Ecureuils du Bénin : Koukou doit arrêter le chantage pour maintenir Tchomogo

Ecureuils du Bénin : Koukou doit arrêter le chantage pour maintenir Tchomogo

Sans gène, dans une intervention sur Radio France internationale Rfi, Djiman Koukou semble arborer le costume de chef de fil d’un syndicat formé de joueurs de seconde zone au soir de

Bénin – Elections à la Fbf : Kanakin et Houngnibo prennent l’engagement de bien gérer le processus

leur carrière, pour imposer aux autorités en charge du sport béninois, le renouvellement du contrat de l’ex entraineur des Ecureuils, Oumar Tchomogo. Le génie du football béninois né le 14 novembre 1990, et qui a débuté en pro avec les Requins de l’Atlantique en 2004, Djiman Koukou, a effectué une sortie médiatique ce dimanche 4 mars 2018.

Lui qui à 27 ans n’a connu que des clubs de ligue 2 française (Niort, Evian, Tonon, Gaillard,…) et qui joue actuellement par intermittence à Lens (Ligue 2 française), s’est fait le porte voix des Ecureuils du Bénin sur Rfi. Il est venu annoncer la fronde de pseudos joueurs, ceci pour orchestrer un chantage afin que les dirigeants du football béninois reconduisent l’ex entraîneur national Oumar Tchomogo.

Dans l’entretien, Djiman Koukou demande «Pourquoi est-ce que Oumar Tchomogo n’a pas été reconduit. Sur quel critère le ministère souhaiterait prendre un autre entraineur…». D’abord, il fait montre d’une certaine méconnaissance de la situation de Oumar Tchomogo. En tant qu’entraineur des Ecureuils du Bénin, le contrat de ce dernier est en effet arrivé à son terme le 16 décembre 2017. Et cela lui a été notifié.

Mieux, Djiman Koukou se méprend en demandant au ministère de venir expliquer le critère selon lequel il veut recruter un autre entraîneur. Pour rappel, à la tête de l’encadrement technique des Ecureuils du Bénin, Oumar Tchomogo a été incapable de qualifier le Bénin pour la Can 2017, alors que tous les feux étaient au vert. Il a été incapable de qualifier le Bénin pour la phase de poule des éliminatoires de la coupe du monde 2018. Il a été incapable de qualifier l’équipe locale pour le Championnat d’Afrique des nations (Chan) Maroc 2018. Au demeurant, il faut rappeler à Djiman Koukou et sa bande de frondeurs, qu’on ne juge pas un entraîneur sur la base du nombre de ses victoires, mais plutôt sur sa capacité à gagner les matchs importants, sur sa capacité à qualifier son équipe pour des compétitions.

Relation avec Tchomogo

« Nous, on se sentait très bien avec lui (Tchomogo). C’est quelqu’un de rassembleur, toujours à l’écoute des joueurs et très proche des jeunes également», a fulminé Djiman Koukou.

On ne paie pas un sélectionneur national juste pour que les joueurs se sentent bien. Oumar Tchomogo est si rassembleur qu’il n’a pu retenir Rudy Gestede et Fabien Farnolle, qui ont décidé de prendre leur distance par rapport à l’équipe nationale. Selon ‘’l’excellent’’ milieu de terrain incapable de trouver un club tout au moins en ligue 1, le plus important aujourd’hui c’est de regarder «le travail de fond qui se fait avec ce staff là».

L’observateur averti peut se rendre à l’évidence qu’avec le staff dont parle Koukou, le Bénin a battu difficilement la Gambie à Cotonou (1-0), lors de la première journée des éliminatoires de la Can 2019. Avec le staff de Tchomogo, le bénin a raté trois rendez-vous importants. Avec le staff de Tchomogo, les Ecureuils sont incapable de produire un jeu cohérent. Dans ces conditions, l’incontournable milieu récupérateur béninois ne comprend pas pourquoi on veut prendre un entraîneur étranger. Il doit apprendre à mieux observer.

L’apologie du copinage

«Moi j’ai peur que ça ne bouscule notre dynamique», a affirmé le joueur béninois. Tout le monde semble d’accord, sauf Djiman et ses affidés, que la dynamique est d’ériger le copinage en règle au sein de l’équipe nationale. On peut donc comprendre la convocation répétée de certains joueurs qui n’apportent rien à la sélection. Dans son raisonnement, le joueur indique qu’«entre joueurs ainés du groupe on va essayer de se rencontrer, discuter et analyser les décisions…, parler aussi avec Oumar Tchomogo sur ses intentions vis-à-vis de nous et vis-à-vis de nos dirigeants ».

On peut comprendre le génie du football béninois. Comme il ne joue pas beaucoup dans son club, il va prendre de son temps libre pour aller rencontrer les autres qui sont dans le même cas que lui et discuter. Mais il faut relever que dans le cas d’espèce, Oumar Tchomogo ne peut rien faire. Il doit attendre tranquillement que la Fédération béninoise de football (Fbf) lance l’appel à candidature pour le recrutement d’un sélectionneur et postuler.

Un mauvais rôle

Et pour couronner le tout, Djiman Koukou confie «Est-ce que lui (Tchomogo) va se plier ou bien si nous on se battait pour lui, il serait prêt à nous épauler encore». C’est dire que les joueurs veulent s’ériger en syndicat pour défendre Tchomogo. A la vérité, ont-ils vraiment compris la situation ? Si non, il n’y a rien à défendre. On peut comprendre que des joueurs aient de la préférence pour un entraineur. Mais, aucun joueur, fut-il Messi ou Cristiano Ronaldo, ne monte au créneau pour imposer un entraîneur à son l’équipe nationale.

Donc, Djiman Koukou et sa bande font du chantage aux dirigeants avec la bénédiction de certains responsables de la Fbf. Si un joueur n’a plus envie de venir en équipe nationale, c’est son droit de refuser la convocation. Mais qu’on ne vienne pas brandir la menace de quitter l’équipe si l’entraineur est remercié. C’est dire que Djiman Koukou gagnerait à travailler pour être titulaire à Lens, afin de renouveler son contrat qui arrive à terme dans trois mois, au lieu de s’ériger en porte parole des frondeurs en mal d’inspiration.

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    L ecureuil Il y a 5 mois

    Lens club de seconde zone je ne savais pas qu au benin on avait des joueurs qui jouaient au barca au real ou au bayern djiman koukou est un joueur essentiel de l equipe donc respectez le un peu ignorants

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON Il y a 6 mois

    DANS UN PAYS RESPONSABLE , DANS UN PAYS SERIEUX , DANS UN PAYS DISCIPLINE , DJIMAN OU VENDREDI KOUKOU DEVRAIT ETRE RADIE DE L’EQUIPE NATIONALE ET DECLARE TANT QU’IL VIT PERSONA OU JOUEUR NON GRATA .
    SI CE N’EST PAS QUE LE BENIN EMBAUCHE DES MENUISIERS POUR ETRE A LA PLACE DES DOCTEURS, DITES-MOI DANS QUEL PAYS DE LA PLANETE TERRE UN SOIS-DISANT JOUEUR COMME DJIMAN KOUKOU PEUT PORTER LES COULEURS D’UNE EQUIPE NATIONALE ? DANS CE DELIT , DANS CE CRI..ME DE LEST MAJESTE , LES VRAIS RESPONSABLES SONT NOS DIRIGENTS .CERTAINS FAUX DIRIGENTS , DE VRAIS APATRIDES SONT TAPIS DANS L’OMBRE ET VEULENT RAMENER TCHOMOGO AFIN DE PARTAGER L’ARGENT SALE ENSEMBLE AU MEPRIS DE L’HONNEUR D’UNE NATION .
    SEUL AU BENIN QUE DES INEPTIES PAREILLES PEUVENT SE PASSER .
    DJIMAN KOUKOU DISAIT SOUS PEU UN NAIF A RENDU SERVICE AU BENIN . C’EST A MOURIR DE RIRE . LE SEUL SERVICE QU’IL A RENDU EST LA MEDIOCRITE COMME EMBLEME DANS L’EQUIPE NATIONALE OU IL EST CONVOQUE RIEN QUE POUR PARTAGER L’ARGENT AVEC CELUI QUE VOUS CONNAISSEZ .QUANT A TCHOMOGO , J’AI ETE LE SEUL FORUMISTE A DEMANDER SON DEPART CAR :
    IL FUT UN BON JOUEUR ….MAIS COMME ENTRAINEUR , C’EST LE PAPA DES NULS ET L’EMBLEME DU NUL !

  • Avatar commentaire

    Les journalistes devraient néanmoins ne pas trop tirer sur Djiman KOUKOU en parlant de sa titularisation à Lens et des clubs de seconde zone dans lesquels il est passé en tant que joueur. Il a certes failli aujourd’hui mais n’oublions pas aussi les services (même si pas trop nombreux) qu’il a rendus à l’équipe nationale.

  • Avatar commentaire

    Djiman KOUKOU aura compris qu’il a mis les plats dans le plat. Il a dû sûrement sortir ces propos sous le coup sans avoir bien réfléchi à leur impact et Oumar TCHOMOGO n’a sûrement pas besoin de cette mauvaise publicité.

    • Avatar commentaire

      Laissez tranquille..tchomogo ce digne fils du nord …qui a tout donné..à ce peuple

      Le petit ne pouvait pas faire de miracle

      un peuple de papous et de zoulous…meme avec le plus sélectionneur ne pouvait rien..

      Qu’on prenne frank makon…à sa place et on verra