oratoire inspirée de Martin Luther King, le jeune politicien a su attirer la sympathie des milliers de militants présents en égrenant à la pelle les dérives managériales de la gouvernance. A Sébastien Ajavon, il a dit que : « c’est maintenant que le plus difficile commence pour toi. La dernière fois, on t’a mis 18 kg de cocaïne dans tes containers pour t’humilier, mais Dieu lui ne t’as pas humilié. Cette fois-ci ils vont certainement rechercher d’autres méthodes ».

C’est dans le même registre critique que Gilbert Kouassi, qui s’est aussi adressé au nom du parti communiste, à l’assistance. Il a déroulé une litanie de récriminations à l’endroit du gouvernement de la rupture. Le roi d’Allada est resté dans des dimensions spirituelles en prononçant à l’endroit du président d’honneur du parti, Sébastien Ajavon, des propos de bénédiction, mais aussi à l’endroit de l’assistance et du nouveau parti ainsi créé. Il a rassuré le président Ajavon du soutien inconditionnel de la Cour royale d’Allada. L

e Président Nicéphore Soglo est parti de la situation non reluisante de l’Afrique marquée par le phénomène de migration suicidaire vers l’Europe pour arriver au cas du Bénin. Il a noté que le pays a davantage besoin de paix, de pardon et de dialogue franc et sincère. Il a regretté l’annonce de l’adoption de la politique de la loi du Talion « œil pour œil, dent pour dent ».

L’ancien Président de la république trouve qu’à la place des idéologies cyniques à développer, le gouvernement gagnerait plutôt à avoir de la compassion pour les populations pauvres. Sébastien Ajavon, quant à lui, est revenu sur la présidentielle de 2016. Expliquant que des possibilités s’offraient à lui au second tour de cette présidentielles : faire des recours en se fondant sur des documents probants. Il dit avoir abandonné cette potion pour éviter de faire plonger le pays dans l’impasse.

Un congrès réussi malgré les tentatives de déstabilisation

Il a, à la place opté de soutenir le candidat arrivé second au premier tour, Patrice Talon, et ceci pour deux raisons : la première au nom de la parole donnée et la seconde parce qu’il était convaincu que trois ans d’exil pouvait transformer qualitativement un homme, mais au constat il a réalisé qu’il s’était trompé. C’est donc parce que le régime dont il a contribué à l’avènement au pouvoir s’écartait des principes directeurs de la gouvernance de la rupture, qu’il s’est démarqué de celui-ci. Et pour ne pas laisser le pays foncer vers l’abîme, il lui a paru incontournable de rompre le silence et l’inaction pour venir au secours d’un un peuple victime de tous les maux créés par une gouvernance insensible et impitoyable.

Ajavon rassure donc que l’Usl ainsi créé sera de tous les combats surtout électoraux. Le parti sera aussi prêt si nécessaire à rejoindre la grande coalition de l’opposition. C’est dans la liesse populaire que les dizaines de milliers de militants se sont séparés dans la tradition de bonne manière à l’Ajavon. Un congrès qui a été une grande réussite sur toute la ligne, malgré le refus à la dernière minute du stade Mathieu Kérékou pour la tenue de ce congrès. Il en est de même du refus de l’envoi des éléments de la police républicaine pour assurer la sécurité.

Eyangoh Ekolle, de retour de Djèffa

Commentaires

Commentaires du site 35
  • Avatar commentaire

    @Remocrate c’est clair que l’ enregistrement du parti ne sera pas possible a l’heure actuelle. Cette situation montre l’impréparation et manque de réalisme de AJAVON . il est vraiment Naïf et inculte ! il ferait mieux rester dans son marigot de commerçant.

  • Avatar commentaire
    Marcel zatta Il y a 4 mois

    Du courage…

  • Avatar commentaire
    Fracasse Il y a 4 mois

    Un vrai guignol, cet Ajavon!

  • Avatar commentaire
    Remocrate Il y a 4 mois

    Voici encore une preuve de l´immaturité politique et administrative de notre séba national .
    Parmi les quinze membres du bureau national du parti Union sociale libérale (Usl) de l’homme d’affaires Sébastien Ajavon figurent Léon Basile Ahossi et Zéphirin Kindjanhoundé respectivement 1er délégué général adjoint chargé des questions politiques et premier responsable à l’organisation. La présence de ces deux hommes politiques suscite quelques interrogations en ce sens qu’ils sont déjà chacun membre d’un parti politique. Léon Basile Ahossi est de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) alors que Zéphirin Kindjanhoundé est le président du parti Union pour une dynamique démocratique (Udd-Wôlôguèdè).
    C´est bizarre que cela n´étonne personne sur ce forum. Peut-être membre du bureau de deux partis politiques dans une même république?
    USL doit revoir sa copie, et le minsitère de l´intérieur peut en toute responsabilité opposer un refus à l´enregistrement de ce parti.
    Cela

  • Avatar commentaire

    les législatives sont proches et je suis sûr que Talon aura la majorité car n’oublions pas il y a eu l’affaire Dagnivo,ICE et CEN-SAD et pourtant Yayi a pu avoir la majorité et être réel.Essayons de comprendre le vote de nos concitoyens qui vivent dans le Bénin profond.

    • Avatar commentaire

      Yayi n’a pas casse le bicoques de milliers de gens, meprise leur religion, cause une anne blanche, supprime les bourses aux etudiants, paye ses ministres 8 a 16 millions pendant que les enseignants sont a 33000 d’avance, vendu le pays aux etrangers et son clan, destitue maires a droite a gauche, défalque sans cause, j’en passe et des meilleures…
      On peut esperer que les gens oublient, mais rin n’est moins sur

  • Avatar commentaire
    ISSOUFOU IDRISSOU Il y a 4 mois

    Dans tous les cas, il y a deux cas:soit Ajavon fera comme Patrice Talon, soit il fera pire si on tient compte des divers redressements fiscaux dont ses sociétés ont fait l’objet.
    Ils sont tous mêmes. Il n’y a pas un pour rattraper l’autre.
    Bref, plus de commerçant ou opérateur économique à la tête de ce pays.

  • Avatar commentaire
    Crépin Il y a 4 mois

    Le Bénin 😧😧😧 !!!

  • Avatar commentaire

    AJAVON ma fait tellement rire !!!! lui qui avait dit que la politique n’est pas son marigot change rapidement de marigot du fait de TALON. AJAVON tu as tire a terre; les termites de politicien vautours vont te sucer jusqu’au os. TCHO pardon sort de cette galère. N’as tu pas tire leçon de la présidentielle de 2016. Oncle pardon;

  • Avatar commentaire
    Paysan Il y a 4 mois

    On connaît des membres du bureau usl, recalés de leurs anciens partis, incapables de mobiliser 3 personnes

  • Avatar commentaire

    Mon cher Sonagnon; je ne dis pas que Talon va nous imposer un president mais nous seront surpris dans le choix qui ne sera ni du camp FCBE ni d’AJAVON .

    • Avatar commentaire
      Ridwane Il y a 4 mois

      Peut être, celui que dieu a choisi, c’est Adjavon,conséquence, celui-ci ne perd pas son temps.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 4 mois

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, avec l’incertitude générale dans la classe politique actuelle, on ne peut plus s’assurer de rien!!!

      Mais je ferai le pari que Patrice TALON n’occupera pas une prochaine fois la marina.

      • Avatar commentaire

        sonagnon,amaury,et napo…mes contradicteurs….!!!

        Il est temps…que vous vous rendez compte…que les analyses,les propositions et vos questionnements…ne sont nullement des solutions..

        Constatez,et souffrez…que nous sommes au bout d’un processus…une expérience…et le bilan est là..

        Il y a donc…deux solutions….le reformisme..ou le radicalisme

        Le premier..est une forme…de perte de temps….

        le second..est douleureux…à court terme…mais porteur…

        il se fait…que meme..en cas….d’une révolution radicale….la manière de toluba,…sera d’actualité..et meme certains approches..de talon..y seront aussi

        Ainsi donc…il faut tout suspendre..prendre le temps..de réfléchir pour un nouveau départ

        je veux dire…l’armée…pour dix ans..de regime d’exception…ne me déplait..pas…si entre temps…moi le sultan…j’aurai une place..afin de mettre en ouevre mes théories…

        un andel sissi…un dur à cuir pourquoi pas…

        Les africains…n’ont pas besoin de démocratie….

        • Avatar commentaire
          Sonagnon Il y a 4 mois

          ça va Mr AZIZ,tout apprentissage commence par un balbutiement!!!

          Patrice TALON qui est un accident de parcours sera conjugué au passé dans 3 ans au maximum.

          L’apprentissage va continuer avec ADJAVON ou quelqu’un d’autres, mais j’ai la certitude que nous apprenons toujours de ces erreurs.

          Il arrivera un jour qu’un sage redonnera la parole au peuple à travers une conférence nationale bis. Et ce serait un véritable nouveau départ.

          • Avatar commentaire

            vous faites rire par vos analyses bidons. s’il vous plaît, analysez sans la haine de Talon! cela vous fera pondre de belles réflexions! Talon est le plus fort et le meilleur aujourd’hui!

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON Il y a 4 mois

    LE SUCCESSEUR DE TALON EST DANS LE PLAN DE DIEU ET NON DE ADJAVON.
    ADJAVON PERD SON TEMPS .

  • Avatar commentaire

    Aucun president n’est bon pour le béninois. du calme Talon fera ses 5ans et va partir mais AJAVON ne sera jamais president dans ce Benin. En 2021 un instruis va gagner les elections. ca ne sera ni des FCBE ni de AJAVON. Pensez vous que Talon soit bête????? Vous serez surpris.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 4 mois

      Ce n’est pas TALON qui va décider qui sera son successeur!!!

      Avez vous vu le cas YAYI avec ZINSOU????

      Les mêmes causes produiront les mêmes effets.

  • Avatar commentaire

    La naissance d’un nouveau parti -quelqu’il soit- est un reconfort dans le context de caporalisation, d’embrigadement, de musellement de toute voix discordante entrepris par le clan Talon et ses allies Houngbedji et Amoussou Bruno…
    Bon vent a Ajavon, s’il peut offrir aux beninois, un espace de liberte

  • Avatar commentaire

    ce que je ne comprends pas Ahossi et Zéphérin ont chacun leur parti .Ont il démissionné de ces partis?Ahossi lui ne fait que se promener. il avait soutenu Zinsou et aujord’hui Adjavon.

    • Avatar commentaire

      Idem pour Dassoundo qui est aussi chef de parti politique! Que diront ces 3 à leurs militants, puisqu’ils viennent de laisser leur troupeau. L’argent quand tu nous tiens!
      Que le président Ajavon fasse l’expérience de l’échec de 2016, l’argent ne fait pas tout.

  • Avatar commentaire

    quel succes aura ce parti quand il ne met que les membres de sa famille,son beau fière les agents de sa société,on dirait un parti familiale comme chez les Soglos.Ils n’iront nul part .Quel est la base politique de ce parti?si c’est Deffa il va échouer car le PRD est dans son fief. Moi je pense queAdjavon a loupé sa sortie. il n’a rien dit de particulier

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 mois

    Et  nous voyons , peu à peu  se dessiner cette grande coalition de l’opposition .
    Agadjavi et talon ont chaud , Kia , Kia, Kia 

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 4 mois

    “Le parti sera aussi prêt si nécessaire à rejoindre la grande coalition de l’opposition.”Sébastien Ajavon.

    C’est ma plus grande satisfaction de ce congrès, et par la grâce de DIEU, le combat connaîtra un succès!!!

  • Avatar commentaire
    Kodokoue Il y a 4 mois

    Merci nous avons besoin d’une opposition mais constructive

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 mois

    Bon résumé 
    Peut-on encore parler de police républicaine, lorsqu’elle n’est pas présente  à cet instant , en ce lieu , djeffa où  se tenait un si important événement , avec la présente d’un ancien president, soglo , ainsi que des élus de la nation .
    Oui sous ce régime de talon , nous sommes réellement dans une république bananière 

    • Avatar commentaire

      vous ressemblez à une feuille sèche de bananier! vous résonnez au lieu de raisonner.

  • Avatar commentaire

    Du Courage!!!