Bénin : Nouveaux tarifs applicables aux postes de péages et de pesages dès ce jour (communiqué)

Bénin : Nouveaux tarifs applicables aux postes de péages et de pesages dès ce jour (communiqué)

Le ministère des infrastructures et des transports du Bénin a décidé de nouveaux prix applicables aux postes de péages à compter du 1er juillet 2018. Ces nouveaux tarifs qui entrent en vigueur dès ce jour interviennent 10 ans après l’application des tarifs précédents aux postes de péages et de pesages sur l'ensemble du territoire national.

Bénin – Santé : Le nombre d’hôpitaux illégaux continue de croître, selon Alassane Séidou

Suite à la séance de concertation entre l’administration et les responsables des organisations syndicales des transports  et conducteurs ainsi que l’association béninoise des consommateurs, les tarifs applicables aux postes de péages et de pesages en républiques du Bénin depuis 10 ans sont revus. Cette décision est l’application des conclusions issues de la dite séance de concertation coprésidée par les ministères en charge des transports et des finances le 14 juin 2018.

Désormais, aux postes de péages et de pesages de Ekpè, Ahozon, Grand –Popo, Kpédékpo, Diho, Prèkètè, Sirarou, Biro, Garou, Liboussou et Houègbo les nouveaux tarifs sont entrés en vigueur. Il s’agit de 300 francs Cfa par passage à Ekpè, Houègbo 1000 francs Cfa par passage et 400 francs Cfa pour les autres postes.

Ces nouvelles dispositions sont contenues dans un communiqué signé du ministre des infrastructures et des transports, Alassane Seidou le 29 juillet 2018. Le même communiqué indique que les véhicules poids lourd ou de hauteurs supérieures à 2.65m verront leurs tarifs fixés en fonction du nombre d’essieux et du poids du chargement.

Ces revenus participeront à l’entretient du patrimoine routier a indiqué le ministre Alassane Seidou dans son communiqué.

Lire ci-dessous le communiqué

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire

    L’augmentation en soi n’est pas le problème,  c’est l’argument absurde qui sous tend la décision et le manque de redevabilité vis à vis du peuple qui sont les problèmes.

    Qu’est ce qu’on a fait de tout le blé qu’on a collecté sur les peages ces 20 dernieres années? Les usagers pourront appréciés et adhérés si l’argent a servi à entretenir effectivement la route. Le problème c’est le risque que tout cet argent ait été volé est grand.

    Et comme c’est avec la pêle que ceux ci veulent manger alors les anciens prix ne sont plus convenables

     

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 3 semaines

    @Allomann..

    Du simple au double soit 100% d’augmentation tout d’un coup ça paraît quand même excessif. Déjà à Diho ce matin, c’était le chaos et je subodore des actions similaires sur les autres axes routiers les jours à venir.

  • Avatar commentaire

    L’aspect majeur que révèle cette hausse des tarifs est l’incapacité de nos gouvernants à entretenir le réseau routier qui un capital qui conditionne le développement. Faute d’entretien, le réseau routier s’est toujours dégradé à tel point que le Bénin est obligé de reprendre la construction des mêmes axes qui ont été édifiés depuis 50 ans.. Un éternel recommencement qui n’a jamais permis de tracer suffisamment de nouvelles routes pour parvenir au maillage complet du territoire.. Voyez-vous, la route Comé-Grand Popo sous Yayi Boni, a été reconstruite à trois reprises au moins… On recommence, on fait du surplace.. et on aboutit à un réseau routier squelettique, de qualité inférieure par rapport aux pays environnants (Allez voir et constater la qualité des routes au Togo, vous aurez honte pour notre pays)….

    • Avatar commentaire
      Paul Ahéhénou Il y a 3 semaines

      Alloman

      Ton raisonnement ne tient pas. Peux-tu nous dire à quoi servent déjà tout ce que les gouvernants actuels font de tout l’argent que génèrent les pesages? Avant d’augmenter, dites-nous ce qu’on en fait. Chaque années c’est des milliards que les pesages génèrent. Mais on n’entretient même pas les réseaux. Le fonds routier sert plus aux poches des gouvernants qu’a construire le réseau routier ou à l’entrtenir.

  • Avatar commentaire

    Allomann

    Qu’est ce que tu as pour vouloir nous enfumer encore au sujet de l’augmentation irraisonnée des péages ?

    Tu vois bien que ce pouvoir n’arrête pas de naviguer à vue, parce qu’il ne sait pas là où il va.

     

  • Avatar commentaire

    Je reconnais que l’ampleur de ces hausses subites pose problème au vu du niveau du pouvoir d’achat. Ces revalorisations des péages auraient dû se faire de manière progressive…… Mais, à qui la faute si des tarifs de péage sont maintenus, contre tout bon sens, au même niveau pendant 20 ou 25 ans…. à 200FCFA ?????…C’est l’irresponsabilité de nous gouvernants incompétents (Yayi Boni notamment), qui n’anticipent rien, ne programment rien et qui ont régné avec le populisme avec les conséquences que nous subissons aujourd’hui. En réalité, ceux qui versent sur ce forum dans la critique facile ne savent même pas à quoi sert le péage… C’est la contribution des usagers aux dépenses d’entretien du réseau routier dont la faiblesse notoire est une des caractéristiques de notre pays… Le coût de l’entretien progresse tous les ans, en liaison avec l’évolution du prix des hydrocarbures (goudron notamment), et il est illogique que ces péages ne soient pas revalorisés depuis des lustres. De plus, contrairement aux autres pays de l’UEMOA dont le fonds routier est alimenté par la fiscalité sur le carburants (plus de 200 milliards par an pour le fonds routier au Sénégal), le Bénin n’enregistre que des miettes (2 milliards par an) par la faute de l’usage généralisé du kpayo au Bénin. Au Sénégal, même le prix de la vignette a été intégré à la fiscalité pétrolière…. Au Bénin, nous fonctionnons dans l’anormalité, ce qui autorise tous les ignorants de la gouvernance normale d’un Etat à émettre des jugements de profanes sans aucune prise avec les réalités économiques…
    Tenez, faute d’entretien, la route Cotonou –Lokossa- Dogbo, construit en 1963 a été complètement abîmée au point que le trajet d’une durée renait 1H30 entre Cotonou et Dogbo en 1965 est montée à 10H en 2015 au prix de casses multiples sur les véhicules. Ce qui obligeait les automobilistes qui voulaient joindre Azové, en partant de Cotonou, à emprunter Cotonou-Porto- Bohicon –Abomey –Azové. Tout automobiliste aurait payé en ce temps là,  5 000 F de péage sans rechigner….

  • Avatar commentaire

    Ça prouve que le Bénin est dirigé par des ploutocratiques, la réalité du bas peuple leur échappe, mais on vous avait prévenu, je me rappelle que durant la campagne c’était ” Talon dou ba ba na yovo”

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 semaines

    ” ga , ga , ga ” de tout ceci , les électeurs doivent se rappeler pour les dégager aux prochaines élections , ” ces sans-pitiès ” des beninois

  • Avatar commentaire

    Cette décision et celle de remettre en place les vignettes pour les voitures sont de très  bonnes décisions pour accroître nos ressources propres. Et il faut que le gouvernement trouve le moyen pour que ces fonds entre vraiment dans les caisses de l’état. Au péage de Épkê il y’a un désordre là-bas. Certaines barrières ne fonctionnent plus et les gens ne remettent pas les tickets quand les usagers payent..!

    • Avatar commentaire

      de toute façon…ces augmentations…de tarif en tout genre…c’est juste accumuler autant de blé..qu’on déversera dans nos 77 communes histoires…afin d’avoir des voix…pour les niquer encore

      Pauvre..pays…?!

      • Avatar commentaire
        Le Patriote Il y a 3 semaines

        Quelle conneries.

        Comme si ces voies on en avait pas besoin, comme si le développement du pays n’était pas une priorité et le devoir de tout le peuple. Les usagers de la route ont besoin de ces voies et pourtant pour toi c’est du niquage de mère. Pffff….

        • Avatar commentaire
          Paul Ahéhénou Il y a 3 semaines

          Peux-tu nous dire à quoi servent tout cet argent que génèrent tous ces péages? Incapables même entretenir les voies. Incapables d’en construire de nouvelles sans nous endetter pour les générations futures. C’est juste pour remplir les poches des gouvernants.

    • Avatar commentaire

      Fido

      Au péage d’Ekpé si toi-même tu ne demandes pas un ticket, j’ai bien peur qu’ils ne te le remettent pas spontanément.