Bénin : L’opposition parlementaire se prononce sur le Cos-Lépi, l’affaire Atao et la révision constitutionnelle

Bénin : L’opposition parlementaire se prononce sur le Cos-Lépi, l’affaire Atao et la révision constitutionnelle

Les députés de la minorité parlementaire ont animé une conférence de presse ce jeudi 28 juin 2018 à l’Assemblée nationale (Porto-Novo).Ils se sont exprimés sur des sujets brûlants de l’actualité comme la fin du mandat du Cos-Lépi fixé pour ce samedi par une décision de la Cour Djogbénou.

Affaire Atao Hinnouho : La décision courageuse du juge des libertés ternie par l’immixtion de l’exécutif

Le  conférencier principal en la personne du député Basile Ahossi a  dénoncé la décision Dcc 18-124 qui met fin au mandat de l’actuel Cos-Lépi demain samedi. Pour le parlementaire, elle est de trop. Il craint qu’elle ne soit la première d’une série qui remettra en  cause les jugements majeurs de la Cour Holo.  Basile Ahossi s’est également inquiété du silence de Me Adrien Houngbédji par rapport à la détention de l’He Mohamed Atao Hinnouho.

Selon lui, les députés de l’opposition ont pourtant porté le cas de leur collègue devant le patron du parlement béninois. « Le temps que prend ce dossier nous inquiète et nous permet de penser que rien ne se fait dans l’ombre au profit de notre collègue » a déclaré l’He Ahossi.

« Il n’y aura pas de saut dans l’inconnu »

Le parlementaire s’est aussi prononcé sur la proposition d’amendement constitutionnel portée par les députés du BMP. A l’en croire, ses collègues de la minorité n’ont pas encore vu le contenu de cette proposition. Il assure cependant, qu’ils pourraient l’approuver  si elle ne comporte rien de dérangeant. « La minorité parlementaire est toujours dans des prédispositions d’ouverture et d’analyse. Si nous nous réunissons et nous constatons qu’il n’y a rien qui intrigue et que tout est clair dans le document, nous voterons. Mais il est clair qu’il n’y aura pas de saut dans l’inconnu » a indiqué  M Ahossi.

Signalons que le député était entouré de ses collègues du même bord politique. Il s’agit de Valentin Djènontin, Dafia Abiba, Jean-Marie Alagbé, René Bagoudou, Justin Adjovi et Guy Mitokpè.

 

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire

    C’est déjà très intriguant et inquiétant que ce nouveau projet renforce le pouvoir du PR, qui nomme le président de la cour des comptes, de la haac, de la cour suprême!!
    Sans oublier le couplage des élections, Et l’histoire de mandat unique. Non, ca en fait beaucoup. Cette constitution sera révisée un jour… mais PAS par ces vautours au pouvoir