C’est en ce jeudi 17 janvier que l’essayiste Alain Soral, a été reconnu coupable par la justice d’incitation à la haine raciale. Une décision saluée par les plaignants.Alain Soral, condamné. En effet, l’essayiste d’extrême droite a vu, en ce 17 janvier, la justice le condamner à une peine de prison d’un an ferme suite à un dépôt de plainte pour injure et provocation à la haine. Une décision rendue par le tribunal correctionnel de la ville de Bobigny, en Seine-Saint-Denis.

Soral, reconnu coupable par la justice

L’affaire remonte en fait au mois de mars 2018. Sur son site internet, « Égalité et réconciliation », l’homme si controversé assurait alors que le combat entre le peuple juif et le reste du monde ne pouvait être que génocidaire. Il s’en prendra ensuite à la juge en charge de son affaire, qu’il accusait alors de « mensonges et de malhonnêteté ».

Un verdict salué par les plaignants

Une décision bien évidemment saluée par la partie plaignante, représentée par Ilana Soskin. Ainsi, au sortir de l’audience, celle qui représente la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme a assuré qu’avec cette condamnation, la peur allait probablement changer de camps, à savoir que la justice envoyait de fait, un message fort aux personnes tenant de tels propos. “La justice met un nouveau coup d’arrêt à ce petit propagandiste de la haine“, s’est félicitée, de son côté, l’Union des Étudiants Juifs de France, sur Twitter.

Soral, 60 ans, a déjà été condamné à plusieurs reprises pour des faits similaires. Sa dernière prise avec la justice remonte au mois de décembre dernier, la cour d’appel de Paris l’ayant reconnu coupable de diffamation. Il avait alors été condamné à payer 4,000 euros d’amende pour avoir publié une photo anti-juifs sur son site internet.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom