Bénin : Adrien Houngbédji prend le contre-pied de la logique du gouvernement

Bénin : Adrien Houngbédji prend le contre-pied de la logique du gouvernement

La première session ordinaire de l’Assemblée nationale, ouverte hier matin au Palais des gouverneurs à Porto Novo, s’annonce sous de nouvelles couleurs.

Adrien Houngbédji : « Admettre que nous ne sommes pas infaillibles est un signe de grande sagesse »

Après une saison de passivité, de concussion et de soumission, la représentation nationale a semblé prendre les mesures de ses responsabilités d’institution de « contre pouvoir ». Ce désir a fortement marqué le discours d’ouverture de son président, qui clame désormais sa religion sur l’état de droit et l’indépendance des institutions.

C’est un virage à 45°. Alors que beaucoup de personnes s’attendaient à l’entendre tenir un discours flatteur à l’égard du gouvernement, Adrien Houngbédji en a surpris plus d’un. Ces derniers jours, il avait affiché toute une autre posture, celle de la soumission, du soutien inconditionnel. On l’avait entendu caresser le chef de l’Etat dans le sens des poils, lors de la cérémonie de présentation des vœux des institutions au chef de l’Etat. On l’avait vu presque en courroux, prendre la défense du même chef et arrêter la déclaration d’un député de l’opposition qui tentait de critiquer les actions du chef de l’Etat.

Puis hier, le président Houngbédji montre tel un caméléon, un visage nouveau. Tout au moins, il s’est montré indépendant, différent et surtout plus démocratique, proclamant urbi et orbi l’importance de l’opposition pour la démocratie béninoise. Sa réaction la plus éloquente, est celle qui concerne les décisions Dcc 17-252 du 12 décembre 2017, et Dc 18-075 du 15 mars 2018, relatives à la désignation des membres du Cos-Lépi.

« L’étendue des pouvoirs que s’est reconnu le juge constitutionnel, en a surpris plus d’un. (…) Certes nous découvrons qu’à l’occasion de son office, il peut même écarter une loi, tenir en échec le règlement intérieur, se substituer à la constitution elle-même en l’interprétant. Ses décisions sont sans recours, car il est infaillible dans son interprétation. Nous ne le savions pas, et il n’est pas sans intérêt pour aujourd’hui et pour demain, que le juge nous le rappelle. Je nous exhorte donc à exécuter, sans débat. La guerre des institutions n’aura donc pas lieu ici », affirme tout fier le président Houngbédji.

Ces propos bien surprenants au regard des positions défendues jusque là par le président Houngbédji, sont bien aux antipodes de l’aspiration gouvernementale. Depuis le rejet par la Cour constitutionnelle de la proposition de loi interdisant les droits de grève à certaines catégories de travailleurs, la Cour est victime d’une campagne de sabotage et de dénigrement conduite par des journaux et des hommes de droit dont la proximité avec le gouvernement n’est plus à démontrer. C’est dans cette foulée qu’est intervenue la démission de Simplice Dato, l’un des membres de la Cour.

Les mêmes pourfendeurs de la Cour ont trouvé en cette démission un élément pour montrer le malaise au sein de cette institution où plus rien ne va. Le discours tenu hier par le président Houngbédji n’est donc pas de nature à faciliter l’option du gouvernement. Au contraire, il le remet en cause et coupe l’herbe aux pieds des caciques du régime qui se montrent très actifs dans les arcanes de l’Assemblée pour bloquer la désignation des membres du parlement au Cos-Lépi.

Ce faisant, Houngbédji sauve l’actualisation de la Lépi et compromet toutes les manigances agitées secrètement pour bloquer la réalisation de la Lépi pour les prochaines élections. Un tel discours tenu par un homme politique de la trempe de Houngbédji, n’est pas anodin. Il sonne comme une clarification politique dont nous développerons les mobiles dans notre prochaine parution

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 semaines

    Qui veut il  encore tromper ce houngbedji , lui qui de mentor du djin.gbin de talon est vite devenu son lar.bin , son garçon de courses à l’assemblée nationale, voire même son ch.ien de garde , arrachant  la parole à ces collègues députés qui osent un peu trop  critiquer le djin.gbin et son gouvernement, qu’il dégage 

  • Avatar commentaire
    gombo offline Il y a 2 semaines

    Hagbe manie le sarcasme pour mieux miner le socle institutionnel…
    Il se met en embuscade pour mieux placer ses pions a la prochaine cc ( d’ici qu’il nomme son fils il n’y a qu’un pas dans la republiques des copains et des coquins… ou les beaux cousins accuses de harcelement sexuel sont promus ambassadeurs …)
    Peut etre Hagbe se rend il finalement compte que le peuple beninois ne se laissera pas conduire a l’abattoir dresse par le clan Talon avec sa complicite active…
    En tout etat de cause, il faut en finir avec ces vieux routiers de la politique beninoise, sans dignite, ni patriotisme…

  • Avatar commentaire

    EH!!!Béninois ????
    Houngbedji voulait faire prévaloir les prérogatives de l’Assemblée…on l’a accusé de tous les péchés d’Israel….Maintenant qu’il adopte une position de sagesse tendant à éviter la guerre des institutions….on l’accuse également d’obéir à des mobiles insoupçonnés… Malédiction… Allez en enfer !!!!!!

    • Avatar commentaire

      @ALLOMAN,

      Béninois n’a rien fait. C’est papy Adri le problème. Faire prévaloir les prérogatives de l’AN depuis quand ? Il était dans le pin..pan. Aujourd’hui, il vient faire la bouche. Nous sommes là pour apprécier sur les faits. Paroles de politiciens comme Adri, qui peut encore croire. Qu’il agisse dans le sens qu’il prône et je serai le premier à le féliciter.

    • Avatar commentaire

      Qui est con???

      Nous sommes à la veille des élections législatives, il joue au malin!!!

      Mais il est découvert, il n’aura plus personne une deuxième fois.

  • Avatar commentaire
    unbeninois Il y a 2 semaines

    Ce sera vraiment à son honneur s’il se pose, enfin, en véritable défenseur du pouvoir du peuple qu’il représente. Autre chose est de parler, autre chose est de faire. Que les paroles s’accompagnent d’actes, en commençant par la désignation des membres du parlement au Cos-Lépi.

  • Avatar commentaire

    Je l’espère mais je ne le crois pas. Wait and see ! Hagbê a perdu toute crédibilité.

  • Avatar commentaire

    Un véritable boulanger oui, ce monsieur.

  • Avatar commentaire

    A un an de la fin de son mandat parlementaire, AH se comportera en vrai démocrate pour éviter de ternir son image, car la fin de sa vie politique est dans quelques mois.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 2 semaines

      Il est douteux , ma douce Cathie , faut pas croire et suivre ce houngbedji ; 
      Tu creuses un peu , et tu verras qu’il est en embuscade , fait de la surenchère , pour avoir un peu plus d’argent avec talon , ou prendre la tête du grand parti  en gestation , et rempiler encore à la présidence de l’assemblée