En France l’affaire des passeports d’Alexandre Benalla continue de faire réagir. Visé par une enquête pour “abus de confiance”, l’ancien conseiller du président Macron n’est pas sorti d’affaire.La « nouvelle » affaire Benalla continue de faire réagir. En effet, selon certaines affirmations, Alexandre Benalla aurait utilisé ses passeports diplomatiques afin de voyager en Afrique. Une situation qui plonge l’exécutif dans l’embarras, d’autant plus qu’il lui a été demandé de les remettre. Retour en explications sur cette nouvelle histoire.

Loading...

Benalla a bien utilisé ses passeports diplomatiques

S’il a confirmé avoir utilisé ses passeports diplomatiques afin de voyager en Afrique, Alexandre Benalla n’est toutefois pas tiré d’affaire. En effet, le ministère ds Affaires étrangères a décidé de déposer plainte auprès du procureur de la République qui va donc se charger d’enquêter sur l’homme déjà au centre de l’affaire du 1er mai. Il est notamment visé pour « abus de confiance ». 

Interrogé à ce sujet, Philippe Hababou Solomon, l’homme qui l’a accompagné durant ses divers voyages, a récemment accepté de revenir sur cette affaire. Proche d’anciens présidents, contre François Bozizé ou encore Jacob Zuma, Solomon aurait rencontré Benalla par l’intermédiaire de connaissances communes. Très vite, les deux sympathisent et décident de travailler ensemble, Benalla souhaitant se reconvertir dans le consulting suite aux affaires du 1er mai. 

Ensemble, les deux seraient ainsi partis une première fois en voyage d’affaires, du côté de la Turquie et d’Israël, le tout, accompagné d’une délégation d’Indonésiens qui souhaitait en apprendre plus sur la cybersécurité. La seconde tournée elle, aura lieu un peu plus tard, du côté du Cameroun, du Congo et du Tchad. Pour l’occasion, les deux hommes sont accompagnés d’une délégation turque. Au Tchad, ils y rencontreront Idriss Déby ainsi que son frère, rencontre par laquelle explosera cette nouvelle affaire. Toutefois, Solomon l’assure, tous n’ont parlé que « de textile, d’uniformes et d’électricité ». Le voyage se serait ensuite terminé par trois jours aux Bahamas, un séjour de tourisme pur et dur.

L’exécutif français était “au courant”

Cependant, ces voyages auraient été réalisés grâce aux passeports diplomatiques de Benalla. En effet, ce dernier, qui aurait dû les rendre il y a quelques mois déjà, les aurait gardé avant d’en faire usage. Une situation qui met à mal l’exécutif. En effet, difficile d’imaginer le pouvoir avoir du mal à confisquer deux passeports à un homme dans le viseur de la justice. Cependant, Solomon l’assure, le quai d’Orsay était au courant. La raison ? Dès qu’un passeport de ce genre est utilisé, l’information remonte direction les hautes instances. Toutefois, « personne n’a protesté ».

Aujourd’hui pleinement reconverti dans ses affaires de consulting, Benalla n’en reste pas moins un personnage intrigant qui continue d’échanger avec l’Élysée. Selon Solomon, ce dernier échangerait d’ailleurs de temps à autre des textos avec le Président. Mais ce qui intrigue le plus reste sans doute sa position « d’ambassadeur de l’ombre ». En effet, selon son acolyte, Benalla écrivait de petits rapports après avoir entendu certaines informations concernant les relations entre l’Élysée et l’Afrique. Toutefois, il assure n’avoir jamais su à qui ces derniers étaient destinés.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom