Bénin : Modeste Toboula se lance aux trousses des structures illégales de collecte d’épargne

Bénin : Modeste Toboula se lance aux trousses des structures illégales de collecte d’épargne

Le préfet du Littoral menace de fermer ces structures de collecte d’épargne qui ne sont pas en règle. En plus, leurs responsables seront poursuivis par la justice, prévient Modeste Toboula.

Gestion de Cotonou : Le Maire intérimaire Isidore Gnonlonfoun apporte des clarifications

Pour mener efficacement cette lutte, Modeste Toboula veut mettre à contribution  les élus locaux et municipaux, de même que le comité départemental de sécurité. Il les a tous réunis hier à la préfecture de Cotonou pour les sensibiliser sur  la nécessité d’assainir le secteur de la micro-finance, les dispositions en vigueur contre l’enrichissement illicite,  et le rôle qu’ils doivent jouer pour mener à bien le combat contre ce fléau.

« Nous allons appréhender dans les règles de l’art, tous ceux qui seront pris dans l’exercice illégal de collecte d’épargne » a déclaré le préfet Toboula qui pense que ce phénomène est aussi une forme d’insécurité puisque les populations spoliées ne sauraient vivre dans la quiétude. Le préfet du Littoral a par la suite, sollicité l’aide des élus locaux pour décourager les indélicats qui se livrent à cet exercice illégal de collecte d’épargne. Leur collaboration sera très importante , puisqu’ils sont les seuls « qui maîtrisent l’emplacement géographique des structures et qui peuvent démobiliser ou mobiliser les populations qui iront vers ces institutions » a indiqué  Modeste Toboula.

Le Directeur de Cabinet du ministre de l’économie et des finances qui était présent à la rencontre a salué l’initiative du préfet. « Vous avez pris la mesure des enjeux en mobilisant tous les relais nécessaires. Il s’agit pour nous d’informer les acteurs clés, de les sensibiliser sur la question des structures illégales de collecte d’argent sur le territoire du Littoral » a-t-il déclaré. II n’a pas manqué de souligner la complicité souvent remarquée entre les promoteurs de ces  structures illégales et les élus  locaux.

 

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire

    Toluba…est manifestement et incontestablement…un arriviste,opportuniste,un parvenu…comme d’ailleurs tous les beninois..

    Il veut tout faire pour plaire…au roi..grace à qui il est devenu ce qu’il est..et l’aisance matérielle…et financière qui va avec..

    N’a t on pas vu les memes genres de personnes pendant la révolution,sous soglo…et sous yayi boni

    Ce que je retiens..de lui…c’est sa fermeté contre le laxisme et le laisser aller…et l’incivisme

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 1 mois

    d’agent voyer de la république , à éboueur , puis policier ensuite , ” fixeur de ligne rouge ” et bientôt ” nettoyeur de mon c.ul , voilà le bouf.fon de toboula qui veut réglementer adosser la fonction de ministre des finances et réglementer les structures de finances ; tant qu’à faire , il peut demander à talon de licencier tous ses ministres , lui toboula ayant le don de l’ubiquité et pouvant remplacer tout le monde , même mon gardien 😡😡😡

  • Avatar commentaire
    Patrick Il y a 1 mois

    S’il vous plaît, soyons justes. Tout ceci c’est de la démagogie. Je voulais rappeler à certains cette affaire ICC. Avant de s’en prendre au petit peuple qui essaye de gagner son pain, il faudrait mieux rendre justice à ceux qui ont énormément perdu de l’argent dans cette affaire ICC.  Parle-t-on des coupables ? Où sont-ils ? Un peu d’exemplarité.

  • Avatar commentaire
    Bognon Il y a 1 mois

    Trop de zèle par ici. N’y a t-il pas une autorité de régulation du secteur de la microfinance ou de l’épargne dans le pays? Chacun doit s’occuper de son périmètre d’attribution et éviter de l’ingérence et des conflits inutiles. J’ai l’impression que tout est fait pour intimider chaque jour les élus locaux.

    • Avatar commentaire

      @Bognon quand on gagne sur le dos du contribuable le salaire qu’on gagne en tant que Préfet, il faut montrer que l’on travaille et trouver de quoi s’occuper. A-il fini d’embellir les places publiques libérées avec rage et brutalité?.