Retard de la Guinée : le président Condé accuse en partie la France

Retard de la Guinée : le président Condé accuse en partie la France

La Guinée, une des premières nations africaines à accéder à l’indépendance est pourtant dans une situation économique désastreuse. Dirigée par plusieurs dictateurs mal inspirés après la chute du père de l’independa Sékou Touré.

Afrique : Alpha Condé parle de la CPI et de la création de la Cour pénale africaine

Pourquoi la Guinée Conakry est-elle dans cet état lamentable? Le président guinéen Alpha Condé s’est exprimé sur ce sujet dans un entretien accordé aux chaînes françaises TV5 Monde, RFI et Le Monde. Interrogé sur le fait que le pays ne décolle pas économiquement à la veille de la fête de l’indépendance, le président guinéen a voulu situer les responsabilités.

« Les Français doivent savoir que si la Guinée a été en retard, il y a la responsabilité des chefs d’Etat guinéens mais aussi la responsabilité de la France de l‘époque (…) Lorsque nous avons pris l’indépendance en 58, du jour au lendemain tous les cadres français sont partis, la Guinée est restée sans cadres (…) On a voulu anéantir économiquement le peuple de Guinée (…) Il ne faut pas oublier aussi que la Guinée a été mise en quarantaine (…), il a fallu que l’Union soviétique et la Chine viennent porter secours à la Guinée, tous les Français étaient partis, on n’avait pas de cadres (…) le gouvernement français à l‘époque n’a pas eu une attitude correcte, ce qui a fait que, pendant longtemps, les rapports avec la France ont été tendus ».

Tout en se disant choqué de la question des journalistes il a appelé ses concitoyens à être unis pour faire relever les défis qui se présentent à la Guinée.

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 2 mois

    Ceux qui opinent aujourd’hui de cette manière là sur l’independance qu’ont eu les Etats africains ne savent pas trop de ce qu’ils disent. Peut-être ils n’étaient pas encore nés à l’époque.
    Les colonies francaises de l’Afrique Noire n’avaient pas le choix.
    De Guaule voyant que la France venait de perdre deux guerres de libération de peuples colonisés(la guerre d’Indochine voire même celle du peuple algérien, dont le territoire était rattaché à la France) a voulu épargner des multiples guerres de lIbération à la France et a imposé l’Independance aux Colonies de l’Afrique Noire qui n’en avaient même pas rêvée.
    L’Ivoirien Houphouet Boigny n’en voulait surtout pas et avait publiquement déclaré: „ Mieux vaut être dependant et riche que d’être independant et pauvre“.
    Le Dahomey n’était pas du tout préparé à l’independance, car nous étions bon élève de l’administration coloniale . Contrairement aux autres réssortissants de l’Afrique noir (les sénégalais mis à part) les cadres dahoméens étaient des grands commis dans l’administration coloniale. Ils étaient les bras droits des administrateurs et des chefs d’entreprise et règnaient en maître dans les autres colonie, surtout au Niger, en haute-Volta, en Côte d’Ivoire et au Gabon. Ce qui leur a valu plutard la haine dans ces pays frères.
    En Afrique Noire francophone de nos jours, seules les populations camerounnaises ont lutté et affronté l’armée francaise pour leur independance et ont dû payer des sacrifices lourdes avec les assassinats et les massacres perpétrés par la France contre L’UPC (L’UNION des Populations du Cameroun). C’est cela l’histoire. Ce n’était pas la vraie independance, De Gaulle avait tout simplement changé de formule et garder la main mise sur les territoires colonisés.

  • Avatar commentaire

    Encore lui, la vieillesse est un naufrage dit on. Pour lui est pire (Titanic)… S’il est fatigué de diriger le pays, il peut partir et nous épargner de cette salade…
    Depuis il n’a pas encore coupé le cordon ombilical🤣🤣🤣

  • Avatar commentaire
    Opinion Il y a 2 mois

    Les pays africains souffrent d’un problème de leadership.
    Si la Guinée n’était pas prête à s’affranchir des cadres français et à prendre son destin en main, elle n’avait simplement qu’à ne pas accéder à l’indépendance. Si l’indépendance devrait faire souffrir le pays de quelque façon, il aurait fallu que les dirigeants d’alors prennent les dispositions pour y pallier.

    • Avatar commentaire
      Prince Toffa 1er Il y a 2 mois

      @Opinion
      C’est aujourd’hui que cette question d’aller ou de ne pas aller à l’indépendance se pose à plusieurs Etats africains. Ils étaient tous englués et obnubilés dans une logique de se libérer du colon sans préparer l’après départ du colon.

      Les Sékou Touré et autres faisaient partie des irréductibles de cette opinion qui nous a envoyés dans le mur croyant qu’on se libère mais on retardait le développement en général.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 mois

    Ce Condé a une drôle de manière de remonter le cours de l’histoire de sa Guinée. Quand bien même il aura en partie raison , nous n’ accordons pas aux dirigeants guinéens des excuses 

  • Avatar commentaire

    Aussi…lorsqu’on se laisse dominer par l’émotion..par les ismes….on est contraint..de poser des actes..et c’est aprés qu’on se met à réflechir..compromettant..ainsi l’avenir de tout un peuple

    Avant d’agir…il faut faire un diagnostic…des rapports de force…et adapter les moyens d’actions à cette donne…

    C’est ce qui a manqué au guinéen…et nous d’ailleurs..avec les révolutionnaires des années….70…qui n’a abouti à rien….

  • Avatar commentaire

    Tout d’abord…quand on fait un choix…il faut assumer…et vouloir mettre toujours..les conséquences…de sa propre inconséquences..de ses tares…n’est pas honnetes..

    De gaule disait à sékou en 58…que les réalités dominent toujours les sentiemnts…

    Autrement dit..les discours révolutionnaires ne se mangent pas….il faut etre pragmatique dans la vie..

    Entre nous…meme les pays qui ont fait le choix contraires..ne sont pas bien lotis…
    A méditer…