Action violente contre Emmanuel Macron : des extrémistes de droite arrêtés

Action violente contre Emmanuel Macron : des extrémistes de droite arrêtés© REUTERS / Gonzalo Fuentes

En France, plusieurs personnes ont été arrêtées ce mardi dans le cadre d'une enquête sur un projet « d’action violente contre le président de la République ».

Depuis l’élection de Macron, grosse progression du nombre de millionnaires

En France, cinq hommes et une femme ont été arrêtés ce mardi par les services antiterroristes. Ceci dans le cadre d’une affaire qui est prise très au sérieux depuis quelques semaines. Une enquête pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » a été ouverte par le parquet de Paris. La DGSI considérait sérieusement les menaces en rapport avec un projet “embryonnaire” qualifié de projet «d’action violente» contre l’actuel locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron. A en croire une source proche du dossier, l’enquête vise à faire la lumière sur le projet « d’action violente contre le président de la République ».

Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur français, au cours de la cérémonie d’installation de la DGSI avait déjà signifié hier qu’il était “attentif” aux informations faisant état de danger venant de tout bord sur le territoire français.

Il faut préciser que les personnes arrêtées ce jour qui sont âgées entre 22 et 62 ans sont selon des sources concordantes « connues pour leur appartenance à la mouvance de l’ultra-droite ». Quatre personnes ont été interpellées en Moselle, une en Ile-et-Vilaine la dernière en Isère.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 1 mois

    C’est bien souspicieux quand des gens sont arrêtés sur dénonciation des Services spéciaux. Sous ces Services on peut nuire à tout opposant sans devoir être obligé de rendre compte. Car on vous dira que ceci appartient au domaine du pouvoir dicrétionnaire. Et c’est cela qui est la mort de la démocratie.

  • Avatar commentaire
    Opinion Il y a 1 mois

    Les béninois vous diront que c’est la chasse aux opposant au régime Macron. Ils diront même que c’est une mort pragrammée de la démocratie Française…