Grossesse en milieu scolaire : Les élèves et professeurs incriminés bientôt devant le conseil de discipline

Grossesse en milieu scolaire : Les élèves et professeurs incriminés bientôt devant le conseil de discipline

Le ministre de l’enseignement secondaire est déterminé à éradiquer le phénomène des grossesses en milieu scolaire.

Bénin : « Les enseignants sont mal logés en matière de primes » selon Pierrette Houndonougbo

Après avoir annoncé, il y a quelques jours la prise bientôt de mesures pour sanctionner juridiquement et administrativement les enseignants auteurs de ces méfaits, le professeur Mahougnon Kakpo a adressé mardi 05 juin une note aux directeurs d’établissements, les invitant à traduire en conseil de discipline les enseignants et les élèves auteurs de grossesses en milieu scolaire. Dans sa note de service adressée aux directeurs départementaux des enseignants secondaire, technique et de la formation professionnelle et plus implicitement aux chefs d’établissements, le ministre Mahougnon Kakpo est très clair.

Tout auteur de grossesse en milieu scolaire, qu’il soit élève ou enseignant, doit être traduit en conseil de discipline et les chefs d’établissements doivent engager immédiatement la procédure devant aboutir à une telle chose. Mieux, les différents chefs d’établissements devront rendre compte incessamment de leurs démarches.

Un délai d’une semaine accordé aux responsables d’établissements

Selon le ministre de l’enseignement secondaire, le professeur Mahougnon Kakpo, le phénomène de grossesse en milieu scolaire ‘’n’est pas de nature à garantir l’égalité des chances à laquelle le gouvernement est intimement attaché pour le développement harmonieux et durable de notre pays’’. Pour montrer l’importance qu’il accorde à cette décision, le ministre a donné un court délai à savoir une semaine, aux chefs d’établissements pour lui faire part de leurs actions dans ce sens.

« Vous me rendrez compte de vos diligences, le lundi 11 juin 2018 au plus tard », a insisté le professeur Mahougnon Kakpo.

Rappelons que le mercredi 30 mai dernier, le ministre avait annoncé lors d’une visite au ceg 1 de Bohicon, que les enseignants coupables de grossesse en milieu scolaire, en plus des sanctions pénales, se verront tout simplement radiés de la fonction publique. Cette dernière note de service semble sonner le début d’une nouvelle ère de lutte plus ferme contre les grossesses en milieu scolaire dont les statistiques s’augmentent de plus en plus ces dernières années.

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 6 mois

    Il faut renvoyer immédiatement ces indélicats dès constat.

  • Avatar commentaire

     

     Ce  Mr sous le nom de Icare  a mon avis fait parti de ces enseignants indélicat . Comment peut il avoir c raisonnement. il faut une d’abord une sanction administrative puis après une sanction pénale. Il y a trop de désordre dans nos établissements scolaires .IL faut balayer la maison.

     

  • Avatar commentaire

    Il y  a quelque chose qui ne colle pas. Qui ne colle certainement pas. Les filles sont enceintées en milieu scolaire, on menace les garçons. Il y a plus de grossesses, donc on corse la menace. Les gens iront au sexe. Qu’on le veuille ou pas. Si au lieu de menaces sans resultats, on recourait à l’education sexuelle reelle et sans tabou dès la pré-puberté et qu’on amenait les gens à la contraception dès qu’ils le desirent et de façon anonyme, on reduirait drastiquement les cas de grossesses. Ça, on ne sait. Juste que c”est plus facile et moins coûteux de menacer.

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 6 mois

      @Icare,

      Vous êtes sérieux? On leur a demandé de former les enfants et non de les engrosser. il y a plein de femmes en dehors des établissements scolaires

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 6 mois

    ne faisons pas molo-molo dans une Situation aussi délicate qui détruit l’avenir de nos jeunes filles. Prenons le taureau par les cornes: Un enseignant qui a ensceinté une élève doit être présenté au juge et condamné à verser un montant approprié de son salaire à la future mère et l’enfant qui sera né jusqu’à la majorité de l’enfant.

    Un élève qui ensceinte une éleve doit être incarné dans un centre de réeducation jusqu’à la fin de sa scolarité.

    • Avatar commentaire
      MalcomX Il y a 6 mois

      Il faut le radier de la fonction publique et le deferer devant le juge pour un proces civil et penal.

      Il a failli a sa mission d’educateur et de d’autorite.

  • Avatar commentaire
    Critique Il y a 6 mois

    Les enseignants incriminés ne devraient pas passer devant un conseil de discipline, mais devant un juge. Les filles enceintes sont certainement mineures, en plus d’être en situation de subordination par rapport aux enseignants.