Jacques Ayadji sur l’augmentation des frais de péage : « Il fallait multiplier par quatre les anciens prix »

Jacques Ayadji sur l’augmentation des frais de péage : « Il fallait multiplier par quatre les anciens prix »

Après la polémique suscitée par l’augmentation des frais de péage, le directeur des infrastructures est sorti de sa réserve pour apporter des clarifications. C’est à travers une intervention sur la radio Tokpa, ce lundi 02 juillet 2018.

Coût au kilomètre des projets routiers: Le droit de réponse du Dgi Jacques Ayadji

Selon les explications de Jacques Ayadji, les études faites par le gouvernement ont montré que « ce qui est perçu par l’Etat au niveau de ces péages ne représente que le quart de ce qui devrait être normalement perçu ».  Pour le  Dgi il fallait multiplier par quatre les  anciens prix  si on devait s’en tenir aux études ,  mais le gouvernement a choisi d’aller progressivement. C’est d’ailleurs pour cela que la nouvelle tarification a été élaborée.

« Aujourd’hui lorsque vous quittez Cotonou pour Parakou, ce n’est qu’à Diho que vous rencontrez un poste de péage. La norme c’est un péage de 1000 Francs CFA sur 100 km… Si entre temps, il a été retenu 150 FCFA à Ekpè, c’est parce qu’on a estimé que les gens  ne peuvent pas quitter Cotonou pour Porto-Novo vice versa et payer les 1000 FCFA , on a donc réparti ces 1000 FCFA sur tous les péages de la voie côtière mais de Cotonou à Diho, il n’y a rien d’où les 1000 Fcfa retenus à l’époque » a expliqué le Dgi.

Payer et être ensuite exigeant  

Il a exhorté les populations à payer les nouveaux tarifs pour qu’on ait  de belles routes. A l’en croire, la construction des routes devient de plus en plus cher. Ce qu’il faut il y a 10 ans pour construire un kilomètre de route n’est pas la même chose qu’il nous faut aujourd’hui, a indiqué le Dgi.

« Ce que moi j’aurais fait à leur place, c’est que je paye mais derrière je deviens exigeant en ce qui concerne la qualité des routes » conseille Jacques Ayadji. Il fait cependant remarquer , qu’il est du devoir de chaque citoyen de préserver les infrastructures.

 

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire

    L augmentation des pris pour le passagers.

  • Avatar commentaire
    Ayadji François Il y a 5 mois

    Je regrette armement que ce vilain là porte mon nom, un vrai filou , un malheureux , oui c’est quand même triste que ce sont mes contribuables qui te nourrissent , qui te permettent de faire tes désordres et qui te permettent aussi de construire tes maisons. Mais reste tranquille tout ce qui a un début a une fin. Tu répondras un  jour de tes actes. Vicieux…

  • Avatar commentaire
    Benjamin Il y a 5 mois

    c’est une fausse histoire et que le gouvernement cesse de nous manipuler jusqu’à ce point, le béninois vit à combien par jour? Le béninois a quel emploi et quel salaire pour souscrire de telle sommes dans la caisse de l’etat qu’on n’a jamais connu la suite des fonds de cette caisse.

    Ce n’est pas sérieux, en prenant de telle décision faut pas se pencher sur la population de Cotonou d’ou du sud pour fixer vos tarifs. Difficilement le béninois mange pour 500/jrs et vous lui demander une cotisation de telle somme dans la caisse de l’état. Même si le gouvernement de la rupture veut changer le Bénin, le changement ne peut pas être en une seule année, donc revoyez le système, si non vous allez beau construire ce pays mais peut être ce sont les cadavres qui vont en bénéficier, parceque je suis affamé rien ne va dans le pays à part pour les cotonculteurs et vous demander de venir faire des souscriptions pour construire l’état. Réfléchissez bien, on a pas besoin d’avoir des tonnes de diplôme avant de prendre une décision assez raisonnable.

    merci

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 5 mois

    Multipliez les prix par 1000 si ça vous chante. çà aussi passera.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 5 mois

    Les Pâques sont vraiment en avance…à peine passées, revoilà Judas en scène.

    Peu importe le sujet, le fait est que sans vergogne il ait tourné casaque et la ramène eb public.

  • Avatar commentaire

    – Comment les populations peuvent-ils concrètement manifester de l’exigeance en ce qui concerne la qualité des routes? Les forces de l’ordre ont tôt fait de les en empêcher.

    – Ayadji a changé de bord et il faut mettre ses propos en contexte. Ce n’est plus un syndicaliste qui défend la veuve et l’orphelin.

    – Au-delà de Ayadji, il faut comprendre la dynamique d’ensemble: la pression fiscale est désormais très forte (les radars photos sur les routes en sont un exemple, le retour de la taxes sur les autos, etc.) pour permettre à l’état de mobiliser les ressources nécessaires à la mise en oeuvre du PAG.

  • Avatar commentaire

    Je l’ai écouté hier sur soleil fm avec amertume et dégoût quand je me réfère à un passé récent. Qu’est ce qu’il disait hier concernant le poste de péage de Ahozon il invitait les populations à ne pas payer le passage.

  • Avatar commentaire
    Tchité Il y a 5 mois

    Le peuple paie, Talon et ses troupes s’en mette plein les poches, et apres ce sera pour importer granites a’ cout de milliards par la mer d’un pays lointain.

    Le plus triste, c’est que le peuple dort toujours.

  • Avatar commentaire
    Tonagnon Il y a 5 mois

    De quelles normes parle t-il ce monsieur? dans tous les pays normaux, les routes nationales comme toutes celles que nous avons au pays sont gratuites puisqu’elles sont construites aux frais du contribuable et par les crédits que les citoyens contribuent à rembourser d’une manière ou d’une autre. Seules les autoroutes construites par des entreprises privées et par des fonds privés sont payantes. Alors de quelles normes parle ce monsieur Ayadji?

  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou Il y a 5 mois

    Il a raison, puisq u’il ne vit plus les mêmes réalités que le bas peuple. Quand les gens se rapprochent de la rivière, leur langage change. En plus, qu’on nous dise ceux à quoi ont servi tous les fonds collectés depuis, puisque les routes sur lesquelles sont installés les péages se dégradent de façon vertigineuse. J’en veut pour preuve la route Dassa-Savalou-Djougou, qui est impraticable malgré les ressources du fonds routier. Il affirme aussi que les revenus des agents de l’Etat ont augmenté depuis 10 ans. Même si c’est le cas, les revenus ont-ils augmenté deux fois depuis 10 ans? Cet homme parle pour plaire à son chef qui l’ placé là, c’est tout.

  • Avatar commentaire

    Que dit ce Monsieur après avoir multiplié par 4 ses propres ************* ?