Corée du Nord: HRW critique un rapport sur les femmes

Corée du Nord: HRW critique un rapport sur les femmes

L'organisation HUMAN RIGHTS WATCH (HRW) révèle dans un rapport des informations concernant des agressions sexu3ls en Corée du Nord.

Tensions avec la Corée du sud : Pyongyang a de nouvelles exigences

L’ONG Human Rights Watch (HRW) s’inquiète dans un récent rapport sur les abus sexu3ls contre les femmes en Corée du Nord. Titré «You cry at night, but Don”t Know Why», ce rapport présente des témoignages de femmes et des officiels. Pendant que les autorités nord-coréennes se félicitent du nombre relativement bas des cas de viol, des femmes subissent des injustices.

«Les jours ou ils avaient envie, les gardes du marchés ou les fonctionnaires de police pouvaient me demander de les suivre dans une pièce vide à l’extérieur du marché, ou un autre endroit qu’ils choisissaient. Que pouvions nous faire? Ils nous considèrent comme des objets sexuels, nous (les femmes) nous sommes à la merci des hommes», déclare Oh Jung Hee, une négociante qui faisait du commerce de tissu dans la ville de Hyesan, près de la frontière chinoise, jusqu’à sa fuite en 2014.  Le harcèlement est très récurrent en Corée du Nord et en Chine. En effet, les forces de sécurité, les gardiens, les responsables de marchés libres ainsi que la police exercent des violences sexu3lles sur les commerçantes.

A cela s’ajoute, les quatre marchandes victimes de harcèlement sexu3l par des responsables ou par des gardes sur les marchés et les dix sept femmes ayant subi de grave abus sexuels par la police. Il est à noter que pour les femmes l’abus sexuel, les violences et le viol font parti des pots-de-vin.

De nombreuses femmes intervenant dans certains secteurs sont victime d’abus sexuels en contre partie de certaines faveurs. Réduit au silence par la peur de leur bourreaux ou par leur méconnaissance des lois et des juridictions compétentes en la matière, ces femmes ruminent leur mal.

Seulement neuf hommes ont été condamnés pour viol en Corée du Nord en 2009, sept en 2011 et cinq en 2015, confit Pyongyang en 2017 à un comité des Nations Unies(ONU) chargé de surveiller la discrimination contre les femmes. Rappelons que ces exactions avaient été déjà signalées dans le rapport de février 2014 de la commission d’enquête de l’ONU sur les violations des droits de l’homme en Corée du Nord et qui a  interpellé la Cour Pénale de Justice pour crime contre l’humanité.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 2 semaines

    Ceci arrive malheureusement dans à peu près tous les pays. J’ai bien connu un commissaire honoraire en RP qui faisait venir les étrangères et les prostituées en délicatesse avec la justice (papiers et autre) pour “discuter de leurs dossiers” tard le soir.
    Depuis je le hais, d’autant que nous étions proches et qu’il s’est révélé par ailleurs être un Judas de première.
    Pour en revenir à la Corée, le phénomène est sûrement amplifié par la dictature et les moyens de coercition politique. Charmant pays…