Elections en Côte d’Ivoire : que vaut encore la force de frappe de Ouattara

Elections en Côte d’Ivoire : que vaut encore la force de frappe de Ouattara

Près de 22000 candidats sont en lice pour les élections municipales et régionales, qui se sont déroulées hier en Côte d'Ivoire. Les candidats à ces élections sont principalement issus de l'ex-coalition au pouvoir, qui a volé en éclat il y a quelques mois. 

Conférence G20-Afrique : Talon s’est fait le chantre de la répression syndicale à Berlin selon N. Soglo

Le scrutin qui a commencé Samedi, doit aboutir à l’élection de 201 maires et de 31 présidents de conseils régionaux. Le principal enjeu de ces élections sera de déterminer les différentes forces en présence dans la perspective de l’élection présidentielle de 2020.

Pour ces élections, deux partis vont certainement se partager les postes à briguer. Il s’agit des deux géants du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) à savoir le PDCI et le RDR, qui sont respectivement dirigés par deux figures historiques de la scène politique ivoirienne, Henri Konan Bedié et l’actuel chef d’État, Alassane Dramane Ouattara.

Les deux partis formaient donc une coalition au sein du RHDP pour gérer le pouvoir. Mais des querelles intestines dues notamment à la candidature unique d’un membre de la coalition pour la prochaine élection présidentielle ont fait exploser le RHDP il y a quelques mois.

Le PDCI soupçonnait le RDR de vouloir le phagocyter afin de présenter un candidat issu du parti de Ouattara, pour briguer la magistrature suprême dans 2 ans. Le parti d’Henri Konan Bédié s’attendait à un retour de bâton de son ancien allié, après que le PDCI ait soutenu successivement en 2010 puis en 2015, la candidature d’Alassane Ouattara.

Le RDR, privé de la coalition doit maintenant ratisser large pour consolider ses bases afin de se préparer pour 2020. Cela ne sera pas chose aisée à faire car des candidats du RDR, devront affronter plusieurs caciques du PDCI, qui sont très bien implantés dans diverses localités du pays.

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    Olyver Il y a 1 mois

    Le RDR c’est 10% de l’électorat, imaginons une alliance de circonstance PDCI-FPI pour les présidentielles..
    Les résultats des municipales viennent de démontrer que le RDR ne pèse pas lourd…

  • Avatar commentaire
    Kirikou Il y a 1 mois

    Le PDCI n’a jamais été un parti démocratique.le boycott actif c’est Bédié il a refusé la mise en place d’une cei, de changer le code électoral etc l’article 35 c’est encore Bédié. L’ivoirité c’est Bédié etc le FPI n’a jamais reconnu une transparente Venant du PDCI.
    Alors……

  • Avatar commentaire
    Dabal Abou Il y a 1 mois

    Je crois su’il faut être honnête lorsque l’on fait des publications. La force de frapoe d’un Chef d’Etat ne dépend nullement des élections municipales dont les maires qui sont des agents de développement doivent inventer le développement dans leurs localités. Le rôle du Chef de l’Etat est national. Ses actions viennent en appoint dans les localités pour aider un peu plus les populations. Houphouet Boigny l’a dit ” le vrai bonheur, on ne l’apprécie que quand on l’a perdu. Le développement de l’Afrique ne doit pas être une question de partis politiques mais plutôt de vision du développement national, d’imagination et de créativité. Le président ivoirien, je le crois, a plus que réussi.

  • Avatar commentaire

    RHDP = échec en vue sauf technologie électorale