Direction des arts et des livres : Les suggestions des professionnels pour éviter l’échec

Direction des arts et des livres : Les suggestions des professionnels pour éviter l’échec

Après plus de deux mois de vacances, le poste de directeur des arts et des livres a été pourvu mercredi 11 avril 2018 par le gouvernement, sur proposition du ministre du tourisme, de la culture et des sports Oswald Homéky.

Confédération africaine des sports boules: Homeky invité à faciliter les travaux du comité exécutif au Bénin

Au-delà des réjouissances dans le rang des acteurs culturels, notamment ceux de la chaîne du livre qui se sont sentis longtemps marginalisés, des voix s’élèvent déjà pour faire des suggestions au nouveau directeur Koffi Attédé, afin de l’aider à relever de la plus belle manière les défis qui l’attendent.

C’est ce qu’a fait la Grande Fédération des Associations d’Ecrivains et Acteurs de la Chaîne du Livre (Grafaecl), hier jeudi 12 avril 2018. Lire le communiqué de presse parvenu à notre rédaction

Communiqué de presse de la Grafaecl

La Grande Fédération des Associations d’Ecrivains et Acteurs de la Chaîne du Livre (Grafaecl) vient d’apprendre par les médias, la nomination de Monsieur Koffi Attédé au poste de Directeur des Arts et du Livre, au Ministère en charge de la Culture.

Cette nouvelle est réjouissante, en ce sens que pour une très rare fois, un vrai acteur de la chaîne du livre est nommé là où on parle de livre. Nous en félicitons le nouvel élu, ainsi que Monsieur le Ministre qui l’a nommé.

Nous saisissons cette heureuse occasion pour rappeler au nouveau Directeur des Arts et du Livre, certains grands défis qui l’attendent à ce poste, à savoir :

1/ La vulgarisation correcte du PAG en ce qui concerne le secteur spécifique de la chaîne du livre ;

2/ la collaboration avec les structures organisées (associations et fédérations), contrairement au clientélisme le plus caricatural qui a cours à ce niveau, surtout en ce qui concerne les missions à l’extérieur et autres avantages des acteurs de la chaîne du livre ;

3/ la restructuration du Prix Littéraire du Président de la République en vue de le ramener à sa vision originelle, afin qu’il redevienne un concours des auteurs (manuscrits) et non un concours des éditeurs (livres) ;

4/ la collaboration en amont et en aval avec les acteurs organisés de la chaîne du livre pour une meilleure organisation du salon du livre de Cotonou, contrairement à ce à quoi on a assisté l’année dernière, malgré les efforts et la bonne volonté des organisateurs. ;

5/ la multiplication des manifestions littéraires, et surtout une célébration digne du 07 novembre, Journée Internationale de l’Ecrivain Africain ;

6/ la Construction d’une maison de l’écrivain digne de la glorieuse plume béninoise ;

7/ l’organisation de rencontres périodiques avec les acteurs organisés de la chaîne du livre pour débattre des problèmes du livre au quotidien.

Avec déjà ce minimum de suggestions, si nous sommes écoutés, l’Etat et ses partenaires de la société civile culturelle organisée sonneront le glas de l’improvisation, du clientélisme et des échecs répétés des manifestations. Le livre béninois sera ainsi sauvé et les acteurs seront fiers d’exercer leurs activités dans ce secteur.

Cotonou, le 12 avril 2018

Le Président de la GRAFAECL

Denis AVIMADJESSI

Commentaires

Commentaires du site 0