Tribunal de première instance de Cotonou : Le procès du député Atao s’ouvre, ce mardi 12 juin 2018

Tribunal de première instance de Cotonou : Le procès du député Atao s’ouvre, ce mardi 12 juin 2018

Le procès du député de l’opposition, Mohamed Atao Hinnouho, va s’ouvrir, ce mardi 12 juin 2018 au tribunal de première instance de Cotonou. Il sera présenté au juge des flagrants délits, Rodolphe Azo.

Affaire Atao Hinnouho : Quand l’Unamab enseigne des notions de droit à Djogbénou

Le prévenu va répondre de plusieurs chefs d’accusation. Dans un premier temps, il était accusé de trafic de faux médicaments. Cet argument a été battu en brèche par les avocats de la défense, car le député bénéficie encore de l’immunité parlementaire. Dans la foulée, une autre affaire de fraude douanière au port de Cotonou contre Mohamed Atao Hinnouho est évoqué pour justifier son arrestation.

Des voix se sont levées pour indiquer que c’est la société de transit qui a enlevé les marchandises qui doit être visée et non le commerçant. On ne saurait pas lui coller un flagrant délit dans ce dossier.

Soulèvement des populations

Par la suite, on indique que l’honorable Atao aurait soulevé les populations contre les forces de l’ordre, lors de la perquisition de son domicile, en novembre dernier. On l’accuse alors de trouble à l’ordre public et de rébellion contre les agents de sécurité. Ce mardi, les débats se feront autour de ces questions. Selon les informations, la probabilité est très forte pour ce procès soit reporté et en conséquence, le parlementaire retournerait en prison où il réside depuis plus d’un mois.

Par ailleurs, le maire de Sakété, Pierre Adéchi, lui-même, sera jugé, ce mardi 12 juin au tribunal de première instance de Porto-Novo. Son nom est cité dans plusieurs malversations foncières dans sa localité. Il sera devant le juge avec ses co-accusés qui sont déjà en prison depuis deux semaines.

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    François KEDE Il y a 1 mois

    Chacun a son tour chez le coiffeur. Aussi l’histoire rattrape toujours. Pis j’ai honte quand tout ceci se passe dans mon très cher pays sous celui que les béninois ont amené au pouvoir avec ce pourcentage.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 1 mois

    procès de la honte , et avilissement de notre democratie par les juges godillots ; honte aussi aux deputés dits du BMP qui voient embastiller un de leurs collègues députés , hors de toute procédure , piétinant le sacro-saint principe de l’humanité sans broncher , ces deputés sont zombifiés par talon , beurck

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 1 mois

    Condamnation expéditive ou report en report. Nous sommes habitués aux pratiques d’une autre époque de la rupture