Contrats pétroliers : le Nigeria veut faire du nettoyage

Contrats pétroliers : le Nigeria veut faire du nettoyage

Au Nigeria, le gouvernement a décidé d'entamer une véritable guerre contre la corruption et les rabais illégaux, accordés à des entreprises pétrolières. Une lutte à 10 milliards de dollars.

Nigéria : Trump félicite Buhari pour sa lutte contre Boko Haram et fait des annonces

Les contrats pétroliers, directement visés par le gouvernement nigérian. En effet, le Sénat vient récemment d’annoncer l’ouverture d’une enquête, visant à faire la lumière sur certaines anomalies découvertes à l’occasion du renouvellement de certains contrats pétroliers, anomalies dont le ministère nigérian en charge du pétrole serait d’ailleurs à l’origine.

Dans les faits, les compagnies pétrolières implantées au Nigeria ont dans l’obligation de renouveler leur permis afin de recevoir l’autorisation d’extraire de l‘or noir. Il faut dire que ce secteur ultra concurrentiel attise les convoitises, d’autant plus que le Nigeria occupe la place de numéro un en Afrique. D’ailleurs, les ventes de pétrole, représentent deux tiers des recettes publiques du pays. Les intérêts sont donc importants et c’est malheureusement la corruption qui semble le mieux s’en sortir. Un véritable fléau auquel souhaite remédier Muhammadu Buhari.

Diezani Alison-Madueke, en exemple

Résultat, le 18 juillet, le Sénat Nigérian a décidé d’approuver l’idée d’une enquête sur l’entreprise pétrolière nationale, la Nigerian National Petroleum Corporation. Selon les premiers résultats du rapport, certains rabais illégaux accordés à la NNPC et d’autres consortiums pétroliers, causent la perte de 10 milliards de dollars pour l’Etat du Nigeria. Une situation qui irrite, agace, mais qui semble en bonne voie de résolution. C’est d’ailleurs à ce titre que le ministre des Ressources pétrolières et président du conseil d’administration de la NNCPIbe Kachikwu, a été convoqué par le Sénat.

Ce n’est pas la première fois qu’un haut placé subit la politique anticorruption du président Buhari. En effet, il y a quelques mois, c’était l’ancienne ministre du pétrole, Diezani Alison-Madueke qui a été reconnue coupable de détournements de fonds publics. Condamnée à rembourser au gouvernement pas moins de 153,3 millions de dollars, celle-ci est devenue le symbole de la récente politique entamée par le gouvernement. Une politique qui semble être toujours d’actualité.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Tchité Il y a 4 mois

    Si tout etait mieux gere’ dans ce pays, la plus d’une centaine de millions de Nigerians seraient tous des millionnnaires dans ce pays. Mais tenez-vous bien, nous somme aus Nija et rien n’est bien gere’. La manne profite aux elites et aux compangnies petrolieres etrangeres (bienvenu en Afrique).