Nouveaux prix au niveau des postes de péages : L’He Issifou AMADOU interpelle le gouvernement

Nouveaux prix au niveau des postes de péages : L’He Issifou AMADOU interpelle le gouvernement

Ce n'est plus un secret. Une nouvelle grille de prix au niveau des postes de péages est entrée en vigueur depuis hier, dimanche 1er Juillet 2018(à lir

CHD Borgou-Alibori : Le gouvernement rejette une offre de don de matériel sanitaire de la France

Ce n’est plus un secret. Une nouvelle grille de prix au niveau des postes de péages est entrée en vigueur depuis hier, dimanche 1er Juillet 2018(à lire ici). C’est à travers un communiqué signé du ministre des transports, Alassane Séidou que la nouvelle a été rendu public. Cette décision ne laisse pas indifférent, plusieurs observateurs. A travers la note n° 014/18/AN/CAI/SP l’He Issifou AMADOU a exprimé ses inquiétudes sur le sujet et a adressé des questions au gouvernement. Lire ci-dessous le contenu de la lettre.

Questions d’actualité au gouvernement

N° 014/18/AN/CAI/SP

Objet : Augmentation des grilles tarifaires appliquées au niveau des postes de péage et péage/pesage.

Le ministre des Infrastructures et des Transports a rendu publiques par le communiqué n°2848/MIT/DC/SGM/FR/SA en date du 29 juin 2018 les nouvelles grilles tarifaires applicables au niveau des postes de péage. Malheureusement, cette révision des grilles tarifaires a fait passer les droits de passage du simple au double augmentant ainsi par voie de conséquence les coûts du transport par voie terrestre des personnes et des biens.

Aussi, est-il important de prévenir les uns et les autres sur les risques d’inflation non maitrisée liée à une augmentation sans étude préalable des frais de péage. En effet, cette augmentation, grâce à un effet dynamique agit en dernier ressort sur les coûts de tous les produits transportés par voie terrestre et donc sur le pouvoir d’achat des Béninois dans un contexte de morosité économique.

Cette situation soulève en nous des inquiétudes qui méritent des éclaircissements. C’est pourquoi en vertu de l’article 110 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, j’adresse ces questions d’actualité au gouvernement.

1-) Qu’est-ce qui justifie l’augmentation de la grille tarifaire appliquée au niveau des postes de péage et péage/pesage ?

2-) Une étude a-t-elle été réalisée avant la mise en application de cette augmentation ? Si oui quelles en sont les conclusions et les parties prenantes ?

3-) Le gouvernement est prié de fournir à la représentation nationale, un point détaillé et exhaustif de la gestion en terme de recette et de dépense du fond routier sur les trois derniers exercices budgétaires.

4-) Quelle est la projection de recette faite par le gouvernement en augmentant ces tarifs ? N’est-il pas possible d’annuler cette décision d’augmentation des tarifs de péage et compenser la perte de recette qu’elle engendrerait par une réduction des allocations budgétaires des caisses noires des présidents d’institution de la république ?

5-) Quel est le niveau de représentativité des acteurs invités à la séance de concertation du 14 juin 2018 ayant abouti à l’augmentation des tarifs de péage ?

Telle est, monsieur le président de l’Assemblée nationale, la quintessence de notre interpellation que je vous prie de transmettre au gouvernement.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    CITOYENNE Il y a 5 mois

    Qu’on nous dise également à quoi servent les frais de réparation des dommages causés aux infrastructures routières. Des factures sont adressés aux auteurs de dommages sur les infrastructures routières en vue de leur réparation, les sous encaissés mais sur le terrain aucune réparation n’est effectuée. A la place des martyrs, l’édifice en béton qui est sur le terre-plein en venant de Cadjèhoun pour le tribunal a fait l’objet de plusieurs paiements mais n’a jamais été réparé.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 5 mois

    Le Gouvernement Talon va à coup sûr vers sa fin. Après avoir raclé les maigres ressources du pays, malgré la famine qui sévit dans toutes les couches des populations, le seul remède du régime c’est d’augmenter la chéreté de la vie aux populations. Mais comme on a l’habitude de dire, on ne peut rien tirer de lá, où il n’y a plus rien. Talon est à la fin. Wait and see.