Restitution des biens culturels : “La demande du Bénin est une première historique”, dixit Ousmane Alédji

Restitution des biens culturels : “La demande du Bénin est une première historique”, dixit Ousmane Alédji

S’il est une voix autorisée qu’on devrait de plus en plus entendre sur le dossier de la demande de restitution des biens culturels emportés par la France pendant la colonisation, c’est bien celle de M ALÉDJI.

Retour du patrimoine pillé à l’Afrique: Le président du Cran France épouse la vision de Macron

Metteur en scène, dramaturge, promoteur culturel béninois et gestionnaire d’un groupe de presses culturelles, Ousmane Alédji est l’un des experts culturels les plus respectés de sa génération.

Cette personnalité nous fait l’honneur de sortir de son silence pour se prononcer sur la question. Le ton sert une défense fine et pointue de ce projet de restitution, piloté par le Gouvernement du Président Patrice Talon, des arguments de poids déployés avec une maîtrise sans pareille. M ALÉDJI nous reçoit dans son grand bureau, au Centre culturel ”Artisttik Africa”.

Découvrez, à travers cette interview exclusive, les enjeux de la démarche béninoise et les projets qui en découlent. Une argumentation surprenante, menée par un tempérament de bulldozer.

Journal ’’Le Mutateur’’ : Bonjour Ousmane Alédji. Vous êtes une figure majeure du théâtre béninois. Vous êtes, en outre, le fondateur et le promoteur du Centre culturel ’’Artisttik Africa’’, installé à Cotonou. Et, ce n’est pas tout. C’est, du reste, à ce titre que nous vous recevons pour vous entendre, vu que vous ne parlez presque plus, depuis quelques mois.

Alédji, l’opinion nationale veut vous entendre vous prononcer, plus amplement, après votre passage sur Rfi, sur la question de la rétrocession des biens culturels au Bénin par la France. Merci d’avoir accepté de répondre à nos questions.

Ousmane Alédji : Tout l’honneur est pour moi.

M Aledji, le 26 août 2016, le Gouvernement béninois, pour faire suite à une décision du Conseil des Ministres, a adressé, à la France, une demande de restitution des biens culturels pillés pendant la colonisation. Selon vous, que faut-il comprendre par cette initiative ?

D’abord, c’est une première en Afrique. Je profite de votre micro pour féliciter le Gouvernement béninois et son Chef. Il y a quelques années encore, on n’imaginerait pas un Chef d’Etat africain dans cette posture-là. C’est rare, un Président qui ne tremble pas quand il s’agit d’aller, de se tenir devant nos partenaires. La demande du Bénin est une première historique qui mérite d’être soulignée et appréciée. Ceci, d’autant plus qu’aujourd’hui, les échanges Nord-sud, Afrique-France, les échanges entre la France et l’Afrique au sud du Sahara, précisément, sont en débat. J’apprécie que le Bénin prenne le leadership dans cette démarche-là. C’est une posture majeure et une démarche risquée, il faut le dire.

Risqué pour qui et pourquoi ?

Pour le Chef de l’Etat ! C’est d’abord lui qui en répond. Cette démarche est très mal vue par des gens dont la capacité de nuisance est connue. Tout le monde vous voit, parle de vous, vous menacez des intérêts, vous dérangez des chapelles et des religions.

A ce point là ?

Ah oui ! Il y a une partie de l’élite française et quelques vieux conservateurs de la classe politique française, par exemple, qui agressent carrément son propre Chef d’Etat ; vous imaginez comment cette élite traite le nôtre. Bref ! Pour vous répondre, en une phrase, cette demande du Bénin procède du plus grand projet de développement culturel qu’un Etat africain ait entrepris depuis ces cinquante dernières années.

Vous êtes sérieux, M Alédji ?

Absolument ! La démonstration va être longue, mais je peux vous la faire, si nous en avions le temps.

Un projet de développement d’un pays africain qui dépend encore du bon vouloir de la France ?

Pardonnez-moi, cher ami, ne soyons pas naïf. Nous sommes, dans le cas d’espèce, confrontés à la réalité de nos relations avec notre ancien colonisateur. Je me garde de remuer le couteau dans la plaie. Mais, c’est évident que si ce débat a lieu, c’est bien parce que ce colonisateur s’est approprié, jusqu’à présent, indument et impunément, nos biens, et que rien ne s’est passé, que personne n’a jamais bronché.  La demande du Bénin, même tardive, répond à ses besoins de développement. « Le bon vouloir de la France », comme vous dites, est-il nouveau ? A-t-il jamais dérangé quelqu’un ? Pour une fois que nous ne sommes pas en posture de mendiant mais d’ayant-droits, pour une fois que nous réclamons ce qui nous est dû, nous devrions avoir des scrupules alors que nous n’éprouvons aucune gène à quémander, devant caméras et micros ?

Avons-nous des chances de voir cette réclamation aboutir ?

Ça reste un combat. Nous bénéficions, me semble-t-il, et c’est heureux de le constater, d’une disponibilité d‘esprit des plus hautes autorités françaises et de l’actuel Président français, M. Emmanuel Macron. Je crois que si nous nous prenons au sérieux, nous allons y arriver. Tout est une question de pédagogie et d’organisation. Je suis optimiste.

Si nous nous prenons au sérieux, dites-vous… Qu’est ce que cela implique ?

Cela implique, pour nous, Béninois, d’être en responsabilité vis-à-vis de cette posture et d’accompagner le Chef de l’Etat dans cette démarche. Nous devons être à la hauteur de la réputation de notre pays ; un pays réputé très riche cultuellement et culturellement, avec un patrimoine culturel unique, varié et dense. Chaque Béninois doit s’engager et fournir l’effort nécessaire pour la conservation, la préservation et la promotion de ce patrimoine ; je parle d’une dynamique participative portée par tout béninois, même le plus modeste.

Pour ceux qui ne comprennent pas grand-chose à la question de la demande par le Bénin de la restitution de ses biens pillés pendant la colonisation, qu’est-ce que vous avez à leur en expliquer ? Cela veut dire quoi pour le Béninois lambda ?

Pour faire simple, la guerre coloniale que la France a livrée au Bénin n’a pas fait que des dégats économiques, que des victimes humaines ; elle a fait aussi des dégats d’ordre spirituel et d’ordre patrimonial et culturel. Et, dans cette dimension, il y a le vol – c’est le mot qui convient, même si ça déplaît – de nos objets, de quelques objets sacrés, de quelques objets à caractère symbolique, de quelques objets à caractère artistique pur. Tous ces objets anciens qui témoignent du foisonnement de notre richesse artistique et culturelle, de l’époque, toutes ces richesses ont été emportées, tous ces objets ont été emportés par la France. Donc, en plus des cadavres qu’ils nous ont laissé enterrer par nous-mêmes, ils ont emporté avec eux ces objets sacrés, symboliques à valeur de trésors nationaux. Je parlais du plus grand projet de développement culturel de ces cinquante dernières années … Aujourd’hui, le Bénin réclame que ses trésors lui soient restitués, dans la perspective de les restaurer et de les installer dans les musées prévus par le Programme d’actions du Gouvernement (Pag), en vue d’enrichir et de doper son offre touristique. Voilà, simplement expliquée, la situation. Cela respecte, bien sûr, différents protocoles ; je crois savoir que nous sommes sur la bonne voie.

Le 12 décembre 2016, un refus catégorique a été opposée par la France à cette demande et, plusieurs éléments d’observation montrent que le Bénin a opté pour la négociation : « […] nous sommes en concertation », a affirmé l’ex-Ministre de la Culture, Ange N’Koué, le 29 mars 2017, dans une interview que lui a accordée ’’Le Monde Afrique’’. « Nous sommes dans une démarche de négociation, de coopération, […], a déclaré, à ce même propos, le Président Talon, le lundi 5 mars 2018, à l’Elysée, à Paris, dans sa conférence de presse conjointe avec le Président Emmanuel Macron. Ne pensez-vous pas que la porte de sortie pour le Bénin se trouve ailleurs que par la négociation ?

Non, non, pas du tout ! C’est la meilleure porte de sortie : la négociation ou, si vous préférez, la diplomatie. La démarche, comme l’a dit le Chef de l’Etat béninois, n’est pas une démarche de pugilat et d’agressivité; on n’est pas dans un bras-de-force, dans des rapports de force ou l’on va devant la justice. Il me semble que ce sont les humains qui font les lois. Donc, une bonne entente peut nous amener à changer les lois ou à les refaire. Nos lois ne doivent pas être un frein pour nos désirs de progrès. Et, les valeurs qui nous irriguent et notre histoire commune, français et béninois, nous obligent à la courtoisie et à la retenue. C’est seulement quand nous nous serions montrés incapables de bons procédés et d’élégance que nous pourrons envisager des choix contraignants. Je vous invite à considérer que la réponse faite au Bénin par l’ancien ministre français, Jean Marc Ayrault, est caduque, donc derrière nous.

S’il y avait d’autres Jean-Marc Ayrault pour bloquer ce projet, comment allons-nous nous y prendre ?

Faisons confiance, pour l’instant, à nos deux Chefs d’Etat, MM. Talon et Macron. Ils ne sont pas dupes, je ne crois pas. J’entends bien les frayeurs, notamment, de ces conservateurs indélicats à nous obliger à rouvrir des placards détestables pour les horreurs qu’ils couvent. Dans ce registre, singulièrement, je crois que leur Président, quoique jeune, a une sacrée avance sur eux.

C’est un politicien, M Alédji, vous faites confiance à la parole d’un politicien ?

Je n’ai pas le choix. Je pense même que la réponse de M. Macron est le signe d’une hauteur d’esprit, et d’une vision, somme toute, rafraichissantes. Il est tout simplement admirable. Enfin, jusqu’à ce qu’il me donne des raisons de dire le contraire, je l’observe et, il me plaît, il me plaît.

Apparemment, faire rapatrier ces biens culturels illégalement emportés constitue un véritable défi, étant donné qu’au moins 5000 pièces sont réclamées. Quel prix le Bénin doit-il payer pour relever ce défi ?

D’abord, les statistiques ne sont pas exhaustives, elles sont à relativiser, à la hausse ou vers le bas, mais on est dans les normes, on sait à peu près de quoi il s’agit. Comme l’ont suggéré les Chefs d’Etat, je pense que d’ici à quelques semaines, on verra naître une Commission mixte franco-béninoise pour étudier, pour réfléchir, avec beaucoup de calme et de sérieux, sur les statistiques, sur comment procéder à l’identification des objets, comment les répertorier, en dresser la liste et, après, réfléchir sur les modalités de leur restitution.

Le préalable, comme beaucoup le disent, c’est d’abord des infrastructures dignes du nom, pour accueillir ces œuvres …

Je travaille sur l’environnement culturel béninois depuis trente ans, c’est la première fois que j’ai une projection du développement culturel de notre pays sur cinq, dix ans ; je peux vous dire que, si on y arrive, quelle que soit la valeur des objets, d’où qu’ils viennent, le Bénin sera capable de les loger, de les installer, de façon à ce que le monde entier se déplace vers la destination ’’Bénin’’. C’est ce qu’on souhaite. Personne ne dit qu’on ira reprendre nos objets pour venir les réinstaller dans la poussière et les abandonner aux termites. Même moi, je ne serais pas d’accord, si c’était cela la démarche. Mais, non ! Maintenant, on y est, on est prêts, les débats sur les infrastructures et sur les prétextes qu’on avance ; ces débats-là, pour moi, sont de faux débats parce que, de toute façon, sur le principe, ces objets nous appartiennent ! Un autre principe sur lequel nous pouvons aussi nous entendre, entre nous, ici, citoyens béninois et Gouvernement : « Si vous voulez vraiment qu’on vous accompagne, M. le Président de la République, MM. les Ministres, donnez-nous la garantie que les objets que vous réclamez, que ces objets, revenus au pays, ne seront pas entassés dans des bois ou dans des cantines pourries ». Je crois que critiquer publiquement cette démarche du Gouvernement, c’est travailler contre notre pays. Voilà ! Et moi, ça me choque.

On a quand même l’impression que le Bénin n’a pas les moyens de cette récupération parce que ne disposant pas d’infrastructures pour accueillir ces objets, il n’existe pas d’infrastructures aux normes internationales requises …

Nous avons tous fait ce constat alarmant, d’où la pertinence des projets contenus dans le Pag, d’où la pertinence, pour nous, de nous engager et d’amener le Gouvernement à réaliser ces infrastructures en respectant les normes de modernité requises. Cela dit, le manque de cadres ou d’infrastructures ne saurait justifier le refus de l’autre. Et tout béninois devrait éviter de répéter et d’épouser la thèse de nos détracteurs.

Certains de vos collègues émettent des réserves, d’autres sont carrément contre la démarche du Gouvernement.

J’ai entendu une ou deux colères se répandre sur la place publique. Il ne faut pas leur en tenir rigueur. Pour l’instant. J’aurais peut-être fait de même si je n’avais pas connaissance des détails du Pag. Là, j’essaie de les convaincre avec les arguments qui sont les miens pour les rallier à la cause. Ce sont des artistes majeurs dont la voix porte.

Essayez avec nous, M Alédji, faites comme s’ils vous écoutaient. Imaginez qu’ils soient avec nous ici. Ils vont vous lire.

Bien, vous m’aurez cherché. (Rires) Alors, le Pag est pensé pour être exécuté suivant un calendrier étalé sur cinq, voire dix ans, en réponse, entre autres, au manque d’infrastructures professionnelles adaptées à nos besoins. J’insiste, à tous nos besoins, y compris les musées et les cadres susceptibles d’héberger, dans les mêmes conditions techniques et sécuritaires qu’ils sont en Europe, les objets que nous réclamons à la France. Ce travail a commencé et avance à grands pas.

De la même façon que nous commençons à réclamer nos biens, nous avons conscience que cela va mettre des mois, pourquoi pas, des années. L’ingéniosité de la démarche béninoise est son caractère anticipatif. Je veux dire, le fait d’adresser à la fois une demande de restitution à la France et de lancer les études de faisabilité pour la réalisation des musées d’Abomey, de Porto-Novo, d’Allada et de Ouidah, procède de la mise en œuvre cohérente et accélérée du Pag. Notre souhait est que les deux démarches aboutissent en même temps. Imaginez qu’au même moment où nous allons finir la réalisation de ses projets phares, que nos objets reviennent ; la boucle sera parfaitement bouclée, puisque tout va être harmonisé. Mais, si l’on ne démarre pas cela maintenant, on va finir les infrastructures et, c’est en ce moment qu’on va lancer la procédure pour la restitution des biens et, cela peut durer une éternité, avec le risque que l’on transforme ces infrastructures coûteuses en des palais de congrès et pour y faire des réunions et des cochonneries politiques. Donc, on anticipe pour gagner du temps. On ne va pas nous faire le procès d’avoir de la vision, de développer une capacité d’anticipation. Je crois que nous devons faire comprendre aux gens que l’aujourd’hui est un constat, mais que demain se rêve ; et il faut le rêver grand, sinon nous ne méritons pas d’être sur terre. Celui qui n’est pas capable de rêver et de rêver grand est indigne du souffle que Dieu lui prête. Sérieusement !

Peut-on avoir une idée sur les projets du Pag qui permettent de nous rassurer que quelque chose se prépare pour accueillir ces biens, au cas où la procédure aboutirait ?

Bien sûr ! Je sais que sur Abomey, par exemple, il y a le projet d’un vaste musée, avec une arène des vodouns non masqués. Il est très avancé, les études de faisabilité sont lancées, bientôt, on va entrer dans la phase de la réalisation physique de l’ouvrage. Il en est de même à Porto-Novo avec une arène des vodouns masqués. Il y a ensuite Allada et, surtout, Ouidah où se trouvent les forts anglais, français et portugais, qui seront exhumés des décombres dans lesquels ils sont abandonnés. Il y a un vaste projet concernant la restauration de la cité historique de Ouidah, avec tout ce que cela comporte comme ambition d’en faire une destination touristique majeure. Donc, il y a deux ou trois musées qui vont s’installer dans cette ville, si l’on compte le fort portugais qui est actuellement le musée de la ville de Ouidah. Et, un autre musée sera implanté, à quelques encablures de la ’’Porte du non retour’’ avec une arène où vont se dérouler les rituels de la fête du 10 Janvier, etc. C’est du concret, tout ça. Et, on ne réalise pas de tels projets en un claquement de doigts.

A combien de milliards s’évaluent les quatre pôles muséaux du Pag ?

Pour tous les projets touristiques du Pag, on tourne autour de 600 milliards de Francs Cfa. J’avais fait un certain procès au Gouvernement, à une époque ; je ne comprenais pas pourquoi il ne mettait en avant que le secteur touristique. Je pense toujours qu’il faut mettre tout le secteur culturel sur la table et dire : « Le Bénin, pour les cinq années à venir, met 1000 milliards dans son secteur culturel ! Aucun Etat, en Afrique, au sud du Sahara, n’a fait, ne fait ça ! C’est une première mondiale ! C’est mille milliards sur cinq ans! ». En matière de chiffres, le Bénin a de quoi calmer les sceptiques.

Les quatre grands musées prévus par le Pag seront des infrastructures gérées par l’Etat. Or, nous savons que ce que gère l’Etat laisse à désirer, en matière de résultats économiques. Est-ce qu’il n’est pas mieux que les Français gardent nos biens et nous envoient des ristournes de la visite de ceux-ci dans leurs musées, ce qui nous permettra de financer notre développement culturel ?

En gros, que les autres travaillent pour nous parce que nous en sommes incapables … Je comprends vos appréhensions. Mais, vous savez, la mode actuelle, c’est la délégation de gestion. Pourquoi on ne le ferait pas pour les musées qu’on va construire? Et, je crois même que c’est l’option ; l’Etat va réaliser les infrastructures et, après, il va commettre des cabinets ou des bureaux, par appel d’offres, pour prendre en charge leur gestion. Si ce n’était pas envisagé, on va en arriver là, je crois.

En avons-nous l’expertise sur place ?

Là où nous n’en disposons pas, nous allons recourir aux cabinets internationaux. Mais, je crois qu’il faut apprendre à faire confiance aux Béninois, à notre capacité à faire les choses sérieusement. C’est vrai que jusqu’à une époque récente, on dilapidait les fonds, les gens étaient très peu sérieux à s’occuper du travail qui est le leur, mais les choses évoluent et évoluent dans le bon sens. Je crois savoir qu’aujourd’hui, dans le domaine des arts et de la culture, celui du patrimoine et des musées, il existe quelques compétences certaines, des expertises certaines et, si l’on les mettait toutes à contribution, on serait à l’abri des problèmes de gestion de notre patrimoine. Non. Rassurez-vous, on prendra les précautions pour que, justement, le procès qui est en train de nous être fait aujourd’hui ne revienne pas ou ne se justifie pas demain. Pour la gestion de ces infrastructures-là, je crois savoir qu’il y a une option de délégation de gestion axée sur les résultats, en termes, de chiffres, de statistiques et de manne financière pour le Trésor public.

Face aux musées béninois mal entretenus et, notamment, avec celui d’Abomey, souvent victime d’incendies et dont des pièces disparaissent, cela n’est-il pas de mauvais augure pour ces 5000 pièces qu’on espère pouvoir accueillir ?

Vous savez, si je vous réponds sur la question, on va m’accuser d’être toujours en train de jeter la pierre aux autres. Donc, je ne vais pas creuser le sujet, mais je vais l’aborder rapidement. D’abord, ce que nous avons appelé musées, jusqu’à présent, était des palais royaux et, ce sont toujours des palais. L’Etat béninois, à cause, entre autres, des nombreux programmes d’ajustement structurel (Pas) qu’on nous a infligés pendant des années, n’a jamais entrepris la construction, dans les règles, d’un musée contemporain; cela n’existe pas au Bénin, comme vous le disiez tout à l’heure. Donc, ce sont des palais qu’on a transformés et adaptés aux normes muséales, soi-disant.

Dans une démarche comme celle-là, ce qu’on adapte au concept n’est pas le concept réalisé ; il y a toujours des faiblesses ici, des fissures là-bas. C’est ce qu’on vit parce que ceux qui sont chargés de veiller sur les palais, de les entretenir, ne sont pas formés pour travailler dans des musées professionnels aux normes contemporaines. Nous avions donc une démarche biaisée. Sur le plan technique, il faut savoir que ces palais sont construits en terre rouge. Avec le temps, la poussière et l’humidité forment un dépôt dont l’acidité érode et dégrade les objets. Mais, qui sont ceux qui nous ont fait croire, qui sont ceux qui nous ont amenés à faire de ces lieux-là des musées ? Qui sont nos receleurs et qui sont ceux qui nous critiquent ? Je laisse ces questions en l’air, vu que nous savons qui nous sommes.

Donc, le procès qu’on fait à nos palais, à leur état, est un faux procès, puisque ce sont des palais, ce ne sont pas des musées ! Mais, encore une fois, sérieusement, si je vous attrape avec la couronne de mon grand père, je vous la prends. Que je la porte après sur ma calvitie ou sur mes cornes, c’est mon problème. Donc, il ne faut pas que les gens s’enlisent ; je ne crois même pas qu’ils aient les arguments suffisants pour nous faire ce procès-là.

Quand on vous écoute, on sent un homme déterminé qui maitrise le sujet dont il parle, il reste vrai que la partie française va poser des conditions, croyez-vous que nous soyons prêts à les satisfaire ?

Sans aucun doute ! Nous sommes prêts. Absolument ! Je suis persuadé que les Français, ceux qui ont de la lumière, ceux qui, me semble-t-il, sont dans une option évolutive des échanges Nord-Sud et qui ne restent pas sur les legs coloniaux, vont être des interlocuteurs crédibles. A l’inverse, ceux d’entre eux qui continuent de croire que Napoléon est toujours au pouvoir, que le monde est comme il était il y a deux siècles, ne devront s’en prendre qu’à eux-mêmes. Moi, je crois que nous sommes prêts. Ils savent aussi qu’à l’impossible nul n’est tenu. Maintenant, est-il bénéfique pour la France qui, de temps en temps, voit venir des réclamations, des agressions verbales, attaquée qu’elle est, de toutes parts, pour des faits historiques peu glorieux, de poser des conditions avant de restituer ces objets ? Là est toute la question.

Et quel est votre point de vue sur le sujet ?

Moi, je crois que la France a intérêt à vider le sujet de la restitution des objets, rapidement, pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’il me semble que quand des Portugais, des Espagnols, des Brésiliens, des Américains viennent en France pour aller dans les musées, ce qu’ils y voient les amène à faire le procès de ce pays. Donc, cela ne glorifie pas la France. Contrairement à ce que certains croient, ils se font peut-être de l’argent, mais les gens les paient pour aller trouver des prétextes pour les insulter. Donc, cela n’honore pas la France ; la grande France doit pouvoir dépasser ça pour restaurer sa propre image, pour actualiser sa propre histoire et pour éviter que des débats lourds reviennent en surface. Voilà la première raison.

Le deuxième : le réalisme recommande que la France mette cela dans la balance comme un objet d’échange, comme un lieu d’échanges et de dialogue avec le Sud : « On va vous rendre vos biens mais … mais … mais … ». Donc, elle pousse les Etats du Sud à investir dans le secteur de la culture et dans le secteur du tourisme. Cela nous arrange, nous, peuples africains, que la France pousse nos dirigeants à nous construire des infrastructures capables d’accueillir nos objets, de faire des musées ici, d’élargir l’offre touristique au Sud. De ce fait, elle va reconquérir une opinion publique africaine de plus en plus critique à son encontre. La symbolique d’un tel geste lui confère tout son caractère historique.

Troisième raison : aujourd’hui 60 à 75% des objets volés en Afrique sont dans des réserves, ne sont pas exposés, ne sont pas dans les vitrines, dans les galeries ! Ils sont stockés dans des cantines et entassés dans des souterrains et leur entretien coûte extrêmement cher. Donc, la France ne profite pas tant que ça des objets qui lui valent des injures et des attaques de toute la communauté humaine. Elle a donc intérêt à les rendre. On nous dit : « Vous n’avez pas d’infrastructures pour les conserver et les montrer », je réponds : « Vous ne pouvez pas continuer de nous les refuser pour allez les cacher dans vos souterrains, là-bas … ». Vous voyez bien que le procès qu’on nous fait, on peut aussi le retourner contre leurs auteurs.

Quatrième raison : je crois que, touristiquement parlant, la France n’a pas vraiment besoin des objets africains pour doper son offre touristique. La destination française est connue ; en termes de propositions touristiques, c’est la première destination mondiale, alors que nous, nous n’avons à montrer à nos touristes que nos forêts, nos palais et nos temples vodouns. Ce n’est pas rien, certes, mais nous aspirons à mieux.

Cinquième raison : la démarche béninoise est irréversible, si notre génération ne la fait pas aboutir, celle de nos enfants et après, celle de nos petits-enfants reprendra le flambeau. Ainsi de suite ! Avec les déversements de propos et des exhumations de faits qui pourraient faire très mal. Voilà, je pourrais continuer mais… je ne suis pas français.

Alédji, certains prétendent que la demande du Gouvernement béninois nuit à la qualité de nos relations avec la France …

Je n’en crois rien. Ceux qui disent cela ont gardé en eux leurs racines d’esclaves incurables. Je suis désolé. Il ne faut pas se laisser intimider par un petit clan de vieux conservateurs râleurs ; ils ne représentent en rien la France. La France moderne existe et celle-là dispose, croyez-moi, d’un nombre impressionnant d’experts qui comprennent les enjeux. Ils savent que cette demande du Bénin n’est pas l’expression d’un caprice mais procède bien d’un projet de développement. Ils savent qu’au lieu de nous donner dix millions d’euros par ici, vingt millions d’euros par là, il vaut mieux nous restituer nos objets pour que nous les mettions dans nos musées modernes pour générer de l’emploi et une économie touristique importante capable de relever notre Pib et d’impacter durablement le développement de notre pays.  Ils savent tout cela. La France connaît bien les enjeux et sait défendre ses intérêts. Elle a beaucoup à y gagner. Je vous le garantis.

Et pourtant, il y a des opposants dans les deux camps

Ils vont nous rallier quand ils verront les premières réalisations. Quand j’ai entendu le Président Emmanuel Macron à Ouagadougou et, récemment, lors de sa conférence de presse avec le Président Patrice Talon (Le lundi 5 mars 2018, Ndlr), je me suis dit : « Ce monsieur-là, a tout compris … ». Le rôle des leaders c’est aussi de montrer la voie à suivre. J’espère que les Français vont le préserver et le garder longtemps, parce que c’est une vision nouvelle, rafraîchissante. C’est ce que je pense. Même si je ne suis pas Français.

Pourriez-vous rappeler, pour nos lecteurs, le contenu des propos du Président Emmanuel Macron à Ouagadougou ?

Ha ha ! C’est une colle ? Emmanuel Macron disait, devant la jeunesse burkinabè, qu’il n’est pas normal que les objets relevant du patrimoine culturel africain ne soient accessibles aux Africains que dans les musées d’Europe. Il s’est engagé à rendre disponibles, sous certaines conditions, les œuvres africaines à Dakar, à Lagos et à Cotonou. Je résume, bien entendu.

Au cours de la conférence de presse, à laquelle vous venez de faire référence, le Président Emmanuel Macron a promis d’envoyer deux experts pour faire un peu comme un état des lieux. Un tel état des lieux, apparemment négatif, sur la capacité du Bénin à conserver valablement les biens qu’on va lui retourner, ne sera pas un moyen pour faire retarder les choses ?

Merci. Cela est possible. Le même Emmanuel Macron a dit, devant les caméras et les journalistes, que la France est disposée à mettre de l’argent dans le projet de restauration et de revalorisation de la Cité Lacustre de Ganvié. Cela, est un projet ! Donc, si l’on doit faire l’état des lieux, ce n’est pas uniquement l’état des lieux des palais royaux, qu’il faut faire, mais celui des projets en cours d’exécution aussi, celui de l’appui aux projets en cours d’exécution aussi, parce que ça, ça démarre là ; on est en train de mettre les fondations de musées contemporains, partout au Bénin.

Donc, on les attend, ces experts français. On espère que ce ne sont pas des gens braqués. On échangera avec eux sur l’existant et on évaluera les capacités des projets qui sont en cours d’exécution aussi. Moi, je fais confiance à l’humain en chacun de nous. Certains sont des fanatiques, mais il y en a qui savent relativiser, qui ont la raison féroce. Je crois que M. Emmanuel Macron va honorer ses engagements. C’est peut-être naïf, mais j’y crois.

Une certaine simulation, Ousmane Alédji : si vous étiez Ministre de la Culture aujourd’hui, comment mèneriez-vous le dossier du retour des biens, de façon à y faire triompher la vision du Président Talon, le Bénin, tout simplement ?

Je vous remercie pour la considération, mais vu que je n’y pense pas, je n’ai pas de réponse pour vous.

Merci, M. Ousmane Alédji

C’est moi …

Entretien réalisé par Marcel Kpogodo

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 6 mois

    Est-ce de 1ère historique dont les beninois ont besoin ? On dit que les beninoises et Benoît ont faim , voient leus misère s’accroître avec toi , et lui parle de quoi !
    Même pas besoin de lire sa longue élucubration qui ne peut que flatter les égos de talon et de son ministre Facebook agbenonci.
    Réclamer quelques statuettes en bois qu’ils ne peuvent même pas conserver , ce n’est quand même pas organiser et réussir le COP21 voyons 

    • Avatar commentaire
      Aldo z. Il y a 6 mois

      Oui on a faim d’accord mais ne me dit pas que tu fais passer ton ventre avant ton identité ? J’ai l’impression que tu ignores que ce que tu appelles morceaux de bois peut te faire manger,beaucoup de nations aujourd’hui sont respecter et pris d’assaut par les hôtes a travers leurs vestiges (ce que tu appelles morceaux de bois) source de pourvoyeur de quoi remplir ton ventre.ta culture: c’est la seule chose que tu peux garder pour toi même au delà de tes entrailles contrairement a ton ventre…..

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 6 mois

        Hé l’ami Aldo , une expression populaire nous apprend que ” que tu vas sous terre , avec ce que tu as dans le ventre ; ” et voilà que talon nous recommande de nous serrer la ceinture , jusqu’à ce que nos ventres n’existent plus .
        Pour tout te dire , je m’apprête à aller visiter en Guadeloupe, puis ensuite au Brésil , les musées des esclaves noirs  , et cerise sur le gâteau apres recueillements , en pensant à  agadjavi , ( le maudissant )  dont les aïeuls ont livré leurs propres parents aux colons , contre des miroirs et du tabac , je dis bien apres recueillement , aller goûter au bon rhum , puis voir les gogos des belles brésiliennes sur la plage de copa-cabana .
        Au fait , donne-nous des nouvelles de tes frères beninois qui rackettent les touristes  en leur vendant des billets trés trés cher , pour accéder à la plage de ouidah , voir vos clowneries ,lors de la fête du vodou