En Libye, la situation politique semble donner des idées aux combattants de Daesh qui pourraient durablement s’y implanter. Un premier attentat a déjà eu lieu mardi dernier, provoquant la mort de 3 personnes.Actuellement en difficulté en Syrie, les membres de l’État islamique semblent chercher un nouveau point de chute. Celui-ci pourrait d’ailleurs être la Libye puisque le pays est actuellement en pleine restructuration et souffre d’une crise politique majeure. De quoi donner quelques idées à l’E.I qui pourrait dès lors profiter de l’occasion pour y faire régner sa loi…

La Libye, “terrain fertile” aux djihadistes de Daesh

D’ailleurs, Daesh semble avoir compris l’intérêt de la Libye et aurait déjà commencé à vouloir y faire régner sa loi puisque l’EI vient de revendiquer l’attaque terroriste au ministère des Affaires étrangères de mardi dernier, au cours de laquelle trois personnes, dont un diplomate libyen, ont trouvé la mort. Selon le communiqué de Daesh, « trois soldats du califat » auraient ainsi réussi à entrer dans le quartier général du ministère, portant des ceintures d’explosifs.

Une voiture piégée, 3 morts, 21 blessés

Dans les faits, une voiture piégée aurait explosé à proximité du ministère, obligeant les forces de sécurité à se rendre sur les lieux de l’explosion. Un terroriste serait alors entré afin d’aller se faire exploser au second étage tandis qu’un second assaillant a explosé dans l’enceinte du bâtiment, avec sa valise. Un troisième homme aurait ensuite été abattu par les forces de l’ordre. En plus des trois kamikazes et des trois victimes, 21 personnes ont été blessées.

Une attaque condamnée par la mission de l’ONU en Libye, qui a estimé que le terrorisme ne pourra pas profiter de la Libye, malgré le fait que le pays soit en reconstruction. Cependant, il semblerait que le ministre de l’Intérieur, Fathi Bach Agha, ait un point de vue relativement différent, estimant pour sa part que l’insécurité et la crise politique touchant actuellement le pays faisait de la Libye, un « terrain fertile » pour les mouvances djihadistes. A ce titre, Bach Agha a d’ailleurs appelé son pays à se doter de réels moyens de lutte, invitant par la même occasion l’ONU à lever partiellement l’embargo sur la vente d’armes dans son pays.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire