USA : le patron de la banque centrale se défend après les critiques de Trump

USA : le patron de la banque centrale se défend après les critiques de TrumpPhoto : AP

Critiqué par le président américain Donald Trump, Jerome Powell le directeur de la FED, la réserve fédéral américaine, a tenu à lui répondre à l'occasion d'ne conférence tenue à Jackson Hole. L'occasion pour lui de défendre ses positions.

USA : Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson se désolidarise de Trump

Rien ne va plus entre le président américain Donald Trump et la FED, la réserve fédérale américaine, dirigée par Jerome Powell. En effet, cet avocat de la finance, âgé de 65 ans et nommé par Trump lui-même, essuie depuis quelques jours, les critiques d’un président américain présent sur tous les fronts. La raison ? La lente hausse des taux d’intérêt de la FED, pas vraiment au goût du chef d’État. D’ailleurs, ce dernier ne s’en cache pas vraiment puisqu’il a récemment assuré ne « pas être emballé » par le directeur de la plus haute institution financière américaine.

Trump, agacé par les décisions de Powell

Des critiques auxquelles Powell a décidé de plus ou moins répondre. En effet, au cours d’un discours à la conférence de Jackson Hole, Powell a assuré que la FED ferait tout ce qui est en son pouvoir afin de maîtriser les effets d’une hausse de l’inflation, voire d’une crise économique. Si l’économie américaine n’est pas en surchauffe, ce dernier estime que la politique menée par la FED de rehausser les taux d’intérêt, et ce, de manière graduelle, est effectivement la bonne.

Ne souhaitant pas non plus trop s’épancher sur les critiques du président Trump, ce dernier n’a pas souhaité communiquer sur la politique commerciale menée par le président Trump et sur une possible guerre commerciale.

Des décisions et des positions assumées

Et il semblerait qu’il y ait bien une raison à tout ce rififi. En effet, en augmentant ses taux, la FED rend le dollars plus fort. Résultat, les exportations américaines sont bien plus chères. Une conséquence que Trump n’approuve pas et qui ne faisait pas partie de ses plans de bataille dans la guerre commerciale à laquelle il se livre depuis plusieurs mois. Les conséquences sur le consommateur sont également visibles puisque des taux plus élevés obligent les ménages à dépenser plus. Ajoutons à cela une échéance politique de mi-mandat relativement importante pour le clan Trump, et vous obtenez là un cocktail dérangeant pour la politique menée actuellement par le gouvernement.

Indépendante politiquement, la FED, via son directeur, n’a donc pas souhaité prendre en compte quelconque jugement ou possible répercussion politique dans sa décision. Une position assumée par Powell qui assure que pour le moment, la situation est sous contrôle. L’inflation est dans les cordes et le taux de chômage est actuellement relativement bas. Des explications qui avaient pour objectif de redonner confiance au parterre d’économistes et d’experts présents à l’occasion de ce meeting annuel et surtout, de répondre au président Trump. Seule ombre au tableau pour les États-Unis ? Le déficit budgétaire américain qui ne cesse de se creuser alors que les dépenses en armement, notamment continuent d’augmenter.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Papandréou Il y a 3 semaines

    Trump se trompera de cible toute sa vie.