Les Nation Unies ont annoncé la perte de sept de leurs casques bleus en mission en République Démocratique du Congo. Ils auraient été tués dans une opération conjointe avec l’armée congolaise contre des rebelles dans le Nord-est du pays.Le général Bernard Commins, chef adjoint de la force de la MONUSCO (Mission de l’Organisation des Nations unies en république démocratique du Congo), avait déclaré jeudi qu’une opération conjointe avait été lancée avec les troupes de la RDC contre les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe djihadiste accusé d’attaques sanglantes contre des civils. 

L’offensive visait Kididiwe, à environ 20 kilomètres de Beni, ville de 200 000 à 300 000 habitants.  Sept soldats internationaux perdirent la vie dans l’offensive, portant le nombre de casques bleus tués dans la mission par les rebelles de l’ADF à 22, tous essentiellement tanzaniens, depuis une précédente attaque en décembre 2017.

L’ADF, Allied Democratic Forces, est une force rebelle en lutte contre le gouvernement depuis 1990, acculée par une campagne militaire dans l’Est du pays, ils sont accusés d’avoir tué plus de 1 500 personnes dans la région de Beni dans leurs velléités de contrôle de la région riche en gisements miniers.

Lundi, la directrice de la MONUSCO, Leila Zerrougui a tiré la sonnette d’alarme quant aux violences dans l’est de la RDC, affirmant que cela assombrissait les élections au pays le 23 décembre. «Je suis de plus en plus inquiète de la situation à Beni ces derniers mois, où nous continuons à faire face à des défis majeurs dans la mise en œuvre de notre mandat», a-t-elle ajouté. « Il existe un risque d’ingérence des groupes armés dans les élections dans des zones spécifiques de l’est de la RDC », a-t-elle déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom