Sèmè-Podji : Charlemagne Honfo pour le recasement des populations d’Owodé et de Djèrègbé

Sèmè-Podji : Charlemagne Honfo pour le recasement des populations d’Owodé et de Djèrègbé

Le maire de la commune de Sèmè-Podji, Charlemagne Honfo, en procédant au lancement du recasement des populations de la tranche B du village d’Owodé Gboguidi de l’arrondissement de Tohouè, et de la tranche C de l’arrondissement de Djèrègbé, tient au respect de la transparence des opérations.

Bénin : Charlemagne Honfo, l’imprudent porte-parole du Prd

Il a mis en garde les responsables en charge de la conduite dudit recasement, contre toute manœuvre d’expropriation des parcelles d’autrui. C’était ce mercredi 09 mai 2018 dans sa localité. « Il ne faut rien cacher aux populations. Recasez les gens là où vous les avez relevés… », a ouvertement déclaré le maire de la commune de Sèmè-Podji, Charlemagne Honfo, lors du lancement du recasement de la tranche B du village de Gboguidi à Owodé, dans l’arrondissement de Tohouè, qui permettra d’installer les populations sur plus de 166 hectares.

Il a mis en garde les membres du comité de lotissement et les géomètres contre toutes manœuvres dans les opérations. Selon ses propos, tous ceux qui ne respecteront pas ses consignes subiront la rigueur de la loi, devant qui de droit. Pour ce faire, il a souligné que le lotissement est une opération de développement et non un moyen d’enrichissement illicite d’une minorité, contre les pauvres populations. « Le lancement des opérations du recasement constitue une nouvelle ère pour le village de Gboguidi. Vous devez jouer la carte de la transparence… », a-t-il conseillé.

Pour le chef d’arrondissement par intérim de Tohoè, Omer Avalla, le lotissement permettra de développer la commune à travers l’implantation des infrastructures. De son côté, le géomètre en charge dudit recasement Nazaire Hounkpévi, laisse entendre que le lotissement a démarré le 12 mars 2012. A l’en croire, il n’y aura pas de magouille dans l’attribution des parcelles aux propriétaires terriens. A Djèrègbé, le recasement de 2056 parcelles se fera sur une superficie de 230 hectares.

Ici, le maire Charlemagne Honfo a tenu le même discours pour la transparence des opérations. « Il faut faire un recasement à visage humain… », a-t-il recommandé. Pour finir, il a souligné qu’il maintiendra la veille citoyenne sur le terrain, pour éviter des désagréments aux paisibles populations.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 mois

    Ce honffo, s’il n’était pas un peu trop politique et trop inconditionnel voire klébé de houngbedji, il allait me plaire :
    C’est ce qui aurait dû se passer du côté d’abomey-calavi