Lionel Zinsou met l’accent sur la contribution positive du capital-investissement en Afrique

Lionel Zinsou met l’accent sur la contribution positive du capital-investissement en Afrique

Lionel Zinsou, l’ancien premier ministre du Bénin a prononcé le discours d’ouverture d’une conférence organisée par les acteurs du capital-investissement africain, ce 02 octobre à Paris. Une conférence qui a permis aux participants de mettre en lumière leurs contributions au financement des économies africaines.

Afrique : le Cameroun s’enfonce dans la violence

Le franco-béninois Lionel Zinsou a participé à la conférence des acteurs du capital-investissement africain,mardi dernier à Paris. Dans le discours qu’il a prononcé à cette occasion, l’ancien premier ministre du Bénin a fait savoir que les économies africaines  ne sont pas du tout financées dans leur ensemble. Seul « 5% des entreprises africaines obtiennent les financements souhaités pour leurs investissements et leurs besoins en fonds de roulement » a déploré Lionel Zinsou. Il pense que le  private equity essaie de résoudre ce problème. A l’en croire, le capital-investissement  « finance la croissance du continent et la création d’emploi, (il) participe à l’amélioration de la gouvernance et constitue une des solutions au problème essentiel  de l’expansion de l’Afrique ».

Notons que le private equity compte plus de 150 entreprises. 62% de ces sociétés sont présentes sur le continent. La conférence de Paris a connu la participation de grands noms du capital investissement comme le   directeur de Wendel Africa, Stéphane Bacquaert et le  PDG d’Orange Digital Ventures Marc Rennard.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 semaines

    Eh oui , aucun commentaire sur cet excellent article , qui met en exergue une énième fois de plus , le talent , l’expertise avérée et mondialement reconnue de notre ” géant ” de compatriote Lionel Zinsou . Ici , se trouve la solution pour la mobilisation de financement du PAG de talon , mais quel investisseur privé voudra mettre son argent même un demi-centime , dans ce benin de talon où les règles élémentaires de sécurités juridiques sont foulées ” aux talons ” , zut aux pieds ?