Côté d’Ivoire : on en sait un peu plus sur le futur parti unifié

Côté d’Ivoire : on en sait un peu plus sur le futur parti unifié

Le projet de parti unifié semble avancer à grande vitesse. Aujourd'hui, nous en savons un peu plus sur cette nouvelle formation politique.

Côte d’Ivoire : des assaillants attaquent une gendarmerie et des banques

Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié se sont récemment mis d’accord sur le principe d’un parti unifié en Côte d’Ivoire. Si rien n’avait filtré jusqu’ici, nous en savons cependant un peu plus concernant cette nouvelle formation politique, qui a d’ailleurs choisi le nom de RHPD – Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix – et regroupera pas moins de six partis, à savoir : le RDR d’Alassane Ouattara, le PDCI de Henri Konan Bédié, l’UDPCI d’Albert Toikeusse Mabri, l’UPCI de Brahima Soro, le PIT de Joseph Séka Séka ainsi que le MFA d’Azoumana Moutayé.

Ce parti libéral, prendra officiellement racine dans une période allant de 12 à 18 mois et aura pour symboles un bélier, une référence directe à Houphouët-Boigny, premier président de la Côte d’Ivoire et donc le nom signifie justement bélier, en Baoulé. De plus, les couleurs officielles du RHPD seront le blanc, le vert et l’orange, soit les couleurs présentes sur le drapeau national. 

Le parti sera notamment divisé en plusieurs organes, allant de l’organe local aux sections sous-préfectorales, départementales, régionales et enfin extérieure. Chaque organe ayant une fonction bien précise et un fonctionnement internet propre à chacun en accord bien entendu, avec les règles et principes de base dont le RHPD se veut garant. Un texte en accord avec la discipline à avoir au sein du parti a également été écrit. 

Dans les faits, il sera interdit pour toute personne membres du parti, de critiquer le parti et les décisions prises par ses décideurs. Un texte qui vaut pour absolument tous les membres, du plus haut, au plus bas. Dans le cas où quelqu’un, était amené à ne pas respecter cette charte éthique, cette personne se verra conférer un avertissement, un blâme, une suspension puis une exclusion d’abord temporaire puis définitive si cela se répète un peu trop souvent.

Au niveau de la présidence, c’est encore un peu la discorde puis Henri Konan Bédié n’aurait le droit qu’à un poste de président d’honneur, poste conféré aux anciens présidents de la République. Selon toute vraisemblance, serait Alassane Ouattara qui dirigerait le parti et aurait donc « tous les pouvoirs ». Cependant, rien n’est encore sûr et de nombreuses questions restent à soulever, dont celle de l’équité au niveau de la séparation des tâches. Enfin, avant de se prononcer, les petits partis souhaitent que les deux grands, le RDR et le PDCI, officialisent leur dissolution en premiers.

Commentaires

Commentaires du site 0