Burundi : arrestation de 4 hommes d’affaires français

Burundi : arrestation de 4 hommes d’affaires français

Au Burundi, les forces de l'ordre ont décidé d'arrêter quatre français ainsi qu'un haut cadre Burundais, dans le cadre d'une affaire commerciale qui aurait tourné au vinaigre. Explications.

Dette envers la Chine : Macky Sall appelle les Africains à ne pas s’inquiéter

Le 22 juin dernier, quatre ressortissants français ainsi qu’un haut cadre burundais, ont été arrêtés à Bujumbura par les forces de l’ordre. Selon les premières indications, ces personnes seraient notamment accusées par les forces de l’ordre de faux et usage de faux, escroquerie et création d’une société qui n’existe finalement pas. Bien entendu, ceux-ci ont décidé de se défendre, arguant qu’il s’agissait de fausses accusations. Dans les faits, Laurent Foucher, l’un des quatre hommes d’affaires pointé du doigt par la justice, est le président de Telecel Centrafrique.

Celui-ci serait arrivé à Bujumbura afin de prendre possession de la société ITS-Burundi, rachetée il y a peu par la maison mère de Telecel Centrafrique, dont les locaux sont basés à Hong Kong. Selon Me Fabien Segatwe, cette visite n’était d’ailleurs qu’une simple visite de courtoisie et n’avait, tout du moins officiellement, pas de portée commerciale.

Arrêtés au moment de leur départ

ITS Burundi, contrôle également tout le trafic téléphonique et satellitaire du pays, prélevant une redevance sur tout ce qui entre et sort du pays. Cependant, le président de la société n’a jamais versé quelconque dividende au principal actionnaire de la société. Après avoir finalement cédé les 74% de part qu’il possède d’ITS-Burundi, ce haut cadre, proche du sommet de l’État, a finalement le plaisir de recevoir Foucher et ses collègues, qui sont venus installer le nouveau gérant de l’entreprise, mais surtout, récupérer l’argent dû.

Malheureusement, ceux-ci rencontreront de nombreux obstacles et n’auront même pas accès aux locaux de l’agence. Ce sera sur le chemin du retour qu’ils rencontreront les forces de l’ordre qui les arrêteront finalement.

Commentaires

Commentaires du site 0