Siège de l’Assemblée : 22 milliards sacrifiés sur l’autel des manigances politiques

Siège de l’Assemblée : 22 milliards sacrifiés sur l’autel des manigances politiques

Depuis avant-hier mercredi, le gouvernement à travers le conseil des ministres, a décidé d’abandonner le chantier de construction du siège de l’Assemblée nationale.

11e Conférence ministérielle de l’Omc : Le Parlement béninois participe aux travaux

Pour des raisons pas du tout convaincantes, le gouvernement opte d’anéantir 22 milliards de FCFA, payés par le contribuable. Votre journal revient sur cette décision aux contours flous et alambiqués, l’expression même des manigances politiques. La décision d’abandon du chantier de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale, restera jusqu’à la fin de son mandat, comme l’une des décisions qui hanteront le gouvernement de la rupture.

C’est au total 22 milliards FCFA, qui doivent partir en fumée, pour laisser place à un autre budget, pour la construction d’un autre siège. Ce qu’il y a d’intriguant dans ce dossier, c’est le flou qui a caractérisé le processus ayant conduit à la prise de la décision. Il y a déjà l’arrivée improvisée du ministre du cadre de vie et du développement durable la semaine dernière, venu présenter aux députés le rapport d’un cabinet requis pour expertiser le bâtiment en construction. Le rapport dénonce la fragilité du bâtiment, et remet en question sa solidité. Une conclusion qui suscite de l’émoi auprès des députés alliés du régime, qui en ont massivement profité. Il a fallu du recul pour comprendre que la venue du ministre au parlement obéissait à la poursuite du scénario.

Une mise en scène classique

Il faut se rappeler que les députés membres de la conférence des présidents, étaient allés rencontrer le chef de l’Etat au sujet de la reprise des travaux de construction de ce nouveau siège, et rattacher cela au passage du ministre par la suite. Par ailleurs, le préambule de la décision du conseil des ministres, évoque la convergence de la majorité des députés à la conclusion du gouvernement. Donc, la mise en scène a prévu que tout parte des députés, comme pour dire que le gouvernement ne fait que suivre leurs aspirations. Mais ce serait faire preuve de naïveté, que de ne pas remarquer que le rapport lu devant les députés n’a été remis ni aux parlementaires, ni aux architectes, encore moins au public pour étude contradictoire. L’autre curiosité, c’est l’absence de la liste des structures ou des personnes mises en cause dans la mauvaise conduite de ce chantier. Pourtant, c’est lors d’un conseil des ministres en avril 2016, que le gouvernement avait pris la décision de faire arrêter les travaux du chantier pour voir clair dans le dossier.

Une décision politique et non technique

Deux ans après, le rapport d’audit ne comporte pas les noms des prestataires indélicats. Une surprise pour le gouvernement qui nous a habitués à citer des noms et à demander au ministre de la justice d’engager des poursuites judiciaires à leur encontre. On n’entend plus le député Dakpè Soussou, très populaire sous le régime défunt, dénoncer ses collègues députés qui ont pris des marchés dans ce chantier. Ce, d’autant plus que ces députés supposés prestataires, seraient alliés politique du nouveau départ. C’est pour cela que pour les tirer d’affaires, la stratégie consiste à raser l’édifice. Une solution toute curieuse, car même sans être architecte, on sait qu’on peut construire aujourd’hui sur l’eau, sur des remblais ou sur des sols sédimentaires. Au niveau où se trouve ce chantier, les architectes contactés rapportent qu’on peut rattraper les failles. Ils expliquent qu’on peut aisément renforcer la fondation. Dès lors, la décision d’abandonner ce chantier n’entre que dans la logique des manigances politiques, visant à démontrer que tout ce qui a été entrepris sous le défunt régime, est manifestement raté. Un disque rayé qui ne peut appâter que les crédules

Commentaires

Commentaires du site 13
  • Avatar commentaire
    BONIBOSS Il y a 5 mois

    Ooh mon beau pays le bénin qui il est extraordinaire de voir les choses se dérouler comme si rien n est régi par une loi. On a l impression que ceux même qui se disent juge aujourd’hui n étaient pas entre temps au monde quand le scandale était en cours de création. Ce qui m intéressé plis chez nous c est que nous attendons toujours que les autres gèrent mal pour finir par les critiquer car on sait que c est a l école de la critique que certains trouvent leur pain quotidien. Pour remédie a tout cela moi j aurais préféré que pour les prochains projets d interet national, les choses ne soient pas laissé uniquement a ceux délégué mais plutôt a toute la nation. Et que chaque citoyen se sente de quelque manière que ce soit concerné par tout projet qui se déroule dans son environnement immediat. Ainsi on évitera des éléphants blancs.

  • Avatar commentaire
    Alotro Il y a 5 mois

    Patience à tous ! Le vrai ménage sera fait juste après les legilatiives. Nous avons encore besoin de la majorité. Une fois les elections finies, les coupables seront interpellés et remplacés avec les suppléants. Ainsi, la majorité sera maintenue pour le temps qui restent. Les coupables ont encore moins d un pour et puis les grincements de dents vont commencer 

    • Avatar commentaire

      je ne suis pas de cette école de pensée….ou on laisse trainer les choses..

      Je pense,et je crois …que dans la vie des grandes nations…il faut parfois couper..sans ménagement…les mauvaises herbes….avec violence

      C’est pédagogique..ça laisse des traces pour des générations..

      En plus..la vie..de quelques sales individus…coute quoi…à l’immensité de 10 millions de beninois que nous sommes..

      Tous ceux qui sont impliqués dans ce sacandal…doivent etre “résolus”…à la place public….par un peleton républicain..

      Si on sait…que la révolution française,et iranienne…ont purifié leur société..par milliers..

      Dis je..me comprenez..vous…????

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 5 mois

    Pourquoi Talon ne veut pas nous citer cette fois-ci les noms de ceux qui sont responsables du désastre de cete ruine des milliards? Où se trouve à présent le jeune ministre des finances qui vient condamner après le conseil des ministres des gens sur la place publique sans jugement pour les soi-disant malversations?

    Où est le tout puissant procureur qui sait bien se projeter devant l’opinion publique pour poursuivre les gens présumés coupables de malversations et de corruption?

    Puisque les fautifs, cette fois-ci se trouvent à la cour de Talon, il veut bien taire leurs noms et faire raser l’édiffice pour passer l’éponge sur les pillages, les détournements et les marchés de gré à gré illégaux.

    Nous ne devrons pas lui faciliter ainsi ce deal.

    La société civile doit porter plainte contre x pour voir clair dans cette affaire, en attendant de dénommer un à un les présumés coupables après enquête et les faire rembourser à l’Etat ce qu’ils ont pillé et les condamner par la suite.

    C’est cela aussi la lutte intégrale contre l’impunité.

    L’argent des contribuables ainsi repêchés servira à consolider le bâtiment et le terminer.

    En aucun cas nous ne devons continuer dans ces réalisations déplorables d’éléphants blancs qui poluent notre environnement.

    Construire un aeroport à coup de milliards dans la brousse et abandonner, entammer la construction des logements sociaux aux frais de milliards et laisser inachever et entreprendre la construction d’un siège de l’assemblée nationales qui a déjà englouti 22 milliards de nos sous que l’on veut maintenant raser. C’est inacceptable.

    Cette pratique qui est devenu un sport national doit être à présent sanctionner.

  • Avatar commentaire
    SYDNEY Il y a 5 mois

    Cher ami
    1- on peut faire une contre-expertise qui va coûter encore des milliards
    2- on peut faire des études de sol (encore beaucoup d’argent)
    3- sur ce type de sol (marécageux) il se fera certainement des fondations profondes un peu comme (pas exactement) pour les ponts (beaucoup d’argent)
    4- tout cela prendra environ 18 mois à 2 ans encore
    5- le rapport d’expertise stipule que même après ces mesures, la stabilité du bâtiment serait critique
    6- doit-on injecter plus de 22 autres milliard encore dans un temps non maitrisé pour un résultat pas rassurant ou aller sur un autre site et utiliser moins de 22 milliards et avoir un bâtiment en un temps record. Le temps et l’énergie pour rafistoler dépasse en général ce qu’il faut pour construire : exemple ton pantalon 🙂

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 5 mois

    Il faut confier une contre expertise de cette construction a une entreprise spécialisée dans des constructions sur des sols sensibles tel que marécage, mer, etc. Quand on a à la tête de notre pays des es-cros, il ne faut pas s’étonner des comptes-rendu bidons de conseils des ministres.

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 5 mois

    Chantier bâcle? Tout le monde est d’accord sur ce point. Qui en a profité ? Une flopée de politicards passés et présents.
    Que faire? Raser ce symbole de la médiocrité de nos dirigeants et surtout oublier tout projet de nouvelle construction. Nos déshonorables peuvent se contenter du palais des gouverneurs pour les 1000 prochaines années.

  • Avatar commentaire
    Moise Christo Bible Tora Il y a 5 mois

    Noir Juif Noir Chrétien. Noir Judaïsme Noir Christianisme.

  • Avatar commentaire
    SYDNEY Il y a 5 mois

    Tiens tiens sebastien accromessi, t’es le rédacteur on dirait, piqué au vif!! te voici qui parle de logique!! l’injure est l’arme des faibles en perte de vitesse ou d’arguments.
    1- argutie 1 : exemple mal choisi : une personne humaine n’est pas une chose, un bien qu’on peut jeter ou détruire comme un bâtiment. Cela montre le père exemplaire que t’es et ton niveau “Einsteinien” de la logique!! pitoyable !! et t’es un intello ? Talon avait raison, t’es à toi tout seul le condensé de ce qu’on appelle “désert de compétence”.
    2- argutie 2 : un enfant qui échoue plusieurs fois doit être renforcé. Beh le Père de famille et l’intello que je suis cherchera avant tout la cause de ces échecs pour y pallier. C’est peut-être un enseignant incompétent de ta trempe sait-on jamais et donc lui changer d’école ou d’enseignant (changement de site de construction), le réorienter vers ce qu’il aime ou serait pour lui (changement de site encore)….ou enfin te changer ton cerveau pâteux d’oiseau..

  • Avatar commentaire

    Règlement à amiable.
    Putin !!!

  • Avatar commentaire
    sebastien accromessi Il y a 5 mois

    SYDNEY il doit te manqué de logique dans tes interventions et si tu es marié tu doit être un mauvais père de famille .quand on est intellectuelle on raison ne parles comme s’il était facile d’avoir 22 milliards. supposons que tu as un enfant qui a échoué plusieurs fois une classe que feras tu de cet enfant? vas tu renier de tes enfant ou chercher a renforcer son niveau?cesse dire des choses incohérentes.toi et le gouvernement aviez un problème de leader ship.mais heureusement la mort existe pour finir avec tout.

  • Avatar commentaire
    SYDNEY Il y a 5 mois

    Article saugrenue, puant de mauvais goût!! Analyse farfelue cousues de contre-vérités. Tiens il est écrit que les noms des structures en cause ne sont pas cités alors que le dernier Conseil des Ministres en a fait cas et il s’agit de 13 entreprises. Il y est écrit que des architectes contactés ont dit qu’on peut renforcer comme si personne n’y avait pensé avant; je rappelle que le rapport d’audit lu par le Gouvernement fait état d’un près de 25 autres milliards à injecter encore dans le chantier sans espérer que le bâtiment ne tienne longtemps. Trop de bêtises dans cet article….pas la peine de continuer à citer les autres fadaises.