Franck Riester ne parle pas le même langage que Bénédicte Savoy et Felwine Sarr. Le ministre français de culture souhaite une circulation des œuvres africaines au lieu d’une restitution comme le préconise le rapport Sarr-Savoy. Le ministre français de la culture   ne veut pas d’une restitution des biens culturels pillés par la France pendant la période coloniale. Dans le Journal Du Dimanche, Franck Riester, a clairement pris fait et cause pour une circulation des œuvres d’art.« Les jeunes Africains doivent avoir accès à leur patrimoine… Il ne s’agit pas de vider les musées mais de travailler étroitement avec eux sur l’objectif de faire circuler les œuvres » a-t-il laissé entendre dans le JDD.

Même s’il faut passer par une loi nous le ferons 

En clair, ce ministre ne veut pas que les pays africains rentrent en possession de leurs biens culturels volés par la France. Ces œuvres d’arts volés   doivent   faire l’objet d’ « échanges, de prêts et de dépôts à long terme »  selon M  Riester .Il faut dire que le code du patrimoine français n’autorise pas la restitution des biens culturels spoliés par la France.

C’est pourtant dans ce contexte que le président Français Emmanuel Macron a annoncé la restitution de 26 œuvres d’arts au Bénin.Pour   le ministre de la culture,   ces  biens seront effectivement restitués .Même « s’il faut passer par une loi nous le ferons » a  t-il assuré.

6 Commentaires

  1. L’homme noir est une contradiction en lui-même. À savoir que les Arts Africains avaient eu des dénominations comme “Arts Primitifs, Arts Nègres,, et soudain Arts Premiers”. Pourquoi nous acceptons aveuglement sans y penser pour un seul instant ce que l’homme blanc voudrait faire de nous? Dans mille ans je n’accepterai cette appellation, car si le blanc savait que les Arts Africains sont des Arts Premiers, il n’irait pas nous dénigrer en premier lieu. Je continuerai à utiliser les Arts Primitifs. Car aucun blanc n’ira pas amadouer ma Conscience.

  2. Sur le fond, je suis pour cette stratégie dite “de circulation”. Elle permettra de mettre en oeuvre plus vite le retour de ces oeuvres fusse pour des périodes limitées. Avantages : ne pas faire peser sur les pays africains la charge du préalable des investissements nécessaires pour organiser la garde et la gestion permanente .
    La France y gagne un vrai vecteur d’influence à travers le canal où elle excelle : la culture.
    Avec les oeuvres, viendront les savoir-faire en matière de communication, mise à disposition et présentation des oeuvres.
    Au Moyen-Orient, le Louvre a démontré ces capacités et le bénéfice que toutes les parties en tirent.
    De plus pour les populations africaines, plus d(oeuvre peuvent leur être présentées et non plus seulement montrées sans la démarche didactique et structurée nécessaire.
    Il y a dans cette démarche sur la durée aussi, un vrai transfert de savoir-faire et de technologie au bénéfice des acteurs nationaux (béninois) de la culture.

  3. Petite douche froide à ceux qui voulaient surfer sur ça pour se faire une publicité gratuite , hein ! Talon ? Et de mon point de vue c’est ce qui pourrait arriver de mieux à ces objets dits trésors culturels , qui du coups seront itinirants , comme cela se fait depuis pour d’autres vestiges egyptiens par exemple

  4. Ça s’appelle tout simplement le vol manifesté. Le bien mal acquis. Quelle est le dessous de cette histoire banale?
    Les Français (les blancs) n’aiment pas la race noire, mais ils se taillent le luxe de remplir leurs musées avec des Arts Primitifs comme ils les appellent. Qui joue la supercherie dans cette affaire? Vous n’aimez pas les noirs mais pourtant vous vous accrochez à leurs oeuvres comme une colle folle, “Crazy Glue”. Rigolaud! Charlot!”.

    • “Arts Primitifs comme ils les appellent….” Je vous propose dans l’intérêt des positions que vous défendez, l’intérêt de la culture africaine et de tous finalement; je vous conseille d’abandonner les excès et les fausses informations. Ce que vous écrivez a été tranché en France depuis plus de vingt ans dans la sphère publique.
      Aujourd’hui on parle “d’arts premiers”

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire